SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Echauffement sportif : quel intérêt ?

Message par Ben le Mar 22 Nov 2011 - 17:22

Echauffement sportif : quel intérêt Question

Au-delà de la prévention – cruciale, évidemment - contre les blessures, quel est l’impact de l’échauffement sur la performance sportive Question

Ainsi que le précise le Dr Dominique-Jean Bouillez (« Journal international de Médecine »), « l’échauffement fait partie de tous les programmes d’entraînement et de compétition. Mais on n’en connaît pas bien les effets, en dehors d’une réduction du risque de blessure et de douleurs musculo-articulaires ». Des physiothérapeutes australiens ont parcouru la littérature médicale, afin d’analyser au plus près les résultats des essais réalisés sur le sujet.

Une trentaine de travaux, sur les quelque 2.500 ( Exclamation ) études recensées, répondaient aux indispensables critères de rigueur et de qualité scientifique. Les chercheurs publient leurs conclusions dans le « British Journal of Sports Medicine ».

Le Dr Bouillez indique : « Il ressort de cette analyse que l’échauffement n’améliore ni la performance, ni la capacité à l’effort, ni les paramètres physiologiques classiques. Il reste cependant indispensable car il réduit de manière très significative le risque de blessure, plus particulièrement lorsque le programme d’échauffement a été spécifique à l’activité physique proposée. Il améliore, mais de manière peu manifeste, la récupération à l’effort ».

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le chocolat noir contre les coups de soleil !

Message par Ben le Mer 23 Nov 2011 - 8:55

Le chocolat noir contre les coups de soleil Exclamation

Des chercheurs canadiens affirment que les polyphénols contenus dans le cacao agiraient comme un bouclier naturel de la peau.

Ces spécialistes de l’université Laval (Québec) n’ont pas encore publié les résultats de leurs recherches, mais ils en ont confié quelques éléments à nos confrères du « Figaro ». Ils expliquent ainsi : « Une exposition chronique au chocolat noir, riche en polyphénols, pourrait s’avérer être une stratégie efficace de protection contre les effets nocifs des rayonnements ultraviolets ».

Cette équipe de l’Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (Inaf) a conduit son expérience auprès d’un panel de femmes à la peau et aux cheveux clairs, particulièrement sensibles au soleil. Elles ont été invitées à manger quotidiennement trois carrés de chocolat noir, et ceci sur une période de douze semaines. Les résultats – qui doivent encore être affinés – sont qualifiés d’ « encourageants ».

Comme l’explique au « Figaro » un chercheur de l’Inaf, Bruno Riverin, « c’est surtout la teneur en polyphénols qui est importante », sachant qu’une teneur en cacao de 60% à 85% serait suffisante pour « augmenter la protection solaire par une bonne oxygénation et une circulation accrue du sang à la surface de la peau ». Mais attention : cela ne « fonctionne » qu’avec le chocolat noir, et pas avec le chocolat au lait.

Et puis, surtout, ceci ne dispense pas de faire très attention en cas d’exposition au soleil, surtout lorsqu’on a une beau fragile.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vitesse de la lumière dépassée, et ce n'est pas une arnaque!

Message par Ben le Sam 26 Nov 2011 - 22:58

Vitesse de la lumière dépassée... ET ce n'est pas une arnaque Exclamation

EINSTEIN : NOTRE ÈRE MARQUE DÉSORMAIS LE FAIT QUE TON ÈRE EST DÉPASSE (par pour rien que j'suis dans s'monde...) HAHA.


Selon la théorie de la relativité restreinte d’Albert Einstein, rien ne peut se déplacer à une vitesse supérieure à celle de la vitesse de la lumière dans le vide (300 000 km/sec). C’était coulé dans le béton depuis plus d’un siècle (1905).

Jusqu’à aujourd’hui. (Merci moi, d'avoir distribué cette info bien sur Bougâa.com) bounce


Des scientifiques du CERN (Centre européen de recherches nucléaires) en Suisse ont constaté que des Neutrinos ont réussi à voyager à une vitesse supérieure à celle de la lumière de 6 kilomètres/s, soit 300 006 km/s dans le tunnel de 732 km de longueur qui va du CERN au Laboratoire italien souterrain Gran Sasso. Sur une telle distance, cela représente 20 mètres d’avance.

Ces résultats ont besoin maintenant d’être reconfirmés par d’autres expériences, même s’ils l’ont déjà été au moins une fois et que les observations se sont étalées sur 3 ans et 15 000 neutrinos.

Les chercheurs ont tenté par tous les moyens de trouver des erreurs ou des effets imprévus, ils ont recalibré leurs instruments, entré de nouveaux paramètres, recommencé l’expérience il y a 6 mois… mais rien n’y fait. Toujours le même résultat. La vitesse de la lumière a été dépassée. Pour être certain que cette affirmation soit vraie, il faudra d’autres expériences scientifiques indépendantes qui seront capables d’arriver au même résultat.

Si tel est le cas, alors un siècle de théorie sur la physique des particules pourrait être remis en question. Einstein avait-il tort ?

Selon Pierre Binetruy, le directeur de l’APC à Paris, si ces particules voyagent plus vite que la lumière, cela signifie qu’elles ont réussi à trouver un chemin plus rapide, pourquoi pas dans une autre dimension. La cinquième dimension (mouhhahaha....c'nest qu'un début) (en plus de la largeur-longueur-hauteur (3D) et du temps) ?

La théorie d’Albert Einstein n’est pas pour autant fausse : on pourrait en venir à la conclusion qu’elle fonctionne globalement mais qu’une théorie encore plus générale vient se poser par-dessus. De la même façon que la théorie d’Einstein englobe celle de Newton.

Arrow http://www.fratmat.info/component/content/article/42-sciences-a-technologie/11285-une-particule-qui-se-deplace-plus-vite-qua-la-vitesse-de-la-lumiere

Source: Arrow www.vincentabry.com

Un autre lien en bonus cadeau et sérieux: Arrow http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1168676&clef=ARC-TRK-D_01


Plus vite que la lumière ? par CNRS

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hypertension : les costauds s’en sortent mieux

Message par Ben le Dim 27 Nov 2011 - 7:47

Hypertension : les costauds s’en sortent mieux.

