Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 20:43

http://www.cinetelerevue.be/

Toutes les voitures & motos vous pouvez les retrouvez dans le Ciné Télé-Revue dans la section REVUE puis VOITURE.
Cliquez sur le lien ci-dessus.



Voiture : Les atouts de la nouvelle C3

Dynamique malgré ses rondeurs, la compacte de Citroën offre aujourd'hui un haut niveau de confort, un pare-brise panoramique et un nouvel intérieur qui raviront la clientèle masculine.




Les nouveautés se succèdent dans le segment des compactes. Après le restyling des Peugeot 207 et Renault Clio et la transformation de la Polo opérée par Volkswagen, c’est au tour de Citroën de moderniser sa C3. Et, au contraire de ses concurrentes françaises, le constructeur aux chevrons nous propose une toute nouvelle génération, dont l’ambition est de faire aussi bien que sa devancière, vendue à plus de 2 millions d’exemplaires.

Pour atteindre son objectif, Citroën joue la carte de la continuité stylistique. La C3, dont la longueur reste inférieure à 4 m (3,94 m exactement), garde ses rondeurs qui la distinguent de ses concurrentes. Mais les responsables français du design y associent désormais une touche de dynamisme, avec des lignes plus tendues et des feux arrière en forme de boomerang. Le résultat est réussi, la C3 dégageant une impression de robustesse, voire, dans sa version haut de gamme, de sportivité. Cette évolution plaira certainement à une clientèle masculine, séduite par le nouvel intérieur en complète rupture avec le précédent, comme en témoignent le volant aplati dans sa partie inférieure et la planche de bord au design « rétro chic et high tech » qui combine cadrans analogiques et cadran LED digital. Sans oublier l’excellent niveau de finition.

Mais l’élément le plus novateur est sans conteste le pare-brise panoramique Zenith. Proposée de série sur le niveau de finition le plus élevé (Exclusive), cette grande baie vitrée, longue de 1,35 m, augmente le champ de vision des passagers avant de 80° vers le haut. Et en cas de soleil rasant, comme dans les C4 Picasso un occulteur rigide équipé de deux pare-soleil (dépourvus de miroirs de courtoisie) permet une protection partielle ou intégrale.

Malgré sa compacité, la C3 bénéficie d’une habitabilité généreuse à l’avant et correcte à l’arrière. La partie inférieure de la planche de bord étant dégagée, le passager avant peut prendre place davantage vers l’avant. Ce qui, en combinaison avec des sièges amincis, libère de l’espace au niveau des jambes des passagers arrière. Il fallait y penser. Question pratique, la nouvelle C3 dispose de différents rangements (bacs de porte, console centrale…) qui peuvent être complétés par un accoudoir central incluant deux espaces, ou encore d’un tiroir coulissant sous le siège du passager avant. Quant au coffre, avec un volume de 300 litres, il figure parmi les plus spacieux de la catégorie.

Un 1.6 l HDi « propre »
La gamme moteurs compte, à ce jour, quatre blocs essence (de 60 à 120 ch) et trois diesel (de 70 à 110 ch). Parmi ces derniers, le 1.6 l HDi de 90 ch devrait attirer une majorité de la clientèle, vu qu’il se décline en trois niveaux de rejets de CO2 : 110, 104 et 99 g/km. Le premier, qui équipait notre exemplaire (il doit se contenter d’une prime de 3 % contre 15 % pour les deux autres), se montre à l’aise dans la circulation urbaine, où il fait apprécier ses reprises au-dessus du régime de 1500 t/mn. Sur les grands axes, les 90 ch suffisent amplement. Ses performances lui permettent d’envisager de longues distances, même avec quatre personnes à bord. Equipée d’une boîte manuelle à cinq rapports, notre C3 HDi fait preuve d’une certaine sobriété sans toutefois arriver à se montrer aussi frugale que certaines de ses rivales.

Côté châssis, la C3 met l’accent sur le confort. Ses suspensions, combinées avec les jantes 17 pouces (optionnelles) de notre version Exclusive, arrivent à préserver sans peine le dos de ses occupants. Revers de la médaille, quelques mouvements de caisse apparaissent en conduite dynamique. Des mouvements qui, précisons-le, ne pénalisent aucunement le comportement routier. Ajoutons encore une direction douce et précise, une position de conduite agréable (siège et volant réglables en hauteur et profondeur de série), mais aussi une insonorisation mécanique moyenne. La faute au manque de discrétion du moteur diesel, à froid et lors des accélérations.

Citroën décline sa protégée en trois niveaux d’équipement : Attraction, Séduction et Exclusive. Dès le premier, la C3 s’équipe, entre autres, d’airbags frontaux et latéraux avant, de fixations Isofix pour siège enfant, d’un ordinateur multifonctions et de vitres avant à commande électrique. L’air conditionné manuel est de série sur le second niveau. Quant à l’Exclusive, elle se dote du volant et pommeau de levier de vitesses gainés de cuir, de l’air conditionné automatique, de radars de recul et de cet agréable pare-brise panoramique Zenith.


Dernière édition par Said B le Lun 2 Juin 2014 - 8:15, édité 9 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 20:47

Voiture : En route pour le Salon de Genève

Genève, du 4 au 14 mars, reste le rendez-vous par excellence des constructeurs pour dévoiler leurs nouveaux modèles. Les organisateurs de cette 80e édition annoncent une centaine de nouveautés, dévoilées en première mondiale.





Alfa Romeo Giulietta
Appelée à remplacer la 147, la Giulietta (4,35 m), qui hérite d’un style à la fois élégant et sportif, inaugure une architecture entièrement nouvelle. Ses débuts en Belgique sont prévus pour le mois de juin.

Audi A1
La petite Audi (3,95 m) est révélée au grand public sur les bords du lac Léman dans sa version 3 portes. Elle est attendue chez nous à la fin de l’été. Une version 5 portes (Sportback) est annoncée quelques mois plus tard.

BMW Série 5
BMW dévoile sa nouvelle Série 5, dont la commercialisation est prévue pour la fin de ce mois. Sous des lignes plus consensuelles, cette berline cache des solutions technologiques issues de la Série 7 et des moteurs plus performants et plus propres. Autres nouveautés : facelift du SUV X5 et des versions coupé et coupé-cabriolet de la Série 3.

Citroën DS High Rider
La DS3 à peine commercialisée, Citroën prépare le lancement de la DS4. Histoire de nous mettre l’eau à la bouche, il propose un concept-car appelé High Rider (4,26 m), qui prend la forme d’un coupé 3 portes équipé d’un moteur « full hybrid » diesel.

Ford Focus
Le style de la Focus ne laissera personne indifférent. La nouvelle compacte de Ford est présentée à Palexpo dans sa version 5 portes mais aussi en version break. Elle arrivera dans le réseau belge au début de l’année 2011.

Honda CR-Z
Le coupé CR-Z fait ses débuts européens en Suisse. Ce modèle 2+2 qui rappelle le coupé CRX des années 1980 se dote d’une motorisation hybride à laquelle est combinée une boîte manuelle à six rapports. Elle arrivera dans le réseau en juin.

Kia Sportage
Après le Sorento, c’est au tour de l’autre SUV de la marque coréenne de se renouveler. Ce modèle compact, à l’image de son cousin Hyundai ix35, se pare d’une robe au style original. Sa commercialisation est attendue pour le mois de septembre.

Mazda5
Le constructeur japonais débarque à Genève avec son nouveau monospace. Le 5 garde ses sept sièges et ses portes latérales coulissantes mais innove avec une carrosserie redessinée au design plus fluide. Sa commercialisation est prévue en fin d’année. Autre nouveauté : facelift de la 6.

Mercedes Classe E Cabriolet
Après la berline et le coupé, Mercedes annonce la sortie pour le printemps de la Classe E cabriolet. Cette 4 places découvrable (4,77 m), qui reste fidèle à la capote, s’équipe d’un pare-vent automatique et d’un chauffage de nuque.

Mini Countryman
La Countryman est la quatrième déclinaison de la gamme Mini. Ce crossover, attendu en septembre, propose, outre une transmission intégrale ALL4 (disponible en option), une position de conduite légèrement rehaussée ainsi qu’un espace agrandi accessible via un hayon et quatre portes classiques.

Mitsubishi ASX
Le constructeur japonais arrive dans le segment des SUV compacts avec l’ASX. Ce modèle (4,30 m) viendra prendre place sous l’Outlander en septembre. Il sera disponible en deux et quatre roues motrices.

Nissan Juke
Le constructeur japonais présente à Genève le Juke, un petit SUV dont le design original est très proche de celui du Qazana, le concept-car dévoilé un an plus tôt. Il est prévu chez nous en septembre.

Opel Meriva
Plus imposant que son prédécesseur, le monospace compact d’Opel innove avec un système Flexdoors dont les portes arrière antagonistes facilitent l’accès à l’intérieur. Il est attendu chez nous en juin.

Peugeot 5by
Peugeot, qui fête cette année ses 200 ans, présente à Genève sa nouvelle identité et sa nouvelle signature en dévoilant le concept-car 5 by Peugeot. Ce modèle imposant (4,86 m) démontre la volonté de la marque française de revenir très prochainement sur le marché des berlines statutaires.

Renault Mégane CC et Wind
Renault fête le retour du printemps avec deux modèles découvrables. D’un côté, la Mégane coupé-cabriolet ,qui reste fidèle au toit en verre, et de l’autre, la Wind, un petit coupé-roadster (3,83 m) dont le toit s’ouvre en seulement 12 secondes. Leur arrivée sur le marché belge est prévue pour juin.

Seat Ibiza ST
La version break de l’Ibiza est dévoilée dans sa version définitive. Ce modèle de 4,23 m s’offre un coffre de 430 litres. Son arrivée en Belgique est prévue pour juin.