Une force musculaire optimale diminue considérablement le risque de décès des patients souffrant d’hypertension.

Comme le précise le Dr Olivier Meillard (« Journal International de Médecine »), « il est bien démontré que l’exercice physique est bénéfique pour les patients hypertendus, alors qu’un certain nombre de travaux indiquent par ailleurs que la force musculaire est inversement corrélée à la mortalité toutes causes confondues. Une équipe internationale s’est donc intéressée aux capacités physiques de la population spécifique des hypertendus ».

Ces recherches ont été coordonnées par le Pr Enrique Artero, de l’université américaine de Caroline du Nord. Quelque 1.500 hommes hypertendus, âgés de plus de 40 ans, ont été suivis durant une période moyenne d’une vingtaine d’années. Au début de l’étude, chaque patient a été soumis à un examen complet, comprenant une mesure de la force musculaire et une évaluation des capacités cardiorespiratoires (test à l’effort sur tapis roulant). Après ajustement en fonction de l’âge, les patients ont été répartis en trois groupes selon leur force musculaire (de la plus faible à la plus importante).

Résultat (publié dans le « Journal of the American College of Cardiology ») : l’incidence des décès était réduite de 40% dans le groupe composé des hommes avec la plus grande puissance musculaire, par rapport aux moins costauds (un bénéfice constant après ajustement supplémentaire sur les capacités cardiorespiratoires).

« Les auteurs en concluent que, chez les hommes hypertendus de plus de 40 ans, la force musculaire est un marqueur de survie », poursuit le Dr Meillard. « Moralité : vive l’activité physique… ce que l’on savait déjà Exclamation »

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les cauchemars peuvent-ils prédire la maladie de Parkinson ?

Message par Ben le Dim 27 Nov 2011 - 7:53

Les cauchemars peuvent-ils prédire la maladie de Parkinson Question

Crier, gesticuler brutalement, donner des coups…, tout en dormant : les troubles du comportement en sommeil paradoxal présageraient d’un risque sensiblement accru de développer la maladie de Parkinson.

Au réveil, les personnes sujettes à ces manifestations indiquent souvent qu’elles se trouvaient plongées en plein cauchemar, et essayaient par exemple de défendre leur partenaire en danger.

Dans le prolongement de travaux antérieurs, une étude réalisée au service de neurologie de l’Hospital Clinic de Barcelone indique que les niveaux de dopamine dans le cerveau baissent considérablement, au fil des ans, chez les patients qui présentent un trouble du sommeil paradoxal. Or, le déficit en dopamine est précisément l’une des caractéristiques majeures de la maladie de Parkinson, comme d’autres maladies neurodégénératives.

Les chercheurs ont scruté, durant plusieurs années, l’évolution de l’activité cérébrale de vingt patients présentant un trouble du sommeil paradoxal, et de vingt témoins. Ils se sont intéressés, en recourant à une technique très pointue de neuro-imagerie (la SPECT), à la présence de dopamine dans la substance noire, le « siège », dira-t-on, de la maladie de Parkinson.

Les résultats (publiés dans la revue « Lancet Neurology ») mettent en évidence un lien manifeste entre la présence d’un trouble du comportement en sommeil paradoxal et le risque de souffrir de la maladie de Parkinson. Les chercheurs en déduisent que le développement de pistes thérapeutiques contre les troubles du sommeil paradoxal permettrait peut-être de bloquer la progression vers la maladie de Parkinson.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Mar 29 Nov 2011 - 8:46

Pourquoi les garçons sont plus casse-cou que les filles Exclamation

Une équipe américaine a cherché à mieux cerner les différents facteurs qui interviennent dans la survenue des accidents avant l’âge de 5 ans.

Bien évidemment, ces traumatismes – première cause de décès chez l’enfant de plus d’un an – sont liés à des circonstances particulières, à un enchaînement singulier d’événements. Néanmoins, leur incidence varie en fonction de paramètres plus larges, notamment d’ordre familial et socio-économique, comme l’ont déjà démontré plusieurs études antérieures.

Des chercheurs de la Northwestern University (Chicago) ont à leur tour exploré ces facteurs généraux de risque, dans le cadre d’un suivi de 5.000 enfants (2.500 familles), nés entre 1998 et 2000, et issus de vingt villes américaines qualifiées de « représentatives ».

L’enquête repose sur un entretien avec la mère, ainsi qu’un bilan médical des enfants aux âges de un, trois et cinq ans. Dans cette étude, le risque d’accident s’est avéré un peu plus élevé que celui mentionné dans les statistiques nationales.

Mais le plus intéressant (les détails sont publiés dans la revue « Trauma ») porte sur le fait que les petits garçons s’exposent à un risque d’accident presque trois fois plus élevé que les filles. On observe aussi, mais dans une bien moindre mesure, que les enfants de familles modestes sont davantage touchés. Comme l’explique le Dr Béatrice Jourdain, pour le « Journal international de Médecine », les auteurs de ces recherches avancent comme hypothèse que « les garçons évalueraient globalement moins bien les risques que les filles ; alors qu’il a été démontré que les mères ont tendance à moins prévenir les garçons que les filles des dangers. Cette différence éducative pourrait constituer un axe de prévention, surtout au sein des populations identifiées comme vulnérables » sur un plan socio-économique.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Mar 29 Nov 2011 - 8:50

Schizophrénie : le risque lié à l’âge du père.

Lorsque l’âge du père est supérieur à 35 ans au moment de la conception, le risque pour l’enfant de souffrir de schizophrénie augmenterait sensiblement.

Une équipe de l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a passé en revue toute une série d’études publiées ces dix dernières années à l’échelle internationale, incluant des centaines de milliers de patients, et visant à cerner les facteurs de risque de troubles psychiatriques, singulièrement en fonction de l’âge des parents au moment de la conception.