VW Touareg
VW présente en Suisse la nouvelle génération de son gros SUV. Extérieurement, le Touareg (4,80 m) apparaît plus dynamique que son prédécesseur. Plus léger de 200 kg, il gagne 20 % en sobriété grâce à de nouveaux moteurs (dont un hybride) plus économiques. Il est attendu chez nous au printemps. Les autres nouveautés : le Sharan et les versions GTI et CrossPolo de la Polo.

Volvo S60
Construite dans l’usine de Gand, la S60 annonce une nouvelle ère pour le constructeur suédois. Cette berline 4 portes au style de coupé s’équipe d’un système capable d’éviter le choc avec un piéton en déclenchant automatiquement un puissant freinage. La suédoise est annoncée en septembre.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 20:54

Auto-Moto : Comme un coupé

Lignes fluides et intérieur chaleureux caractérisent la nouvelle Astra. Mais Opel n’a pas lésiné sur la qualité du comportement et part à l’assaut des conducteurs sportifs.




Avec l’Insignia, sacrée voiture de l’année en 2009, Opel a réalisé un beau retour dans le segment des berlines familiales. Forte de ce succès, la marque allemande tente de remettre cela à l’étage inférieur avec sa nouvelle Astra, un modèle qui ne peut cacher sa filiation avec son aînée. Elle adopte avec bonheur le style revisité du constructeur en affichant un pare-brise incliné et des formes musclées, qui lui procurent presque une silhouette de coupé. Par rapport à l’ancienne génération, l’évolution est significative. Tout le contraire de sa grande rivale, la Golf.

A l’intérieur, même constat. Le design du tableau fait écho aux formes fluides de la carrosserie. Lignes souples et voluptueuses séduisent à coup sûr. L’ambiance est chaleureuse. Elle est l’autant plus qu’une fois la nuit venue, une lumière d’ambiance rouge illumine la base du levier de vitesses et les contreportes avant. Avec 17 cm de plus en longueur et 7 cm de plus au niveau de l’empattement, l’Astra (4,42 m) propose une meilleure habitabilité que sa devancière. Les passagers assis à l’arrière profitent d’un plus grand espace, mais déplorent la trop grande fermeté de la banquette. Le coffre propose le système FlexFloor, dont le plancher mobile peut être positionné sur trois niveaux de hauteur. Côté chargement, le volume minimum est de 370 litres alors que le maxi atteint les 1345 litres. Soit des chiffres dans la moyenne du segment. A noter encore pour l’aspect pratique, la présence d’un nombre important d’espaces de rangement.

Confort amélioré
La nouvelle Astra offre un choix de huit moteurs dont la puissance varie de 95 à 180 ch. Parmi cette large palette, on compte quatre diesel CTDI, dont le 1.7 l de 125 ch. Celui-ci est associé à une boîte manuelle à six rapports. Ses reprises sont convaincantes à bas régime, sans toutefois faire figure de référence. Son appétit est plutôt mesuré et ses performances, malgré la prise de poids, devraient satisfaire la majorité de sa clientèle. Bref, ce 1.7 l diesel, en dépit de son âge, reste dans le coup. A un détail près, son manque de discrétion (bruits et vibrations), que ce soit au démarrage ou lorsqu’on le sollicite, c’est-à-dire en phase d’accélération.

Sur la route, la nouvelle Astra améliore son comportement. Ces progrès sont, en partie, dus à la plus grande rigidité de la structure de son châssis. Comme l’Insignia, elle peut recevoir en option le système de suspension FlexRide, qui s’adapte en continu au style de conduite et aux vitesses en virage. Ce système propose, par ailleurs, quatre modes de comportement – standard, Tour (confort), Sport et personnalisé – qui, tous, agissent sur la suspension. Le choix du mode Sport, en plus d’un changement de couleur du tableau de bord (il passe du blanc au rouge) et d’une plus grande fermeté de la suspension, implique une plus grande réactivité aux mouvements du volant comme de la pédale d’accélérateur. Dans cette configuration, l’Astra fait le bonheur des conducteurs dynamiques sans pour autant sacrifier à leur confort. Il faut dire qu’en plus d’une suspension conciliante, le conducteur bénéficie d’une excellente position, pour autant qu’il ait fait le choix des sièges sport.

L’Astra se dote de quelques équipements de confort et de sécurité de haut de gamme dont la plupart ont été inaugurés par l’Insignia. C’est le cas, par exemple, d’un système d’éclairage qui s’adapte intelligemment au profil de la route et au style de conduite. Ou encore de l’Opel Eye, dont la caméra détecte les panneaux de signalisation. L’Opel est déclinée en quatre niveaux : Essentia, Enjoy, Sport et Cosmo. Dès le premier, l’ESP est proposé de série, de même que le réglage en hauteur et profondeur du volant et du siège conducteur et les rétros et vitres avant à commande électrique. L’air conditionné apparaît dès le niveau Enjoy (qui correspond au premier pour notre version d’essai) tout comme le radio-CD avec commandes au volant, le régulateur de vitesse, le capteur de pluie, l’allumage automatique des phares et les airbags rideaux.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 20:57

Voiture : Deux grands breaks à prix serré

Les breaks spacieux peuvent être financièrement accessibles, la preuve avec la nouvelle Skoda Superb Combi et la version « éco » de la Volvo V70.





Skoda Superb Combi
Un grand break à moins de 24 000 €, voilà ce que propose Skoda en Belgique depuis le début de l’année. Un modèle qu’on pourrait même qualifier d’imposant, car sa taille (4,83 m) lui permet de se comparer sans complexe aux plus huppées Audi A6 Avant et Mercedes Classe E break, respectivement plus longues de 12 cm et 6 cm. A l’intérieur, l’habitabilité de la Superb impressionne, surtout à l’arrière, où les personnes de grande taille profitent d’un espace aux jambes comparable à celui de luxueuses limousines. Le coffre, accessible par un large hayon (à commande électrique en option) n’est pas en reste, puisqu’il propose un volume, banquette en place, de 633 litres. Seule la Mercedes fait mieux, avec 695 litres, alors que l’Audi se contente de 565 litres. Quant au volume maxi, c’est-à-dire banquette rabattue, la Superb Combi bat tous les records : 1865 litres. Les aspects pratiques sont, par ailleurs, bien présents, avec un cache-bagages automatique, un plancher extensible ou encore des éléments d’arrimage pour compartimenter le coffre.

La version Combi hérite de l’offre moteurs de la berline, dont la puissance varie de 105 à 260 ch. Parmi les trois diesel, le 2.0 l TDI de 140 ch (couple de 320 Nm dès 1800 t/mn) se montre très à l’aise pour mouvoir les 1570 kg de l’engin, comme en attestent ses performances : 205 km/h et 10,3 s pour le 0-100 km/h. Equipée d’une boîte manuelle à six rapports (une automatique DSG est disponible contre supplément), notre Skoda, qui affichait seulement 200 km au compteur, s’est contentée d’une moyenne de 6,8 l/100 km. Quelque peu encombrant en ville, le break tchèque s’apprécie surtout sur autoroute. L’insonorisation soignée et la suspension ni trop molle ni trop ferme participent au confort. Tout comme l’excellente position de conduite.
Au final, cette Superb Combi 2.0 TDI n’a pas vraiment de concurrente. Bien finie, confortable, incroyablement spacieuse et proposée à un prix serré, elle jette un pavé dans la mare dans le segment des grands breaks.
Prix de base de la version essayée (2.0 TDI 140 ch) : 26 520 € – la version la moins chère (1.9 TDI de 105 ch) est vendue 23 990 €.

Volvo V70 DRIVe
Le grand break Volvo n’est pas à proprement parler un nouveau modèle. Par contre, sa version portant le label écologique DRIVe est, elle, toute récente. Sous le capot de la suédoise prend place un 1.6 l diesel de 110 ch, celui-là même qui équipe déjà les C30, S40 et V50 de la marque. Plutôt étonnant de découvrir un moteur de si petite cylindrée (couple de 240 Nm dès 1750 t/mn) dans ce modèle de 4,82 m et de 1600 kg, plus habitué à être motorisé par des 2.0 l, voire des 2.4 l diesel. L’objectif de cette association est évidemment de proposer un bilan énergétique attractif à un moment où la consommation et les rejets de CO2 deviennent des critères d’achat incontournables pour le particulier comme pour les sociétés. Si Volvo annonce des émissions limitées à 129 g/km, il nous restait à calculer la consommation de cette version DRIVe à l’aérodynamique retravaillée et équipée d’un indicateur de changement de rapport. Au bout de notre essai, le verdict est tombé : 6,6 l/100 km de moyenne. Ce qui, en tenant compte d’un réservoir de 70 litres, procure à ce break une autonomie de plus de 1000 km.

Si cette V70 pollue et consomme peu, c’est au détriment des performances. Couplé à une boîte manuelle à cinq vitesses dont les 3e, 4e et 5e rapports sont allongés, ce moteur se montre plus agréable dans la circulation urbaine que sur les grands axes, où il est parfois nécessaire de rétrograder pour relancer la mécanique. Dans les chiffres, cela se traduit par un temps de 12,8 s pour passer de 0 à 100 km/h et une vitesse maximum de 190 km/h. Pour le reste, ce break charme toujours par son confort (suspension, insonorisation et position de conduite) et la qualité de sa finition intérieure.
Prix de base : 33 600 €.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:00

Voiture : Venga, un monospace compact

Le dernier-né de Kia offre un volume intérieur et un confort étonnants pour ses dimensions modestes. Maniable en ville, dynamique sur route, il déçoit par contre par ses supensions trop fermes et une insonorisation faiblarde.





Avec une longueur de 4,07 m, le Venga se positionne en concurrent direct des Renault Modus, Nissan Note et Opel Meriva. Il s’en distingue toutefois par sa ligne typée monospace, sa bonne hauteur (1,60 m) et son espace intérieur, avec en particulier une garde au toit généreuse. Voilà de quoi ravir les passagers confortablement assis sur la banquette arrière, coulissante (sur 13 cm) et composée de dossiers réglables en inclinaison pouvant se rabattre facilement afin d’obtenir un plancher parfaitement plat. La capacité de chargement du coffre varie ainsi de 314 à 570 litres (en fonction de la position des sièges arrière et de l’utilisation de l’espace sous le plancher) et peut atteindre 1253 litres lorsque la banquette est rabattue. Ce qui représente un des meilleurs volumes dans le segment. Restons dans les aspects fonctionnels avec la présence de plusieurs espaces de rangement, dont certains sont spacieux. Mais on peut regretter l’absence d’éléments pratiques propres aux monospaces, tels des tablettes au dos des sièges avant ou des trappes sous le plancher.

Manque de punch
Côté mécanique, Kia propose deux essence – 1.4 l de 90 ch et 1.6 l de 125 ch – alors que les diesel CRDi sont au nombre de trois – 1.4 l de 75 et 90 ch et 1.6 l de 115 ch. Le diesel du milieu, dont la boîte manuelle compte six rapports, se montre satisfaisant dans la plupart des conditions. On peut toutefois lui reprocher un manque de punch à bas régime. Pour plus de vigueur, il faut jouer du levier de changement de vitesses ou alors se tourner vers le 1.6 l, plus apte à contrer les 1350 kg de l’engin. Quant au bilan consommation, nous sommes restés sur notre faim avec un résultat moyen malgré la présence en série d’un système de coupure automatique du moteur à l’arrêt.

Avec ses dimensions compactes, le Venga est particulièrement à l’aise en ville, où l’on apprécie sa maniabilité. Il n’en reste pas moins à son affaire lors d’escapades sur route et autoroute. On lui découvre un comportement sain (ESP de série), voire dynamique. Revers de la médaille, l’amortissement est ferme et détériore le confort sur routes dégradées. Autre sujet d’insatisfaction, l’insonorisation moteur, décevante à froid et en accélération. Par contre, bon point pour la position de conduite surélevée, avec un volant et un siège réglables dans les deux sens.

Garanti sept ans ou 150 000 km (comme désormais tous les autres modèles de la marque), le Venga se caractérise par un rapport prix-équipement intéressant. Le premier niveau d’équipement (Lounge) propose de série l’ESP, les airbags frontaux, latéraux et rideaux, le verrouillage centralisé avec commande à distance, les vitres électriques à l’avant, la radio-CD RDS avec prises MP3, AUX et USB avec commandes au volant et l’ordinateur multifonctions. Seul manque l’air conditionné, disponible en option (1000 €). Et pour ceux qui sont en manque de lumière, Kia propose un agréable toit panoramique facturé 850 €.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:02

Auto-Moto : Un scooter écolo

Confortable avec sa selle basse et ses longs marchepieds, le PCX 125i de Honda séduit aussi par son système stop/start et son moteur de dernière génération.





Le système stop/start automatique se généralise peu à peu sur le marché automobile, et on se demandait pourquoi les motos ne suivaient pas. C’est aujourd’hui chose faite, puisque le PCX 125i de Honda dispose lui aussi de ce dispositif. Une solution technique qu’il est actuellement le seul à proposer et qui s’adresse au plus grand nombre, car ce scooter est animé par un moteur de 125cc accessible avec un simple permis voiture (B) dans plusieurs pays européens, dont la Belgique.

2 l/100 km
Comme c’est le cas pour les voitures qui en sont équipées (et même sur certaines camionnettes), le système stop/start du PCX 125i coupe automatiquement le moteur lorsque le scooter est à l’arrêt durant plus de 3 secondes. Par contre, comme il n’y a pas d’embrayage, ce n’est pas au moment où l’on appuie sur la pédale mais bien quand on tourne la poignée de gaz qu’il se remet en route. Ce dispositif, dénommé ACG, utilise un alternateur réversible géré électroniquement. Du coup, la consommation moyenne chute à… 2,17 l/100 km. Avec un réservoir de 6,1 litres, l’autonomie atteint 280 kilomètres, ce qui est énorme pour ce type d’engin.

Pratique
Facile à conduire et pratique à utiliser au quotidien, le PCX se distingue par une selle basse qui permet aux plus petits gabarits de se sentir à l’aise, mais aussi par de longs marchepieds, gages d’une position de conduite reposante. Confortable, la selle intègre un dosseret pour le pilote ainsi qu’une surface généreuse pour le passager. Le coffre aménagé en dessous est sécurisé et accueille facilement un casque intégral. En complément, une boîte à gants a été installée dans l’épaisseur du tablier. A ces espaces de rangement on peut encore ajouter un top-case optionnel de 26 litres à l’arrière.

Ultramoderne
Mais le nouveau PCX 125i ne se contente pas de révolutionner le secteur avec son système stop/start. Il dispose aussi d’un tout nouveau moteur monocylindre 4 temps qui reçoit un traitement destiné à limiter les frictions et une alimentation par injection électronique PGM F1 de dernière génération. A cela s’ajoute un refroidissement liquide et un échappement catalysé. Fabriqué par la filiale thaïlandaise de Honda, capable de produire jusqu’à 1,5 million de deux-roues par an, le PCX 125i est commercialisé en Asie depuis le mois de novembre dernier. Il arrive en Europe d’ici quelques semaines, à un prix qui n’est pas encore fixé.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:05

Moto : Le casque à peau

Recouvert d’une membrane élastique posée sur un matelas de gel, le Lazer Superskin réduit les lésions au cerveau provoquées par les chocs rotatifs. Et cette petite révolution est une invention belge !





En Belgique comme ailleurs, le mois de mars est traditionnellement celui du retour des motos sur les routes. C’est aussi celui de tous les dangers : les motards n’ont plus l’habitude de rouler, les automobilistes n’ont plus l’habitude de les voir, les motos sont restées plusieurs mois sans tourner et, surtout, les routes portent encore les stigmates de l’hiver. Dans ce contexte, les accidents sont fréquents et, comme toujours en moto, la tête est souvent touchée.

D’après une étude européenne, le choc rotationnel est la cause majeure des blessures graves infligées au cerveau. Pour bien comprendre cette notion, il faut savoir que notre cerveau « flotte » dans le crâne, immergé dans le liquide céphalo-rachidien. Lors d’un accident, même avec un casque, l’impact provoque le pivotement instantané de la tête, et le cerveau suit le mouvement rotatoire du crâne. Lorsque le choc est violent, les fibres nerveuses et les vaisseaux sanguins du cerveau se déchirent, avec les conséquences que l’on imagine (coma, paralysie, troubles neurologiques…). Les médecins appellent cela le cisaillement intracérébral.

S’inspirer de la nature
C’est en cherchant une manière de diminuer cet effet de rotation que la société belge de casques Lazer a mis au point la technologie brevetée Superskin, capable de réduire de 67,5 % les risques de cisaillement intracérébral. Son principe de fonctionnement s’inspire directement de la nature, puisqu’il s’agit de recouvrir le casque d’une « peau artificielle » de manière à limiter l’abrasion au moment de l’impact, et donc de réduire le phénomène de rotation. Concrètement, le casque est recouvert d’une membrane extrêmement résistante et très extensible (jusqu’à huit fois sa taille). Fixée sur la calotte du casque et reposant sur un matelas de gel, elle se comporte exactement comme la peau humaine sur le crâne. L’élasticité du revêtement alliée à la lubrification du casque permet à cette peau synthétique de glisser sans faire tourner le casque, divisant par quatre la vitesse de rotation au moment de l’impact.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:10

Voiture : Les modèles préférés en 2009

Recul des immatriculations dû au contexte économique difficile, influence des primes liées aux rejets de CO2… le marché automobile a connu cette année quelques bouleversements. Certains constructeurs, français en tête, tirent malgré tout leur épingle du jeu.





L’année s’est terminée sur un recul de 11 % des immatriculations de voitures neuves (pour un total de 476 194 unités). Un résultat plus que correct si l’on tient compte du contexte économique difficile et du fait que l’année précédente était exceptionnelle. La crise, conjuguée aux primes liées aux rejets de CO2, a t-elle eu une influence sur le classement de vos modèles préférés ? A voir le top 10 et la présence de cinq citadines, on peut répondre par l’affirmative.

La Mégane (près de 50 % des modèles vendus sont des Scénic) retrouve sa place de n° 1 au détriment de la 207. La Golf, renouvelée en 2009, garde sa seconde place. Elle devance l’étonnante Fiesta, seulement 15e en 2008, qui profite de sa version « verte » Econetic pour grimper sur le podium. Belle progression aussi pour la Polo et la Corsa (respectivement 10e et 11e en 2008). Notons encore l’arrivée du Berlingo dans le top 10 (16e en 2008) et le recul des voitures du segment « premium », BMW Série 3 et Audi A4, qui, après respectivement une 6e et une 9e place en 2008, se retrouvent en 12e et 14e positions.

Le Top 10 (nombre d’exemplaires immatriculés)
1. Renault Mégane 17 329
2. VW Golf 13 983
3. Ford Fiesta 13 728
4. Peugeot 207 11 699
5. VW Polo 10 527
6. Opel Astra 10 419
7. Citroën C4 10 103
8. Opel Corsa 10 019
9. Renault Clio 9940
10. Citroën Berlingo 9926
Source : FEBIAC (Fédération Belge de l’Industrie Automobile et du Cycle)

Le classement des marques
Trio français sur le podium des meilleures ventes en Belgique avec, en numéro 1, Renault. La marque au losange, avec 46 774 immatriculations, devance Peugeot (44 680) et Citroën (43 516). VW, premier en 2008, termine l’année à la 4e place (42 483). Du côté des prestigieuses, les statistiques nous apprennent l’immatriculation de 973 Porsche, 92 Maserati, 89 Ferrari, 85 Aston Martin, 73 Cadillac, 46 Bentley, 43 Lotus, 11 Lamborghini, 5 Rolls Royce et 1 Maybach. Notons encore que la meilleure progression de l’année est signée Suzuki. Le succès de la petite Alto a permis à la marque japonaise d’augmenter ses immatriculations de 24,5 %.