Publiés dans la prestigieuse revue « L’Encéphale », les résultats indiquent qu’un âge avancé du père, lors de la procréation, augmente sensiblement le risque pour l’enfant de développer une schizophrénie (une maladie complexe, aux causes multifactorielles, qui apparaît généralement chez le jeune adulte). Le risque augmente à un rythme linéaire, à partir de 35 ans et au fur et à mesure que le père avance en âge. Il serait multiplié par quatre au-delà de 50 ans, par rapport à un père âgé de 20 ans.

Les spécialistes avancent comme explication possible des mutations intervenant au cours de la spermatogénèse (le processus de production des spermatozoïdes). De fait, le lien n’apparaît pas lorsqu’on considère l’âge de la mère.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Mer 30 Nov 2011 - 7:44

Fumer au réveil fait exploser le risque de cancer Exclamation

Les fumeurs qui grillent leur première cigarette peu après le réveil s’exposent à un risque considérablement accru de souffrir d’un cancer du poumon ou affectant la sphère tête-cou.

Attaché au collège de médecine de l’Université de Pennsylvanie, le Pr Joshua Muscat a conduit son étude auprès de plusieurs milliers de fumeurs réguliers de cigarettes, souffrant ou non d’un cancer du poumon ou d’un cancer ORL (bouche, gorge…).

Si l’on sait que le tabagisme s’inscrit comme un facteur de risque extrême de développer une pathologie cancéreuse, l’une des questions consiste à savoir pour quelle(s) raison(s) certains fumeurs en sont affectés, et d’autres pas. La génétique entre évidemment en considération, mais des facteurs comportementaux et environnementaux sans doute aussi.

Au terme de ses recherches (publiées dans la revue « Cancer »), le Pr Muscat a ainsi constaté que par rapport à ceux qui allument leur première cigarette plus d’une heure après le réveil, ceux qui fument dans un délai compris entre 31 et 60 minutes s’exposent à un risque de cancer du poumon accru de 31% ; et de… 79% lorsque la clope est grillée moins de 30 minutes après être sorti du lit. Concernant les cancers de la tête et du cou, l’augmentation du risque s’établit, respectivement, à 42% et 59%.

« Ces fumeurs ont des niveaux très élevés de nicotine et d’autres toxines dans l’organisme », observe le Pr Muscat. « Cette forte dépendance, caractérisée par la nécessité d’une cigarette dès le réveil, s’accompagne d’un risque beaucoup plus élevé de développer un cancer, et ce groupe devrait bénéficier de programmes ciblés de sevrage tabagique ». Sachant que pour les autres fumeurs, le risque reste évidemment omniprésent.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Mer 30 Nov 2011 - 7:50

Cancer du côlon : vive le régime macrobiotique Exclamation

Légumes verts, légumineuses, fruits secs et riz brun : une alimentation de type macrobiotique réduirait sensiblement le risque de développer un cancer du côlon Exclamation

Ce régime ne sera pas exclusif, bien évidemment, mais lorsqu’il intègre des quantités importantes de ces aliments riches en fibres, le bénéfice semble considérable en termes de prévention du cancer du gros intestin. Ce constat a été posé au terme d’une très longue étude (près de trente ans !) intégrant quelque 2.900 membres d’une communauté adventiste.

Les membres de ce mouvement chrétien, né aux Etats-Unis, intéressent particulièrement les chercheurs en raison d’un mode de vie sain (ils ne fument pas et ne boivent pas d’alcool, par exemple), alors que leur alimentation est pauvre en viandes et en graisses.

Le panel a été soumis, au départ de l’étude, à un questionnaire précis, destiné à cerner au plus près les habitudes alimentaires, le style de vie, ainsi que les antécédents médicaux personnels et familiaux. Par la suite, les chercheurs (attachés à l’université Loma Linda – Californie) ont enregistré tous les diagnostics de polypes du côlon (une tumeur bénigne qui risque de se transformer en lésion cancéreuse).

Résultats (publiés dans la revue « Nutrition and Cancer ») :

• les personnes qui consomment des légumes verts cuits une fois ou plusieurs fois par jour s’exposent à un risque réduit de 24% de développer des polypes, par rapport à celles qui en mangent moins fréquemment ;
• des fruits secs trois fois par semaine (ou davantage) réduisent le risque de 24% ;
• le riz brun au moins une fois par semaine diminue le risque de 40%, en comparaison avec une absence totale de consommation ;
• des légumineuses – lentilles, soja, pois chiches… - trois fois par semaine réduisent le risque de 33%, par rapport à une consommation inférieure à une fois par mois.

Dans le cas des légumineuses et du riz brun, les chercheurs ont observé un effet « dose-réponse » : au plus on en mange, au plus le risque diminue. Ces résultats ne signifient pas que l’addition de ces aliments – qui deviendraient alors quasi exclusifs du régime alimentaire – annule le risque (d’autant que la population étudiée ici est assez spécifique, et que les données portent sur les polypes, et non les diagnostics de cancer du côlon). Ils indiquent néanmoins que leur intégration équilibrée dans nos comportements alimentaires permettrait d’atténuer sensiblement le danger, et ceci en raison de leur forte teneur en fibres et en composés phytochimiques.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Mer 30 Nov 2011 - 7:57

Comment trouver rapidement le sommeil Question

Voici quelques trucs et astuces qui devraient vous permettre de vous endormir plus facilement, et surtout de mieux dormir sans avoir recours à des somnifères ou autres médicaments.

• Ne mangez ni trop copieusement ni des mets trop lourds le soir.

• Respectez un laps de temps d'au moins deux à trois heures après le repas avant d'aller dormir.

• Evitez les chambres enfumées, trop chaudes, mal aérées.

• Evitez d'installer votre lit dans la pièce de vie, à proximité d'un ordinateur et d'appareils électriques.

• Gardez à l'esprit qu'il faut dormir dans un espace dévolu à cet effet, dépourvu de bruits, et d'odeurs de cigarette, de cuisine, de parfums capiteux, d'humidité, etc. Il n'est pas recommandé de tenter de s'endormir avec un conjoint qui regarde la TV allongé à côté de vous.

• Avant le coucher, respectez le même rituel: pyjama/robe de nuit, toilette, brossage des dents, etc.