Bon à savoir
2009 aura encore été marquée par un recul de la part de marché des voitures diesel. Alors que celle-ci était de 79 % un an auparavant (année record), elle est descendue à 75 %, soit le résultat de 2006. Plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène : l’intérêt pour les voitures de petite cylindrée, les progrès en matière de moteurs essence (consommation et performances) réalisés par les constructeurs et le recul des ventes de versions diesel des voitures de leasing et, particulièrement, du segment « Premium » (Audi A4, BMW Série 3, Mercedes Classe C).

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:13

Voiture : Les atouts de la nouvelle C3

Dynamique malgré ses rondeurs, la compacte de Citroën offre aujourd'hui un haut niveau de confort, un pare-brise panoramique et un nouvel intérieur qui raviront la clientèle masculine.





Les nouveautés se succèdent dans le segment des compactes. Après le restyling des Peugeot 207 et Renault Clio et la transformation de la Polo opérée par Volkswagen, c’est au tour de Citroën de moderniser sa C3. Et, au contraire de ses concurrentes françaises, le constructeur aux chevrons nous propose une toute nouvelle génération, dont l’ambition est de faire aussi bien que sa devancière, vendue à plus de 2 millions d’exemplaires.

Pour atteindre son objectif, Citroën joue la carte de la continuité stylistique. La C3, dont la longueur reste inférieure à 4 m (3,94 m exactement), garde ses rondeurs qui la distinguent de ses concurrentes. Mais les responsables français du design y associent désormais une touche de dynamisme, avec des lignes plus tendues et des feux arrière en forme de boomerang. Le résultat est réussi, la C3 dégageant une impression de robustesse, voire, dans sa version haut de gamme, de sportivité. Cette évolution plaira certainement à une clientèle masculine, séduite par le nouvel intérieur en complète rupture avec le précédent, comme en témoignent le volant aplati dans sa partie inférieure et la planche de bord au design « rétro chic et high tech » qui combine cadrans analogiques et cadran LED digital. Sans oublier l’excellent niveau de finition.

Mais l’élément le plus novateur est sans conteste le pare-brise panoramique Zenith. Proposée de série sur le niveau de finition le plus élevé (Exclusive), cette grande baie vitrée, longue de 1,35 m, augmente le champ de vision des passagers avant de 80° vers le haut. Et en cas de soleil rasant, comme dans les C4 Picasso un occulteur rigide équipé de deux pare-soleil (dépourvus de miroirs de courtoisie) permet une protection partielle ou intégrale.

Malgré sa compacité, la C3 bénéficie d’une habitabilité généreuse à l’avant et correcte à l’arrière. La partie inférieure de la planche de bord étant dégagée, le passager avant peut prendre place davantage vers l’avant. Ce qui, en combinaison avec des sièges amincis, libère de l’espace au niveau des jambes des passagers arrière. Il fallait y penser. Question pratique, la nouvelle C3 dispose de différents rangements (bacs de porte, console centrale…) qui peuvent être complétés par un accoudoir central incluant deux espaces, ou encore d’un tiroir coulissant sous le siège du passager avant. Quant au coffre, avec un volume de 300 litres, il figure parmi les plus spacieux de la catégorie.

Un 1.6 l HDi « propre »
La gamme moteurs compte, à ce jour, quatre blocs essence (de 60 à 120 ch) et trois diesel (de 70 à 110 ch). Parmi ces derniers, le 1.6 l HDi de 90 ch devrait attirer une majorité de la clientèle, vu qu’il se décline en trois niveaux de rejets de CO2 : 110, 104 et 99 g/km. Le premier, qui équipait notre exemplaire (il doit se contenter d’une prime de 3 % contre 15 % pour les deux autres), se montre à l’aise dans la circulation urbaine, où il fait apprécier ses reprises au-dessus du régime de 1500 t/mn. Sur les grands axes, les 90 ch suffisent amplement. Ses performances lui permettent d’envisager de longues distances, même avec quatre personnes à bord. Equipée d’une boîte manuelle à cinq rapports, notre C3 HDi fait preuve d’une certaine sobriété sans toutefois arriver à se montrer aussi frugale que certaines de ses rivales.

Côté châssis, la C3 met l’accent sur le confort. Ses suspensions, combinées avec les jantes 17 pouces (optionnelles) de notre version Exclusive, arrivent à préserver sans peine le dos de ses occupants. Revers de la médaille, quelques mouvements de caisse apparaissent en conduite dynamique. Des mouvements qui, précisons-le, ne pénalisent aucunement le comportement routier. Ajoutons encore une direction douce et précise, une position de conduite agréable (siège et volant réglables en hauteur et profondeur de série), mais aussi une insonorisation mécanique moyenne. La faute au manque de discrétion du moteur diesel, à froid et lors des accélérations.

Citroën décline sa protégée en trois niveaux d’équipement : Attraction, Séduction et Exclusive. Dès le premier, la C3 s’équipe, entre autres, d’airbags frontaux et latéraux avant, de fixations Isofix pour siège enfant, d’un ordinateur multifonctions et de vitres avant à commande électrique. L’air conditionné manuel est de série sur le second niveau. Quant à l’Exclusive, elle se dote du volant et pommeau de levier de vitesses gainés de cuir, de l’air conditionné automatique, de radars de recul et de cet agréable pare-brise panoramique Zenith.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:15

Auto-Moto : Toutes les nouveautés du Salon de l’auto !

« En route pour demain », voilà le thème de cette 88e édition du Salon Auto & Moto de Bruxelles, placée sous le signe de la révolution technologique que le secteur traverse actuellement dans la course aux véhicules plus propres.





- Alfa Romeo (palais 4)
La MiTo s’équipe de nouveaux moteurs essence MultiAir plus respectueux de l’environnement et d’un moteur diesel de 95 ch à 104 g/km de CO2. A découvrir aussi, la 8C Spider et la série spéciale de la Brera Italia Independent avec sa peinture titane mat.

- Audi (palais 5)
L’A8, la berline haut de gamme d’Audi, apparaît sous sa nouvelle robe. Elle est accompagnée de la R8 Spyder et de l’A3 1.6 TDI dans sa version « verte » ne rejetant que 99 g/km de CO2. Le constructeur d’Ingolstadt en profite également pour présenter le prototype de l’A1 Sportback.

- BMW (palais 7)
Le prototype Vision Efficient Dynamics, au design futuriste dévoilé à Francfort, est certainement l’un des modèles marquants de ce Salon. A découvrir aussi, la 320d Efficiency, qui se distingue par sa puissance (163 ch) et ses faibles rejets de CO2 (109 g/km), et les modèles ActiveHybrid du X6 et de la Série 7.

- Chevrolet (palais Cool
Après la jolie berline Cruze, Chevrolet se concentre sur les citadines avec la Spark. Cette petite cinq portes au design original ne manquera pas d’attirer la clientèle de la Matiz, voiture qu’elle est appelée à remplacer.

- Chrysler-Jeep-Dodge (palais 6)
A défaut de présenter de réelles nouveautés, les trois marques du groupe Chrysler proposent plusieurs séries spéciales, dont celles du Chrysler Grand Voyager et des Jeep Wrangler et Commander. A noter aussi, la présence de la Dodge Journey S-Cape, un concept dont le but est de sonder les attentes du public belge.

- Citroën (palais 6)
Une primeur sur le stand Citroën avec la présentation en première mondiale de la C-Zéro, la future voiture électrique de la marque aux chevrons. Cette nouveauté ne doit pas éclipser la toute nouvelle C3 et la luxueuse et distinguée DS3. Intéressant aussi, le concept-car Revolte, vu à Francfort en septembre dernier.

- Dacia (palais 5)
La marque roumaine de Renault attendra le mois de mars et le Salon de Genève pour dévoiler son Duster, le nouveau SUV de la gamme. En attendant, elle présente à Bruxelles le prototype du même nom.

- Daihatsu (palais Cool
Pas de nouveauté sur le stand de la marque japonaise, qui présente l’intégralité de sa gamme, dont l’économique Cuore.

- Fiat (palais 4)
Première mondiale pour le Doblo relifté. Ce ludospace au style sympa gagne en espace et peut désormais emmener jusqu’à sept personnes. Autres attractions, la musclée Abarth 500, la mignonne 500C (cabrio) et la Punto Evo, version rajeunie de la Grande Punto.

- Ford (palais 2)
Première apparition publique pour le duo de monospaces S-Max et Galaxy. L’un et l’autre se présentent sous une robe retouchée et avec un intérieur de meilleure qualité. Autre duo de monospaces qui ne manquera pas d’attirer les familles : les nouveaux C-Max et Grand C-Max. Intéressantes aussi, les versions ECOnetic des Focus (99 et 104 g/km de CO2).

- Honda (palais 7)
La marque nippone présente le facelift du CR-V diesel. Dans sa version diesel i-DTEC, ce SUV s’offre pour la première fois une boîte automatique.

- Hyundai (palais 9)
Le ix35, le nouveau SUV compact appelé à remplacer le Tucson, est la principale nouveauté. Il est accompagné du Santa Fe remodelé et de l’i30 dans une version EcoSport.