• Evitez de regarder des films violents ou des images d'épouvante, de lire des thrillers, de regarder un documentaire sur la guerre, de vous adonner à une partie endiablée sur une console de jeux, etc. Privilégiez de la musique douce, quelques pages d'un roman qui vous relaxera, des images de voyage qui vous font rêver ou, pourquoi pas, repassez un morceau de votre film favori.

• Ne vous couchez pas immédiatement après une dispute assez virulente ou en ayant des mots avec votre partenaire ou un membre de votre famille.

• Evitez de boire de trop grandes quantités de liquide avant d'aller dormir. Vous risqueriez de devoir vous lever pour aller aux toilettes et vous rendormir pourrait être fastidieux.

• Une tasse de lait ou de chocolat chaud permettrait de dormir plus rapidement. Il en va de même d'une petite tasse de tisane, mais évitez le thé noir riche en caféine qui aurait l'effet contraire. Tout comme le thé vert qui est fortement diurétique.
Evitez toute boisson à base de caféine.

• Un yaourt ou un verre de lait sucré au miel permettrait de vous endormir facilement, notamment grâce aux acides aminés qu'ils contiennent et qui induiraient le sommeil.

• Veillez également à baisser les volets et/ou à fermer les tentures de sorte que la pénombre ou l'obscurité règne dans la pièce.

• Haro aux éléments perturbateurs: le tic-tac d'un réveil ou d'une montre, un robinet qui coule ou l'eau qui tombe de la gouttière, un volet en bois qui claque contre la façade, le clapotis de l'eau dans l'étang du jardin ou encore le jet de la fontaine du jardin, un moustique en plein vol ainsi que la fameuse mouche qui en a maintenu plus d'un éveillé, au gré de ses battements d'ailes dans une chambre à coucher.

Source Passion Santé.be

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 1 Déc 2011 - 19:36

La nicotine contre la maladie de Parkinson.

Une équipe française a mis en évidence le rôle crucial d’un récepteur de la nicotine dans le développement de la maladie de Parkinson.

Résumons les résultats de ces recherches en une phrase : la nicotine exercerait un effet protecteur contre la destruction des neurones dopaminergiques, un processus caractéristique de la maladie de Parkinson.

Pour aboutir à cette conclusion, des spécialistes de l’Institut de cerveau et de la moelle épinière (Pitié-Salpêtrière, Paris) ont procédé sur des souris « normales » et des congénères génétiquement modifiées.

Ces dernières ont été privées d’un récepteur spécifique (baptisé alpha-7) de la nicotine, sur lequel cette substance vient normalement se fixer. Les deux groupes de rongeurs ont ensuite été « traités » afin de déclencher une perte progressive des neurones dopaminergiques, tout comme dans la maladie de Parkinson.

Résultat : la nicotine permet de préserver les neurones dopaminergiques chez les souris « normales », mais pas chez celles qui sont privées des récepteurs à la nicotine. Tout ceci est un peu compliqué, mais revient à supposer que des pistes thérapeutiques pourraient être envisagées pour traiter Parkinson à un stade précoce, et ceci en « ciblant » les récepteurs nicotiniques.

Ces travaux sont détaillés dans le « FASEB Journal », la revue de la Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale. Le directeur de la publication note, avec pertinence : « Si vous êtes fumeur, ne vous réjouissez pas trop vite. Fumer protège peut-être, dans une certaine mesure, de la maladie de Parkinson, mais vous pourriez ne pas vivre assez longtemps pour profiter de cet effet bénéfique ».

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 1 Déc 2011 - 19:55

Dépistage du sida : pour qui Question

En cette Journée mondiale du sida, revenons sur le test de dépistage du virus HIV. Ce test est à pratiquer chez son médecin généraliste ou en milieu hospitalier. La confidentialité du résultat est garantie : il ne sera pas communiqué à une tierce personne sans le consentement du patient Exclamation

Ce test est réservé à des personnes qui ont réellement encouru un risque : des contacts sexuels à risque, des injections de drogue ou suite à un contact accidentel avec du sang potentiellement contaminé (seringue, etc.).


Si vous souhaitez effectuer un test HIV, parlez-en avec votre médecin généraliste ou contactez par exemple la Plate-Forme Prévention SIDA asbl au 02/733.72.99 ou encore au 078/150.10.00. Des centres de dépistage gratuit vous seront renseignés, comme le Centre Elisa à Bruxelles mais également en Wallonie (Namur , Liège, etc.) ou surfez sur Arrow www.medimmigrant.be.

Ces professionnels peuvent vous aider à prendre les avantages et les inconvénients d'un tel test en considération.

Le tout étant de savoir si les risques que vous pensez avoir encourus sont réels ou pas. Dans le doute, il est néanmoins souhaitable de pratiquer le test. Le test HIV est simple à réaliser: une prise de sang suffit. Il est nécessaire d'être encadré psychologiquement lors de l'annonce du résultat. Un test HIV positif signifie que le patient est potentiellement exposé au développement futur du sida.

Il existe aujourd'hui un arsenal thérapeutique qui permet, dès que le VIH a été détecté, de ralentir considérablement l'évolution de la maladie et d'en prévenir les complications.

Notez qu'un test HIV n'est recommandé qu'au moins six semaines après un contact à risque (drogue, relations sexuelles à risques, etc.), et ce pour avoir la certitude que la charge virale soit détectable. Le mieux étant également de refaire un second test HIV après trois mois, pour être tout à fait certain.

C'est au médecin généraliste de définir la gravité du risque encouru ! En effet, vous pourriez minimiser ou, au contraire, exagérer un risque potentiel. Après la prise de sang, l'échantillon sera envoyé au laboratoire d'analyses médicales. Le médecin devrait recevoir les résultats endéans la semaine. En attendant les résultats du test HIV, il conviendra d'adopter un comportement responsable si vous avez certaines pratiques à risque et d'utiliser un préservatif lors des rapports sexuels. Le médecin en profitera généralement, outre le test HIV, pour procéder à d'autres tests visant à détecter d'éventuelles MST.