- Jaguar (palais 4)
La toute récente XJ est incontestablement l’un des modèles de ce Salon à ne pas rater. Son design inédit annonce une ère nouvelle pour le constructeur anglais.

- Kia (palais Cool
Quatre éléments à retenir sur le stand : le tout nouveau monospace compact Venga, le nouveau SUV Sorento, la Cee’d récemment restylée et, enfin, la garantie de sept ans désormais valable sur tous les modèles de la gamme.

- Lancia (palais 4)
Peu de nouveautés chez Lancia, si ce n’est la récente Delta et la Musa dans une version 1.3 l diesel de 95 ch dont les rejets de CO2 ne dépassent pas 114 g/km.

- Land Rover (palais 4)
Les récentes refontes du Discovery et des Range Rover et Range Rover Sport sont à découvrir chez le constructeur britannique.

- Lexus (palais Cool
Deux nouveautés sur le stand Lexus : le coupé cabriolet IS 250 C et le SUV RX 450h, désormais disponible en version deux roues motrices.

- Mazda (palais 4)
En attraction chez Mazda, le concept-car MX-5 Superlight, qui commémore les 20 ans de ce roadster mythique. A voir aussi, le SUV CX-7, qui, en plus d’une cure de rajeunissement s’offre un moteur diesel, et la 3, qui se décline dans une version sportive MPS attractive.

- Mercedes (palais 10)
Star du dernier Salon de Francfort, le superbe coupé SLS AMG, avec ses portes papillon, est l’une des grandes vedettes de celui de Bruxelles. Il ne doit toutefois pas éclipser la version break de la Classe E ni l’inédite série spéciale CLS Grand Edition.

- Mini (palais 7)
Une première mondiale sur le stand voisin de celui de BMW : la One dans sa version cabriolet. Les Coupé Concept et Roadster Concept sont également à découvrir.

- Mitsubishi (palais 9)
En plus du véhicule électrique i-Miev présenté comme prototype, Mitsubishi propose deux modèles reliftés : le pick-up L200 et le SUV Outlander, qui, dans sa version diesel, se dote d’une boîte auto.

- Nissan (palais 6)
Impossible de ne pas voir la Cube chez Nissan. Ce modèle original se distingue par ses formes cubiques et son intérieur à l’ambiance « lounge ». Dans un autre style, le coupé 370Z est désormais proposé dans une version cabriolet.

- Opel (palais 5)
Commercialisée depuis quelques semaines, la nouvelle génération d’Astra cinq portes fait sa première apparition en Belgique. A ses côtés, deux modèles « verts » : l’Ampera électrique, attendue fin 2011, et la Corsa ecoFLEX, dont les rejets de CO2 sont limités à 98 g/km.

- Peugeot (palais 4)
Le monospace 5008 et le coupé RCZ sont les attractions chez Peugeot. Le constructeur français présente également l’iOn, son futur véhicule électrique, et le prototype BB1, qui propose une solution pour la mobilité urbaine. A découvrir aussi, une technologie hybride diesel Hybrid4 particulièrement respectueuse de l’environnement.

- Porsche (patio)
Deux nouveautés à découvrir sur ce stand : la récente Panamera, la GT quatre portes et quatre places qui rencontre déjà un beau succès commercial, et le Boxster Spyder, une version allégée (seulement 1275 kg) du roadster de la marque allemande.

- Renault (palais 5)
Le constructeur au losange, qui parie sur la voiture électrique, propose deux concept-cars, Zoé et Fluence. Outre ceux-ci, on peut découvrir la très classique berline Fluence et la musclée Mégane Renault Sport.

- Saab (palais 7)
Saab est présent avec la nouvelle 9-5, une berline de grande taille dont on espère qu’elle sera prochainement commercialisée, la question de l’avenir du constructeur suédois restant en suspens.

- Seat (palais 9)
Beau programme pour le constructeur espagnol : l’Ibiza Concept IBZ (la future version break de l’Ibiza), les Leon, Altea et Altea XL en version Ecomotive et les sportives Ibiza FR Bocanegra et Leon Cupra R.

- Skoda (palais 9)
La marque tchèque présente la version break de sa grande berline Superb. Ce modèle Combi impressionne par son rapport budget-volume intérieur. Autre nouveauté récente à voir, le SUV Yeti, disponible en deux et quatre roues motrices.

- Smart (palais 10)
Smart met l’accent sur le nouveau moteur diesel qui développe désormais une puissance de 54 ch.

- Subaru (palais 6)
Les nouvelles Legacy et Outback sont les modèles phare du stand japonais. Elles sont accompagnées des récentes Impreza et Forester.

- Suzuki (palais 7)
Pour séduire le visiteur, la marque nippone mise sur sa petite Alto, son SUV Grand Vitara récemment relifté et quelques séries spéciales.

- Toyota (palais Cool
Du vert sur le stand du constructeur japonais avec la récente Prius et le concept Auris HSD Full Hybrid, qui annonce pour mi-2010 la version définitive de l’Auris hybride. Le nouveau Land Cruiser fait aussi sa première apparition en Belgique.

- Volkswagen (palais 5)
La couleur blanche domine sur le stand VW. Avec en vedettes quelques versions BlueMotion, dont celle de la Polo, élue « Voiture de l’Année ». Les récentes Golf Variant, Multivan et Caravelle sont les autres « premières » de la marque allemande.

- Volvo (palais 5)
Outre les modèles de la gamme DRIVe, le constructeur suédois présente le concept-car de la future S60, la V70 Plug-In Hybrid, les C30 et C70 remodelées et le programme sportif R Design.

Les autres marques…
- Aston Martin (palais 2) : la très réussie Rapide est la première quatre portes de la marque anglaise.
- Ferrari (patio) : deux stars sur le stand italien, la récente 458 Italia (V8 de 570 ch) et la California (V8 de 460 ch), le premier coupé-cabriolet de la marque.
- Isuzu (palais 9) : le pick-up D-Max reste le seul modèle de la marque japonaise.
- KTM (palais 1) : spécialiste moto, le constructeur autrichien s’est lancé dans le quatre roues sportif avec l’impressionnante X-Bow.
- Lotus (patio) : première belge pour l’Evora , un coupé 2+2 à moteur central.
- Tesla (palais 6) : le constructeur américain est présent avec son roadster S (électrique) sur l’Eco-stand de la Febiac.
- Rolls-Royce (patio) : à découvrir, la Ghost, la « petite » nouvelle (5,40 m tout de même) de la prestigieuse marque « British ».

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:18

Moto : Plaisirs divers

Même si l’hiver n’est pas le moment le plus propice pour se balader en moto, le Salon de Bruxelles constitue une formidable vitrine de ce qui vous attend cette année.





Le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’avec une progression de 8 % en 2009, les scooters ont le vent en poupe. Faut-il y avoir le signe d’un changement de mobilité ? Probablement, puisque le segment des 125cc (motos et scooters), accessible avec le permis B (voiture), progresse carrément de 15 %.

Les scooters
Adiva Avec son toit rigide qui s’escamote dans le top-case en seulement 20 s, l’Adiva (disponible en 125cc avec le permis voiture ou 200cc) révolutionne la mobilité à deux roues.

Peugeot Chez Peugeot, les nouveautés 2010 sont le Kisbee (50cc) et le Tweet (50 et 125cc). Le constructeur français travaille aussi sur un scooter hybride à 3 roues, l’HYbrid3 Evolution, encore à l’état de prototype.

SYM Le constructeur taiwanais lance trois nouveautés en 2010 : le Jet 4 (50 et 125cc), le Maxsym et le Evie. Le Jet 4 se distingue par ses nombreux espaces de rangement. Avec le Maxsym, SYM fait les yeux doux aux amateurs de gros scooters, puisqu'il existe en 400 et 600cc. Quant au Evie, il permet à SYM de proposer une solution électrique.

Yamaha Les nouveautés se nomment X-Max 250 et BW's 125. La première hérite d’un nouveau cadre plus rigide, d'une face avant remaniée et d'une bulle plus enveloppante. On relève encore l'arrivée du T-Max White Max dans la gamme.

MBK Le Skycruiser (125 et 250cc) est techniquement identique au Yamaha X-Max (MBK appartient à Yamaha). Pour 2010, il adopte un nouveau cadre plus rigide, alors que la face avant et le pare-brise bénéficient d'un style plus moderne. Les nouveaux Skycruiser proposent également un coffre sous selle capable d'accueillir deux casques intégraux.

Piaggio Outre le très attendu MP3 Hybride à trois roues qui associe un moteur à explosion et un moteur électrique, le constructeur italien présente le X7 Evo et le Carnaby Cruiser 300.

Kymco Nouveautés à la pelle chez Kymco pour 2010. Dans la série Agility, l'Agility 50 City et l'Agility RS Naked viennent compléter l'offre. Plus haut de gamme, Kymco propose les scooters Dink Street 125i et Dink Street 300i. Ce dernier s'inspire de l'esthétique du 125cc mais fait appel à un tout nouveau moteur monocylindre de 29 chevaux.


Les gros cubes
BMW Dérivée de la machine engagée en championnat du monde Superbike, la version routière de la S1000RR développe 193 chevaux pour seulement 183 kilos. Elle est équipée d’un ABS type racing et d’un contrôle de traction.

Honda C'est la VFR1200 qui attire tous les regards chez Honda, avec sa technologie issue du MotoGP. Par rapport à la VFR 800, qu’elle remplace, le moteur V4 est resté très compact, bien que sa cylindrée ait été revue nettement à la hausse. La puissance atteint 172 ch.

Kawasaki La Z1000 est un tout nouveau roadster, au style résolument agressif.