Un test HIV peut être pratiqué anonymement. Le médecin généraliste introduira un code en lieu et place du nom de famille. Sachez simplement que dans ce cas de figure, la mutuelle n'interviendra pas pour rembourser ce test de dépistage. Le médecin traitant pourra également - sur demande explicite - s'arranger pour que la facture du laboratoire d'analyses ne parvienne pas au domicile du patient.



Enfin, si vous avez de fortes suspicions quant à une contamination au VIH, il existe un test plus onéreux mais qui peut se pratiquer avant un délai de six semaines après la date présumée du comportement à risque. Il peut se faire dans un centre de prévention du sida. Il est conseillé de procéder de la sorte si vous avez eu des rapports sexuels avec une personne HIV positive, et ce sans protection, ou s'il y a eu un accident de préservatif ou encore si vous souffrez de symptômes assimilés à une forte grippe alors que vous avez eu un comportement à risque.

Il existe également un test VIH à faire à domicile mais il n'est pas recommandé.

Info: Arrow www.sensoa.be et/ou Arrow www.medimmigrant.be

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Sam 3 Déc 2011 - 7:57

Le python au secours du cœur humain Exclamation

Mieux comprendre les mécanismes de la… digestion du python birman pourrait contribuer à la mise au point de nouvelles thérapies cardiaques.

Tout repose sur le fait que le volume du cœur du python birman augmente de près de 50% dans les heures qui suivent un (gros) repas, alors que son métabolisme s’accélère considérablement. Cette dilatation cardiaque, observent des chercheurs des universités du Colorado et de l’Alabama, est liée à la sécrétion massive d’acides gras, et singulièrement de triglycérides spécifiques ; sans pour autant que des dépôts graisseux affectent le cœur.

Dans le même temps, ainsi qu’ils l’expliquent dans la revue « Science », ils ont constaté un accroissement de la production d’une enzyme baptisée « superoxyde dismutase », connue chez l’être humain pour ses effets protecteurs sur le muscle cardiaque. En quoi le processus de digestion du python pourrait-il être utile à la médecine humaine Question Ces acides gras très particuliers, indiquent les chercheurs américains, pourraient contribuer à la mise au point d'un traitement intervenant après une attaque, afin de stimuler les performances cardiaques ; ou maîtriser l’augmentation de la masse du cœur (cardiomyopathie).

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Sam 3 Déc 2011 - 8:06

Comment reconnaître les premiers signes de diabète chez l'enfant Question

Pour information, le diabète de type 1 est l'une des maladies chroniques les plus fréquemment observées chez les enfants.

La cause Question Une production insuffisante d'insuline par l'organisme suite à un dysfonctionnement des cellules pancréatiques qui produisent l'insuline.

Le diabète de type 1 apparaît le plus souvent, de manière brutale, chez l'enfant ou le jeune adulte.

Le diabète de type 1 s'installe sur une courte période. Le taux glycémique augmente rapidement et le patient souffrira très vite de symptômes facilement identifiables.

Il est essentiel que l'enfant soit très rapidement vu par un médecin et placé sous traitement adapté.

Sachez que les très jeunes enfants - même déjà à la crèche et/ou à l'école maternelle - peuvent souffrir du diabète de type 1 Exclamation


Les symptômes pour les enfants sont les mêmes que pour les adultes. Il convient de les identifier le plus tôt possible et surtout de ne pas les sous-estimer Exclamation

Une simple prise de sang effectuée à jeun permettra de mesurer l'indice glycémique qui permettra de confirmer le diagnostic.

Quels sont les symptômes alarmants Question

Envie fréquente d'uriner
Soif intense, même la nuit, envie fréquente de boire
Perte de poids sans raisons apparentes
Fatigue inexpliquée

Les symptômes du diabète de type 1 ne sont, cependant, pas identiques pour tout le monde.

Leur intensité peut également varier d'une personne à l'autre et, a fortiori, d'un enfant à l'autre. Enfin, notez que mauvaise cicatrisation des plaies, une certaine apathie, des fourmillements ou une perte de sensation dans les pieds, ou encore des infections urinaires ou cutanées répétées sont également des signes qui doivent vous amener à consulter un médecin ou un pédiatre sur-le-champ Exclamation

Source "Passion Santé"

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Lun 5 Déc 2011 - 17:44

Le requin va sauver des vies Exclamation

La réputation de mangeur d’homme du requin pourrait, à l’avenir, basculer vers celle de sauveur de nombreux patients.

Et ceci grâce à l’activité thérapeutique extrêmement prometteuse de la squalamine, une substance sécrétée par le foie de l’animal. Déjà testée en cancérologie (notamment contre le cancer ovarien) et en ophtalmologie (dégénérescence maculaire liée à l’âge), elle pourrait présenter un potentiel antiviral particulièrement intéressant.

Dans un article publié par la revue PNAS, le Pr Michael Zasloff, attaché à la Georgetown University (Washington), explique avoir mis en évidence ces effets bénéfiques dans le cadre d’expériences conduites « en éprouvette » (sur des tissus humains), puis sur des rongeurs. Plusieurs maladies d’origine virale ont été ciblées, comme les hépatites B et C, la fièvre jaune, la dengue ou encore une forme d’herpès.

Interrogé par nos confrères du Figaro, Jean-Michel Brunel, chercheur au CNRS de Marseille, explique que « la façon dont la substance agit en virologie n’est pas encore très claire, mais il semble que la molécule attaque la membrane des cellules infectées en entraînant la mort du virus. En revanche, les cellules saines demeurent très peu sensibles à l’activité de la squalamine. ».

Les scientifiques sont désormais capables de synthétiser la squalamine, alors qu’elle a déjà été administrée à des patients dans le cadre d’essais cliniques. « L’idéal maintenant serait de parvenir à modifier cette molécule pour la rendre encore plus active et il faudra, bien sûr, déterminer des doses optimales », note encore Jean-Michel Brunel.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Lun 5 Déc 2011 - 17:49

L’alcool se fiche pas mal de nos erreurs Exclamation

La consommation d’alcool n’affecte pas la conscience de commettre des erreurs, mais réduit notablement l’intensité avec laquelle nous nous en inquiétons.