Yamaha Lancée l'an dernier en version « nue » et semi-carénée, la XJ6 Diversion élargit son offre avec une variante à carénage intégral qui offre au pilote plus de confort et de protection face aux caprices de la météo.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Mer 31 Mar 2010 - 21:20

Voiture : Look futuriste pour sécurité optimale

Scooter à trois roues motrices, le Peugeot Hybrid3 Evolution assure question stabilité. Et en combinant l’essence et l’électricité, il ne réclame que 2 l/100 km.





Ce fut l’une des stars du Salon de la moto de Milan, qui s’est déroulé du 10 au 15 novembre. Avec ses lignes tendues, ses formes acérées, ses rampes de feux LED et ses phares high-tech, l’Hybrid3 Evolution ne passait pas inaperçu sur le stand Peugeot. Et ses deux moteurs électriques logés dans les roues avant ainsi que son moteur essence suralimenté pour la roue arrière en ont étonné plus d’un.

Ces trois roues motrices lui assurent une stabilité et une sécurité optimales. Voilà une solution technique qui réduit considérablement le centre de gravité du scooter. Sa largeur de 82 cm lui permet de s’insérer aisément dans la circulation urbaine, et le freinage est équipé de l’ABS ainsi que d’un répartiteur électronique. De plus, les moteurs électriques des roues avant agissent comme des dynamos pour récupérer l’énergie lors des phases de décélération. Grâce à cet ensemble, la distance de freinage est réduite de 30 % par rapport à un rival à deux-roues.

Technologie hybride
Son moteur thermique à essence de 300cc développe 41 chevaux. Les deux moteurs électriques des roues avant sont alimentés par des batteries lithium-ion qui peuvent être rechargées en récupérant l’énergie du freinage. Il n’y a aucune liaison mécanique entre l’avant et l’arrière, tout étant géré électroniquement. L’Hybrid3 Evolution fonctionne de trois manières différentes. En mode électrique seul (au démarrage, à faible vitesse et en décélération), en mode thermique seul (à vitesse stabilisée), et avec les deux types de propulsion combinés (en phase d’accélération).

Autre atout de l’Hybrid3 Evolution : le stop-start. Ce dispositif permet la mise en veille du moteur thermique lors des phases d’arrêt (à un feu, lors d’un stop ou dans les embouteillages) ou quand le scooter évolue en mode « tout électrique ». Cette technologie diminue sa consommation et le rend plus respectueux de l’environnement, surtout lorsque le trafic est très dense : 2 l/100 km et 48 g de CO2/km en moyenne. Et en mode électrique seul, aucune émission polluante n’est rejetée. Reste à savoir quand ce prototype donnera naissance à une version de série…

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:19

Voitures : Des familiales économiques et écologiques

Abaisser la consommation et réduire les émissions de CO2 figurent parmi les préoccupations majeures des constructeurs. C’est tout profit pour l’acheteur qui, en choisissant un modèle « vert », bénéficie de primes attractives.




Volkswagen Golf BlueMotion
La Golf BlueMotion était particulièrement attendue. Et pour cause, avec des rejets de CO2 de seulement 104 g/km, elle bénéficie d’une prime de 15 %. Un atout non négligeable pour une voiture de ce gabarit et de cette réputation. Mais cet aspect financier mis à part, quelles sont les raisons d’acheter cette Golf « verte » ? La principale se situe sous le capot. L’allemande reçoit le nouveau 1.6 l TDI de 105 ch couplé à un système stop/start et à une boîte manuelle à cinq rapports. Par rapport à l’ancien 1.9 l TDI de même puissance qui équipait la génération précédente de la BlueMotion, on peut dire qu’il n’y a pas photo. Discret, silencieux et plaisant, ce moteur de type common rail (couple de 2500 Nm dès 1500 t/mn) est une vraie réussite. A une exception près, son manque de punch sous le régime de 1800 t/mn. Pour gommer cette imperfection, il suffit de jouer de la boîte, par ailleurs très agréable à manipuler.

Question performances, la VW fait bonne figure. Elle atteint la vitesse maximale de 190 km/h et accélère de 0 à 100 km/h en 11,3 s. Mais reste le plus important, la consommation. Alors que VW annonce 4,0 l/100 km, nous avons réalisé une moyenne de 5,0 l/100 km. Un résultat plutôt satisfaisant sachant que nous avons fait le choix d’une conduite classique, c’est-à-dire sans retenue, tout au long de notre essai, que ce soit en ville, sur route ou autoroute. Et que nous ne nous sommes pas privés de profiter des qualités de son excellent châssis. C’est dire qu’en adoptant une conduite plus relax, il est tout à fait possible d’atteindre, voire d’améliorer la consommation moyenne annoncée par le constructeur.

VW enfonce encore le clou puisqu’il annonce la commercialisation, au début de l’année prochaine, d’une BlueMotion encore plus performante. Toujours motorisée par le 1.6 l TDI, cette version bis à l’aérodynamique améliorée et à la gestion du système d’injection retravaillée abaissera ses émissions de CO2 à 99 g/km et sa consommation à 3,8 l/100 km. Avec à la clé une autonomie de… 1400 km. Prix de base : 21 930 € (3 portes) – 22 606 € (5 portes)

Volvo C30 DRIVe
Chez Volvo aussi, on est à la recherche de la meilleure formule pour abaisser la consommation et les rejets de CO2. Et à voir les C30, S40 et V50 dans leur configuration DRIVe, on se dit que les Suédois l’ont trouvée. Jusqu’il y a peu, ces trois modèles limitaient leurs émissions de CO2 à 104 g/km, ce qui permettait de profiter d’une prime de 15 % sur le prix d’achat de la voiture. Depuis quelques semaines, la C30 reliftée (sa face avant a été redessinée) fait encore mieux, puisque ses émissions atteignent les 99 g/km et sa consommation moyenne 3,8 l/100 km. Cette version, équipée comme la précédente d’un système start/stop, peut désormais couvrir une distance de 1380 km avec un plein. D’un point de vue technique, la C30 DRIVe reste motorisée par un 1.6 l de 110 ch auquel est mariée une boîte manuelle à cinq rapports. Essayée dans sa version 104 g/km, la consommation de la C30 s’était fixée à une excellente moyenne de 5,3 l/100 km. Une moyenne qu’il est possible d’abaisser encore en adoptant une conduite économique ou en empruntant les grands axes aux vitesses légales. Prix de base : 21 650 €

BMW 730d
Pas question pour la Série 7 de céder aux tentations d’une version « verte ». Du moins, pas tout de suite. Non, si nous évoquons ici cette 730d, c’est parce que, outre ses qualités de confort et de comportement et la richesse de son équipement, nous avons été tout simplement bluffés par le niveau de sa consommation. Si son moteur V6 diesel 3.0 l de 245 ch (couple de 540 Nm dès 1750 t/mn) lui offre d’excellentes prestations (245 km/h et 7,2 s pour le 0-100 km/h), il a l’avantage de se montrer étonnamment sobre. Durant notre essai, la consommation moyenne s’est limitée à 8,2 l/100 km. Un résultat remarquable pour une voiture de ce gabarit (5,07 m et 1940 kg). Mais que dire alors des 6,7 l/100 km réalisés lors d’un parcours de plusieurs centaines de kilomètres sur autoroute à vitesse constante… Il est décidément loin le temps des grandes berlines gloutonnes. Prix de base : 76 900 €

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:21

Voiture : Une familiale bientôt incontournable

La commercialisation de la Chevrolet Cruze, dont le principal argument est un rapport prix/prestations attractif, tombe à un moment où la plupart des acheteurs sont à la recherche de la bonne affaire.




La Cruze ne passe pas inaperçue. Elle affiche une ligne dynamique, quasi sportive – proche de celle d’un coupé –, qui la démarque des classiques et, souvent, insipides quatre portes européennes et japonaises. A l’intérieur, l’ambiance est de la même veine. Le poste de conduite est joliment dessiné. Il se montre en plus ergonomique avec un volant trois branches (réglable en hauteur et profondeur) agréable au toucher et une console centrale claire et très intuitive. Question habitabilité, la Chevrolet ne se distingue, par contre, pas vraiment de ses concurrentes. L’espace à l’avant comme à l’arrière est suffisant. Même constat pour ce qui est de la capacité de chargement du coffre. Quelque 450 litres, ce n’est pas mal du tout, mais c’est un peu moins bien qu’une Volkswagen Jetta, qui en propose 65 de plus.

Le programme moteurs compte deux blocs quatre cylindres : un 1.6 l essence de 113 ch et un 2.0 l diesel équipé d’un filtre à particules décliné en deux niveaux de puissance : 125 et 150 ch. La version diesel la plus accessible est, comme la plus puissante d’ailleurs, couplée à une boîte manuelle à (seulement) cinq rapports. Ce choix peut paraître surprenant pour un moteur de cette cylindrée, qui aurait mérité une boîte « six » à l’étagement des rapports plus court. Ceci dit, cela n’a pas vraiment d’incidence sur le niveau de consommation. Pour le reste, ce moteur diesel se caractérise par une puissance suffisante, des reprises correctes (du moins au-dessus de 1500 t/mn) et une sonorité contenue aux vitesses autoroutières. Ce qui n’est pas le cas au démarrage, où il manque de discrétion.

Confortable et généreusement équipée
Bien qu’elle ait des ambitions mondiales, la Cruze a pour objectif de conquérir en priorité le Vieux Continent. Ce n’est donc pas un hasard si son châssis a été développé et testé sur les routes européennes. Et on n’est pas étonné de lui découvrir un comportement fait de compromis car censé plaire à la majorité. Concrètement, ses suspensions, assez souples, lui permettent de gommer efficacement les inégalités de la route. Cette option technique risque de décevoir les amateurs de conduite dynamique. Qu’importe, la Chevrolet cherche avant tout à plaire aux pères de famille à la recherche d’une voiture confortable, avec une bonne position de conduite, et généreusement équipée.

De ce côté-là, la Cruze, proposée en deux niveaux de finition (LS et LT), n’a pas de souci à se faire. On est tout de même surpris que le niveau d’équipement soit lié à la puissance du moteur. Dans la pratique, notre version diesel 125 ch n’est disponible qu’en LS alors que le LT est réservé à la 150 ch. Bref, en version LS ou 125 ch, ce modèle est livré de série avec le système antipatinage, l’ESP, les phares antibrouillards, les airbags frontaux, latéraux et rideaux, les fixations Isofix pour sièges enfant, les sièges avant et le volant réglables en hauteur et profondeur, le verrouillage centralisé avec commande à distance, les rétros et vitres avant et arrière à commande électrique, l’ordinateur multifonctions, la climatisation manuelle, du volant et le pommeau de levier de vitesse recouverts de cuir, la radio-CD MP3 avec commandes au volant et les jantes alu 16 pouces. Alors, cette Cruze est-elle finalement une bonne affaire ? Assurément.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:24

Voiture : Des japonaises vertes et sportives

Crise oblige, les marques étrangères ont déserté le Salon de Tokyo. Mais les constructeurs locaux ont répondu présent, et ils ont dévoilé des prototypes annonciateurs de modèles verts.




Honda
Bien qu’il porte encore le nom de concept, le coupé CRZ de Honda est très proche du modèle de série attendu chez nous au second semestre 2010. Comme l’Insight, cette sportive deux places héritera d’une motorisation hybride dont le constructeur nippon n’a pas encore révélé les caractéristiques techniques.

Lexus
Construite à la main, cette LFA est la première supersportive de la marque de luxe de Toyota. Ce coupé deux places est très performant, avec son moteur V10 de 560 ch (325 km/h – 3,7 s pour le 0-100 km/h), et particulièrement exclusif, puisqu’il sera produit à seulement 500 exemplaires. Son prix ? 377 000 €.

Mitsubishi
Derrière l’appellation PX-Miev se cache un crossover de 4,51 m à quatre roues motrices, équipé d’un système hybride rechargeable. Celui-ci, composé d’un 1.6 l essence et de deux moteurs électriques, permet de rouler 50 km en mode « zéro émission ».

Nissan
Aux côtés de la Leaf, la future berline 100 % électrique de la marque, annoncée en Europe fin 2010, Nissan dévoile le Land Glider. Ce véhicule électrique au look particulier appelle à reconsidérer le mode de transport en zones urbaines. Son habitacle est réservé à deux personnes assises en tandem et sa carrosserie étroite s’incline dans les virages. Sensations garanties !

Subaru
De grandes portes papillon caractérisent le prototype Hybrid Tourer Concept. Les autres particularités de ce modèle de 4,63 m à quatre places ? Un moteur hybride (2.0 l essence avec deux électriques), un tableau réglable en hauteur et un plancher parfaitement plat, malgré la présence d’un système de transmission aux quatre roues.

Suzuki
La Swift s’équipe d’un système intégrant un moteur électrique, une batterie et un générateur rechargeable par moteur thermique. Sur courtes distances (maximum 20 km), elle est conçue pour ne fonctionner qu’à l’énergie électrique. Elle est, par ailleurs, alimentée par une batterie rechargeable à partir d’une prise secteur. Lorsque la batterie est déchargée, le moteur thermique prend la relève et recharge la batterie.

Toyota
Que les amateurs de sensations se rassurent, Toyota confirmera prochainement son retour sur le marché des coupés accessibles. Le prototype FT-86 annonce en effet la production d’un modèle sportif compact (4,16 m) qui sera équipé d’un moteur 2.0 l essence de type boxer, fruit de la collaboration avec Subaru. Mais pour acquérir ce coupé (qui pourrait reprendre l’appellation Celica), il faudra se montrer patient. Son arrivée sur le marché européen n’est pas programmée avant le début 2011.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:26

Auto-Moto : L’alternative urbaine

Il a fière allure, le Citycom 125 de Sym. Un scooter aussi stable que maniable pour se faufiler dans les embouteillages. Avec son prix tout doux, pas étonnant qu’il soit le best-seller de l’année !




Méconnu chez nous jusqu’il y a peu, Sym est un géant industriel taïwanais dont l’activité remonte à 1954 et qui écoule actuellement un million de deux-roues motorisés par an. Les usines Sym produisent également des voitures sous licence pour Hyundai. Bref, les bases sont solides… Et le slogan est clair : « Value for money ». En français : en avoir pour son argent. C’est donc sur le prix que la marque joue pour s’imposer. Mais pas seulement, car en matière de scooters et même avec 20 % de parts de marché sur le segment des 125cc en Belgique, cela ne suffit pas.

Pour nous rendre compte de ce que propose la marque en matière de mobilité, nous avons enfourché le Citycom 125. Le choix ne fut pas évident, car à notre grande surprise, la gamme Sym compte une trentaine de modèles allant de 50 à 300cc. Le Citycom 125 semblait parfaitement positionné avec son look moderne, sa cylindrée accessible aux automobilistes et son prix de 3199 euros.

Esthétiquement, le Citycom, qui existe aussi en version 300cc, a plutôt fière allure. A mi-chemin entre un scooter GT et un citadin à grandes roues, il chasse clairement sur les terres du Yamaha X-Max, même si ce dernier vient de bénéficier d’une importante mise à jour. On pourrait aussi le comparer au Peugeot 125 Géopolis (importé par la même société sur le marché belge) et au Honda SH 125. Bref, la concurrence ne manque pas, mais elle est plus chère…

Il ratisse large
Car le secret du Citycom, c’est de comprimer les prix tout en restant attrayant. Compact, dynamique, efficace au quotidien et capable d’évoluer à un bon rythme, le Sym ratisse large. Pare-brise solidaire de la direction, lignes acérées, double optique avant séparée, large tunnel central et selle biplace : tout y est. On a même droit à un compte-tours sur le tableau de bord. La position de conduite est proche du guidon, jambes à l’équerre, mais le soin apporté à l’assemblage laisse un peu à désirer. On aurait aimé, par exemple, que l’ouverture et la fermeture du coffre sous la selle soient guidées par des vérins.

D’une manière générale, le Citycom 125 est moins soigné que le GTS 125 Evo du même constructeur, lequel est pourtant légèrement moins cher (50 euros). Par contre, le Citycom est nettement plus agréable à manier et se faufile avec plus d’aisance dans la circulation. Rigide et stable grâce à ses grandes roues, il tient parfaitement bien le bitume, quelle que soit l’allure. Puissant et facilement dosable (mais sans ABS), le freinage met en confiance, alors que le petit moteur 125cc quatre temps suffit à la tâche (100 km/h compteur), pour autant qu’on ne s’aventure pas sur autoroute.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:30

Voiture : Essence ou diesel ?

Aujourd'hui, trois Belges sur quatre optent pour une voiture neuve à moteur diesel. Mais cette situation inédite devrait évoluer dans les mois à venir, pour des raisons économiques.




Primo, l’augmentation des accises annoncée par le gouvernement entraînera une hausse du prix du diesel, et à terme, un moindre intérêt pour les voitures roulant au gazole. Secundo, après avoir donné la priorité aux diesel, les constructeurs ont amélioré les performances des moteurs essence, au point que les dernières générations ont baissé leur consommation de façon significative.

Voilà qui fera certainement réfléchir la moitié des automobilistes belges, c’est-à-dire ceux qui parcourent moins de 15 000 km par an. Car pour Toyota et le club automobile néerlandophone VAB, une chose est certaine, ces « petits » rouleurs qui, pour la majorité, effectuent quotidiennement des trajets inférieurs à 15 km (principalement sur le réseau secondaire), ont tout intérêt à opter pour une voiture essence, quelle que soit la catégorie. Des tests comparatifs réalisés par le VAB démontrent en effet que, sur base de 10 000 et 15 000 km par an, le prix de revient au kilomètre (*) des voitures testées (Toyota iQ et Avensis, Hyundai i20, Peugeot 3008, Renault Scénic et VW Golf) est, à deux exceptions près, inférieur pour la version à moteur essence. Ces deux exceptions (iQ D-4D et Golf TDI BlueMotion) bénéficient, il est vrai, d’une prime de 15 % grâce à leurs faibles émissions de CO2.

Rouler au diesel revient donc plus cher pour ceux qui effectuent des petits trajets. Ce surcoût oscille entre 1 et 11 centimes d'euro/km. Le VAB va même plus loin en précisant, après des tests « grandeur nature » effectués à différentes vitesses (de 30 à 90 km/h), que la consommation mesurée est systématiquement plus élevée que la consommation annoncée par les constructeurs. Concrètement, les voitures à moteur essence consomment en moyenne 10 % de plus alors que l’augmentation serait de 20 % pour les voitures diesel. Parmi elles, ce sont les éco-voitures, soi-disant plus sobres, qui affichent les écarts les plus importants…

Le point de vue écologique
Autre élément à ne pas négliger : les émissions. A l’origine du réchauffement climatique, le CO2 n'est pas directement nocif pour la santé humaine ou animale. Les différents gouvernements qui visent une réduction du CO2 encouragent, via l'octroi de primes, l'achat de voitures roulant au diesel. Mais celles-ci sont montrées du doigt pour ce qui des émissions d'hydrates de carbone, de NOx et de particules fines. Ces agents polluants sont très toxiques pour la santé. D'un point de vue écologique, l'essence l'emporte sur le diesel. Du moins jusqu'en septembre 2015, où toutes les voitures équipées de moteurs diesel devront satisfaire à la nouvelle norme Euro 6. Ce qui, et c’est une bonne nouvelle, les amènera à des niveaux de rejets équivalents à ceux des voitures essence.

En conclusion, pour un grand nombre d’automobilistes, c’est-à-dire ceux qui ne roulent pas plus de 15 000 km/an, il n'y a aucune raison économique de privilégier le diesel par rapport à l'essence. Par contre, pour ceux qui parcourent plus de 20 000 km par an, le diesel reste imbattable aujourd'hui et probablement aussi demain, lorsque le prix du diesel sera égal à celui de l’essence. Mais là, il faudra parcourir davantage encore de kilomètres pour s’y retrouver.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:32

Voiture : Des voitures 100 % propres

Nous vous présentions la semaine passée les véhicules électriques en projet chez Renault. D’autres grands constructeurs planchent sur leurs propres modèles. En voici quelques-uns, attendus d’ici un à deux ans.




Nissan Leaf
Avec la Leaf, Nissan compte proposer une voiture électrique à un prix abordable. Cette familiale cinq places au style reconnaissable est annoncée comme la première d’une gamme à « émission zéro ». Son moteur développe une puissance de 122 ch.
Infos techniques : vitesse maxi : 130 km/h – autonomie : 160 km – temps de recharge : 8 h.
Commercialisation : 2011.


Peugeot iOn
Ce véhicule compact (3,48 m) est le résultat de la collaboration entre Mitsubishi et PSA (un modèle Citroën est également prévu). La puissance du moteur de cette citadine développera 64 ch.
Infos techniques : vitesse maxi : 130 km/h – autonomie : 130 km – temps de recharge : 6 h.
Commercialisation : fin 2010.


Smart
Le mois prochain, dans l’usine de Hambach, en France, commencera la production de la Smart électrique. Ce modèle construit à 1000 exemplaires fera, en 2010, l’objet d’une expérimentation aux Etats-Unis et dans différents pays européens. La version destinée à la commercialisation (moteur de 41 ch) est attendue deux ans plus tard.
Infos techniques : vitesse maxi : 100 km/h – autonomie : 115 km – temps de recharge : 8 h.
Commercialisation : 2012.


Volkswagen E-Up !
Commercialisée en 2011, la petite Up ! (3,19 m) sera déclinée dans une version électrique deux ans plus tard. Son moteur de 80 ch et son poids raisonnable permettront à cette citadine d’afficher de bonnes performances (11,3 s pour le 0-100 km/h).
Infos techniques : vitesse maxi : 135 km/h – autonomie : 130 km – temps de recharge : 5 h.
Commercialisation : 2013.


Volvo C30
En plus d’un modèle hybride « plug-in » (rechargeable) attendu en 2012, le constructeur suédois déclinera sa compacte dans une version 100 % électrique.
Infos techniques : vitesse maxi : 130 km/h – autonomie : 150 km – temps de recharge : 8 h.
Commercialisation : 2013.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:34

Voiture : Le boom des voitures électriques

Au Salon de Francfort, nombreux étaient les constructeurs qui présentaient leur(s) projet(s) en matière de véhicules verts. Parmi eux, Renault dévoilait pas moins de quatre concept-cars à moteur électrique.




Carlos Ghosn, le patron du groupe Renault-Nissan a en effet confirmé la commercialisation dans les deux années à venir de ces modèles Z.E. (Zero Emission, c’est-à-dire 100 % électriques), qu’il annonce compétitifs en termes de performances, de confort et de prix.

Twizy
Ce petit modèle correspond à une nouvelle vision de la mobilité urbaine. Ses mensurations (2,30 m de long et 1,13 m de large) et son architecture associent les avantages des véhicules à deux et quatre roues tout en offrant un maximum d’agilité et de sécurité. Avec son châssis à quatre roues et son moteur électrique de 20 ch, Twizy propose des performances en termes d’accélération comparables à celles d’un deux-roues de 125 cm3. Par ailleurs, sa carrosserie enveloppante, véritable cocon, protège ses deux occupants assis en tandem.
Infos techniques : vitesse maxi : 75 km/h – autonomie : 100 km – temps de recharge : 3 h 30. Commercialisation : fin 2011.

Zoé
Joliment dessinée, cette voiture compacte à quatre places (4,10 m) se présente sous une carrosserie de coupé. Elle s’adresse aux clients à la recherche d’un véhicule polyvalent qui puisse répondre aux usages quotidiens, comme par exemple les trajets domicile-école-travail ou bien encore le shopping. Ce modèle, dont le moteur avec batterie lithium-ion développe 95 ch, s’équipe d’un toit qui optimise la gestion de la climatisation afin de prolonger son autonomie.
Infos techniques : vitesse maxi : 140 km/h – autonomie : 160 km – temps de recharge : de 4 à 8 h. Commercialisation : mi-2012.

Fluence
Véritable véhicule familial, ce modèle (4,82 m) s’adresse à celui qui utilise quotidiennement sa voiture pour se rendre au bureau et qui souhaite emmener sa petite tribu en week-end. Son moteur, qui développe une puissance de 95 ch, affiche une autonomie de 160 km et dispose de trois possibilités de recharge de la batterie : standard (entre 4 à 8 heures), rapide (en 20 minutes) et instantanée en 3 minutes grâce à un système exclusif d’échange de batterie « Quickdrop » disponible dans des stations-services.
Infos techniques : vitesse maxi : N.C. – autonomie : 160 km – temps de recharge : de 4 à 8 h (standard). Commercialisation : fin 2011.

Kangoo
Réalisé sur base de la version Be Bop, ce véhicule compact (3,95 m) est destiné tant à une clientèle familiale que professionnelle. Pour économiser l’énergie, le toit du Kangoo est recouvert de panneaux solaires, qui alimentent un système de régulation de la température à l’intérieur de l’habitacle.
Infos techniques : vitesse maxi : 130 km/h – autonomie : 160 km – temps de recharge : de 4 à 8 h. Commercialisation : début 2011.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Ven 2 Avr 2010 - 2:36

Voiture : Un monospace rationnel/fonctionnel

Longtemps présent dans les différents segments de monovolumes, Toyota se concentre aujourd’hui sur celui des compacts. Le Verso, qui remplace la Corolla Verso, profite de l’occasion pour laisser tomber le nom du modèle.




Le constructeur japonais précise que ce changement d’appellation met en valeur la nouvelle plateforme étudiée pour satisfaire les souhaits de la clientèle, attirée avant tout par la modularité, l’habitabilité et le confort. Ce savant mélange, le Verso tente de le proposer sous des formes modernes qui le rendent plus dynamique que son prédécesseur. L’intérieur spacieux permet d’accueillir, au choix, cinq ou sept personnes. Dans cette seconde version, l’espace réservé aux places du fond, pas très accessibles, est réduit. Vu la longueur du véhicule (4,44 m), le contraire aurait été surprenant. Mais un des atouts du Verso, ce sont les trois sièges de la seconde rangée coulissant individuellement pour proposer soit un coffre plus grand, soit davantage d’espace pour les jambes des passagers arrière. Une fois les différents sièges rabattus (l’opération est très simple), ce modèle dispose d’un plancher parfaitement plat. Selon la configuration, la capacité de chargement du coffre (jusqu’au toit) varie de 198 litres à 699 litres, voire 1696 litres tous sièges rabattus. Côté pratique, on note encore la présence de nombreux espaces de rangement, comme ce logement dans le coffre, sous le plancher (en configuration 7 places) ou encore la très pratique double boîte à gants.

Comportement efficace
La gamme mécanique du Verso compte cinq motorisations : deux essence (132 et 147 ch) et trois diesel (126, 150 et 177 ch). Le moteur diesel de base, un 2.0 l, se révèle plaisant. Son caractère volontaire et sa discrétion, puisque les bruits et les vibrations sont parfaitement maîtrisés, devraient satisfaire la majorité des pères (et mères) de famille. Marié à une boîte manuelle à six rapports, dont on peut reprocher une commande quelque peu imprécise, il se distingue en outre par un niveau de consommation raisonnable.
En action, le Verso adopte un comportement comparable à celui de ses prédécesseurs, c’est-à-dire, sans histoire. Il travaille efficacement en maîtrisant facilement ses mouvements de caisse. Les ingénieurs nippons proposent des suspensions au compromis quasi idéal avec d’un côté, une tenue de route rassurante et de l’autre, un confort de qualité. Le volant et le siège réglables dans les deux sens permettent de trouver aisément la bonne position de conduite. On apprécie par ailleurs la position surélevée du levier de changement de vitesse. La seule ombre au tableau concerne l’insonorisation aérodynamique. Des bruits de vent apparaissent à allure autoroutière, ce qui se révèle gênant sur les longues distances.

Dès le premier niveau d’équipement (Natura), ce modèle dispose de rétros et vitres avant à commande électrique, d’un radio-CD, du contrôle de stabilité VSC et de 7 airbags. La climatisation manuelle apparaît au niveau supérieur (Terra), tandis que le cruise control, le kit mains libres Bluetooth, les phares antibrouillards, les vitres arrière à commande électrique, l’accoudoir central avant et le volant cuir sont proposés en finition Luna. Les plus exigeants se tourneront vers la Sol (jantes alu, climatisation automatique, sièges avant chauffants, capteurs de pluie et de luminosité, caméra de recul) ou vers la Premium, qui s’enrichit de phares xénon, du système GPS et d’un grand toit en verre panoramique.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Dim 4 Avr 2010 - 18:34

Voiture: Plus de maturité pour la Polo

La compacte de VW fait peau neuve ! Avec sa ligne proche de la Golf et une finition revue à la hausse, elle gagne en sobriété. Discret, son moteur limite aussi les rejets de CO2. La candidate parfaite aux primes de la Région wallonne.





A peine un an après la Golf, Volkswagen renouvelle un autre gros calibre de sa gamme, la Polo. Comme sa grande sœur, la compacte de VW relève un défi, celui de retrouver une place de choix dans un segment actuellement dominé par