L’alcool altère le comportement, c’est une évidence. Mais de quelle manière ? Une équipe de chercheurs de l’université du Missouri a conduit une expérience qui tend à démontrer que la consommation d’alcool ne réduit pas notre conscience de mal agir, mais atténue sensiblement la préoccupation ou la gêne que cela occasionne.

Pour aboutir à cette conclusion, les psychologues ont constitué un panel de volontaires âgés de 21 à 35 ans. Ils leur ont demandé de réaliser une série de tâches précises sur ordinateur ; sachant qu’un tiers de participants avaient préalablement absorbé de l’alcool, un autre tiers un placebo (substance inactive), et rien pour les autres.

Les spécialistes ont observé, par imagerie médicale, les modifications de l’activité cérébrale, tout en évaluant les changements d’humeur, la précision dans l’exécution des tâches et la perception que les sujets avaient de leurs compétences. Ils ont alors constaté que les volontaires ayant consommé de l’alcool se rendaient autant compte que les autres des erreurs commises, mais le « signal d’alerte » émis par le cerveau était beaucoup plus réduit.

« De plus », notent nos confrères de Maxi Sciences, « contrairement aux sujets à jeun, ils n’avaient pas le réflexe de réduire instinctivement leur vitesse d’exécution à la suite d’une erreur, et donc à se reconcentrer sur leur tâche ».

Coordinateur de cette expérience, le Pr Bartholow note : « Quand nous faisons des erreurs, l’activité d’une partie de notre cerveau, dévolue au contrôle de notre comportement, s’accroît. Ceci envoie un signal d’alarme à d’autres parties du cerveau, indiquant que quelque chose ne va pas. Notre étude montre que l’alcool ne réduit pas notre prise de conscience de nos erreurs : il réduit l’intensité avec laquelle nous nous inquiétons de faire ces erreurs ». En sachant, ajouterons-nous, que l’on parle ici d’ingestion significative mais somme toute « raisonnable » d’alcool, et qu’au-delà d’une certaine quantité, on ne contrôle plus rien du tout.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:33

Crise d'épilepsie : comment devez-vous réagir Question

Face à une personne qui fait une crise d'épilepsie avec convulsions, il convient d'abord d'agir rapidement pour éviter qu'elle ne se blesse lors des chocs mais également, dans un second temps, d'essayer de s'enquérir auprès de ses proches des causes de la crise: il peut s'agir d'une personne épileptique qui aurait oublié de prendre son traitement ou alors d'une première crise... à moins qu'il ne s'agisse d'un effet secondaire suite à un traitement médicamenteux que la personne prendrait, etc...

Quoi qu'il en soit, il convient de placer la personne en position latérale de sécurité, pour stabiliser le corps, et ce dès que possible compte tenu de la situation ou dès que les convulsions se sont calmées. N'essayez pas de tenter de bloquer ses mouvements ou de lui ouvrir impérativement la bouche pour lui tenir la langue.

Placez un vêtement ou coussin sous sa tête pour éviter d'éventuels chocs lors des convulsions, et donc d'éventuelles blessures au niveau du cuir chevelu, voire un traumatisme crânien.

Ecartez tous les objets dangereux qui se trouvent à proximité de la personne. En effet, les convulsions peuvent être très violentes.

Essayez, si vous y parvenez, de placer horizontalement un tube en caoutchouc assez long et large ou un mouchoir entre les dents de la victime de sorte qu'elle ne morde pas sa langue.

Ne tentez pas de lui ouvrir la bouche à tout prix Exclamation

Sachez qu'une telle crise ne devrait - même si elle peut-être très impressionnante - pas durer très longtemps et qu'elle s'arrêtera d'elle-même. Après une telle crise, la personne pourrait se "réveiller" en pleine confusion, ne plus se souvenir de rien, être très fatiguée voire somnolente.

S'il s'agit d'une première crise, appelez toujours un médecin ou les urgences.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:35

Contre le rhume, faites un peu d’exercice

La pratique d’une activité physique permet de prévenir les infections respiratoires, et, le cas échéant, de réduire l’intensité des symptômes.

Comme l’explique le Dr Dominique-Jean Bouilliez (« Journal International de Médecine »), « l’exercice, du moins lorsqu’il est pratiqué de manière intensive, abaisse les défenses immunitaires, ce qui explique la fréquence des infections des voies respiratoires chez les athlètes de haut niveau ». Fort heureusement, ajoute-t-il, ce n’est pas le cas, bien au contraire, pour les exercices plus modérés et en aérobie (vélo, jogging…). Ceci vient d’être confirmé au terme d’une étude conduite par une équipe de l’université de Caroline du Nord, qui en publie les résultats dans la revue « British Journal of Sport Medicine ».

L’expérience s’est déroulée sur une période de trois mois, et a regroupé un millier de volontaires âgés de 18 à 85 ans. Ils ont été répartis en trois groupes : exercice léger, modéré ou important (mais pas intensif). Les auteurs ont observé une diminution d’incidence des infections des voies respiratoires supérieures de l’ordre de 43 à 46% chez les personnes du groupe « exercice important » par rapport au groupe « léger », avec, lorsque la maladie avait néanmoins été contractée, une sévérité des symptômes atténuée de 32 à 41%.

Ce bénéfice a été observé, avec quelques variantes, dans tous les sous-groupes, note encore le Dr Bouilliez, c’est-à-dire quel que soit l’âge (l’effet le plus positif concerne les plus de 40 ans), le sexe ou encore l’IMC (indice de masse corporelle). Pour expliquer ces effets, les auteurs rappellent que l’exercice aérobique entraîne un renforcement transitoire de nos défenses immunitaires, alors qu’un effort physique d’intensité modérée n’agit pas de manière négative sur les hormones de stress (néfastes pour l’immunité).

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:38

Jeux vidéo : l’agressivité mesurée par la sauce piquante Exclamation

Après avoir eu recours au « test de la sauce piquante », un chercheur canadien conclut que l’agressivité induite par les jeux vidéo est liée à l’esprit de compétition, davantage qu’à la violence des scènes.

Paul Adachi est attaché à la Brock University (Ontario). Dans l’intention de cerner l’origine de l’agressivité déclenchée par certains jeux vidéo, il a conduit une expérience dont les résultats se sont avérés plutôt surprenants. Des étudiants ont été invités à tester quatre types de jeux différents : un jeu de combat, un jeu de course en voiture, un jeu de tir et un jeu de réflexion. Il leur a ensuite été demandé de choisir, parmi quatre sauces, celle qu’ils voulaient faire goûter à un « cobaye » dont il avait été précisé qu’il détestait les saveurs épicées.

Il s’avère que plus le degré d’agressivité du joueur est élevé, plus il a tendance à porter son choix sur une sauce piquante. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que ce comportement agressif semble surtout induit par les jeux qui misent sur la compétition, sur la concurrence (en l’occurrence le combat et la course) ; indépendamment de l’exposition à des scènes de violence. La question consiste à savoir si cette empreinte agressive persiste sur le long terme, et si l’esprit de compétition auquel font appel ces jeux vidéo influe sur l’agressivité au quotidien.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:40

Les ados ne dorment pas assez

Les veilles de jour d’école, les ados âgés de 15 ans dorment en moyenne 1h30 de moins que les mômes de 11 ans. Un déficit qui n’est pas anodin.

Entre ces deux âges, les enfants perdent, en moyenne, chaque année, entre vingt et trente minutes de sommeil par nuit, lorsqu’il y a école le lendemain. C’est le constat posé par les premiers résultats d’une enquête française conduite, auprès de quelque dix mille collégiens, par des chercheurs de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

Il apparaît qu’à 15 ans, 40% des jeunes compensent leur manque de sommeil lorsqu’il n’y pas cours le lendemain (le week-end, donc), contre à peine 16% des enfants de 11 ans. « Chez les adolescents, le seuil de privation chronique de sommeil est considéré comme sévère en-dessous de sept heures. Si une telle privation est très rare avant l’âge de 13 ans, elle concerne un quart des jeunes de 15 ans, qui peuvent dès lors être considérés comme à risque supérieur de troubles connexes de la santé ».

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:44

Messieurs, les femmes n’oublieront jamais votre voix Exclamation

La voix de l’homme détermine le souvenir que gardera la femme de leur rencontre, affirme une étude britannique.

La mémoire des femmes est particulièrement sensible au timbre de la voix masculine : c’est la conclusion de ces expériences conduites par des chercheurs de l’université d’Aberdeen. Dans un article publié par la revue « Memory & Cognition », ils expliquent que la voix de l’homme constitue un repère fondamental lors du choix du partenaire à long terme, dans la mesure où elle peut révéler sa « qualité génétique » ou alerter sur des traits comportementaux indésirables, comme un caractère peu sociable ou un manque de chaleur affective. « Et afin d’évaluer des partenaires potentiels, les femmes se réfèrent à leurs souvenirs, et ces souvenirs dépendent de la voix », peut-on lire dans Santé Log.

Pour développer leur thèse, les chercheurs écossais ont invité deux groupes, composés chacun d’une cinquantaine de femmes, à visionner des images représentant une série d’objets, décrits par des hommes et des femmes aux timbres de voix différents, naturels ou « trafiqués » ; avant de leur demander, lors d’une séance de projection ultérieure, de reconnaître ces objets, dont certains avaient été légèrement modifiés, et d’autres non. Et donc, les femmes se rappellent des objets avec davantage de précision quand ils avaient été décrits par une voix masculine grave ; le timbre que la majorité a d’ailleurs affirmé préférer.

« La voix masculine est un signal fort, pour les femmes, pour le choix du partenaire, mais aussi pour la précision des souvenirs », souligne encore Santé Log. Ainsi que l’explique le Dr Kevin Allan, coordinateur de ces recherches, « nous pensons que l’évolution a façonné la capacité des femmes à se souvenir des informations nécessaires associées aux hommes. Cette capacité de mémoire liée au timbre de voix permet en fait aux femmes de comparer et d’évaluer les hommes dans des perspectives de relations différentes, par exemple à long terme engagée ou à court terme sans lendemain ».

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Jeu 8 Déc 2011 - 8:57

Cancer: une simple protéine pourrait être la clé pour bloquer les métastases

Une simple protéine, la périostine, pourrait être la clé pour bloquer le développement de métastases qui constituent l'un des grands risques de complications pour les malades atteints d'un cancer, selon un article publié mercredi dans Nature.

Une équipe de chercheurs suisses a découvert que sans cette protéine existant naturellement dans le corps, les cellules cancéreuses diffusées à partir d'une tumeur maligne initiale ne peuvent se développer ailleurs en métastases, à savoir en nouvelles tumeurs.
On sait déjà qu'une tumeur diffuse dans le corps des cellules cancéreuses et que seules certaines de celles-ci, les "cellules souches cancéreuses", sont capables de développer des métastases, à condition de trouver un terrain propice, ce que les cancérologues appellent une "niche" Des chercheurs de l'Institut Suisse de Recherche Expérimentale sur le Cancer (Isrec) et de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont pu isoler la périostine dans ces niches chez la souris et démontrer chez ce rongeur que sans cette protéine, il n'y a pas de métastase.
"Sans cette protéine, la cellule souche cancéreuse ne peut pas développer une métastase. Elle disparaît ou devient dormante", explique le Pr Joerg Huelsken de l'EPFL, qui cosigne l'article dans Nature. Sous le titre "les interactions entre cellules souches cancéreuses et leur niche gouvernent la colonisation métastasique", les chercheurs de l'EPFL et de l'Isrec affirment que "bloquer le fonctionnement" de la périostine "empêche la métastase".
Cela a d'ailleurs déjà été réalisé sur des souris. "Nous avons développé un anticorps qui adhère à la protéine et l'empêche de fonctionner", explique le Pr Huelsken. "Nous espérons de cette façon être capables de bloquer le processus de formation des métastases". Mais il n'est pas sûr que la transposition à l'homme soit valable: "nous ne sommes pas sûr de trouver un anticorps équivalent qui fonctionnera chez les humains", selon le chercheur suisse.
En outre, il n'est pas non plus certain que le blocage de l'action de cette protéine entraîne aussi peu d'effets secondaires chez l'homme que ce qui a pu être observé chez la souris. Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde, à l'origine de 7,6 millions de décès en 2008, soit environ 13% de la mortalité mondiale, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les cancers du poumon (1,4 millions de décès), de l'estomac (740.000 décès), du foie (700.000 décès), du côlon (610.000 décès) et du sein (460. 000 décès) sont ceux qui entraînent le plus grand nombre de morts.


_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Ven 9 Déc 2011 - 21:10

L’allaitement contre les fractures

Les femmes qui ont allaité bénéficient d’une réelle protection contre le risque de fracture du col du fémur après la ménopause.

Les bénéfices de l’allaitement maternel pour l’enfant ne sont plus à démontrer. Il s’avère que ce comportement est également bénéfique pour la maman, et notamment en ce qui concerne la prévention des risques de fracture après la ménopause. Une équipe norvégienne, attachée à l’université Tromso, a conduit une très vaste étude sur le sujet, puisqu’elle s’est penchée sur les dossiers médicaux de quelque cinq mille femmes âgées de 50 à 94 ans ; un groupe examiné durant une période de quinze ans.

Selon les résultats de ces travaux (publiés dans la revue « Journal of Bone and Mineral Research »), les femmes qui ont allaité courent deux fois moins de risques d’être victimes d’une fracture du col du fémur ou d’une fracture de fatigue (non vertébrale) après la ménopause. Le bénéfice est dose-dépendant, si on ose dire : au plus la durée d’allaitement (par périodes cumulées) a été longue, au plus la « protection » est manifeste. Il est à noter que l’allaitement maternel ne semble pas induire d’effet positif sur le risque de fracture du poignet.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Ven 9 Déc 2011 - 21:14

La pastèque contre les troubles de l’érection Exclamation

La citrulline, que l’on retrouve principalement dans la pastèque, induit des effets bénéfiques en cas de troubles de l’érection, nous apprend une étude italienne.

Une équipe de l’école de médecine de l’université de Bari a cherché à évaluer l’efficacité et la sécurité d’utilisation de cette substance dans le cadre du traitement de la dysfonction érectile. L’expérience (dont les résultats sont publiés dans la revue « Urology ») a porté sur une trentaine de patients, d’un âge moyen de 56 ans, présentant un trouble de l’érection modéré.

Sans savoir ce qui leur était administré, chacun d’entre eux a reçu, durant un mois, un placebo (substance inactive), et le mois suivant 1,5 gramme par jour de L-citrulline. Cet acide aminé est surtout présent dans la pastèque, encore qu’en quantités relativement modestes, s’élevant à environ un gramme par… kilo. Il faudrait donc en manger beaucoup pour arriver aux doses administrées ici… Toujours est-il qu’une amélioration plus ou moins significative de l’érection (rigidité du pénis et nombre de rapports sexuels satisfaisants) a été observée chez la moitié des sujets lors de la phase L-citrulline, alors que le placebo n’avait induit aucun effet positif (ou presque).

Les auteurs soulignent néanmoins que l’efficacité de la citrulline semble moindre que les médicaments spécifiques à cette indication, encore qu’elle n’engendre aucun effet indésirable majeur. Ils ajoutent que des études de plus large ampleur sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Ben le Ven 9 Déc 2011 - 21:20

Estomac: que faire en cas de hernie hiatale Question

De nombreuses personnes souffrent d'une hernie hiatale. ESt-ce grave Question Que faut-il faire pour s'en débarrasser Question

Pour rappel, une hernie hiatale est une petite partie de l'estomac qui a migré au niveau de l'oesophage. Elle aura été diagnostiquée lors d'une gastro-endoscopie pratiquée sous anesthésie locale (ou plus rarement générale ) chez le gastroentérologue.

Pas de panique, cette hernie minuscule ne crée généralement aucun trouble. En effet, plus de quatre personnes sur dix en souffriraient et la moitié d'entre-elles seraient asymptomatiques et ignoreraient, par conséquence, qu'elles en sont atteintes Exclamation

On peut vivre toute sa vie avec une hernie hiatale sans le savoir et même si elle devenait symptomatique, sachez qu'il existe des médicaments très efficaces... à prendre tous les jours.

Néanmoins, parmi les troubles les plus fréquemment observés, on constate une douleur dans le haut de la poitrine après un repas, des problèmes pour avaler, par exemple de gros morceaux de pain ou de viande, des problèmes de régurgitations acides et donc de RGO (reflux gastro-oesophagien) après les repas, lorsqu'on s'allonge. Cela peut entraîner un sérieux inconfort, des maux de gorge, une toux d'irritation et une sensation de brûlure dans la poitrine.

Mais attention, toute personne qui souffre de RGO ne souffre pas systématiquement d'une hernie hiatale Exclamation


La croyance populaire voudrait qu'il faille se faire opérer. Il n'en est rien Exclamation

Les symptômes diminueront dans la majorité des cas avec des IPP puissants (inhibiteurs de la pompe à protons), à condition de bien observer le traitement qui consiste généralement en un comprimé le matin à jeun.

Des mesures hygiéno-diététiques devront également être prises dans la plupart des cas: évitez l'alcool, les boissons gazeuses, la caféine, les vinaigrettes, les mets trop épicés, les tomates, les agrumes et jus de fruits acides, le tabac, les plats en sauce trop gras, le chocolat. Ne pas s'allonger après un repas, surélever les pieds du lit, etc. Si la personne est en surpoids, on lui conseillera de faire régime.

L'opération sera uniquement envisagée lorsque le patient ne constatera pas d'amélioration des symptômes après un traitement de plusieurs mois ou en cas de lésions importantes au niveau de l'oesophage, si la hernie est d'une taille particulièrement importante ou si elle s'est localisée en dehors de l'oesophage à un endroit où elle pourrait provoquer une mauvaise circulation sanguine.

Consultez un médecin ou un gastroentérologue dès que vous avez les moindres doutes et si vous souffrez de façon persistante de RGO.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6613
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SITE SCIENTIFIQUE/PASSION SANTE/Le site de votre bien être.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum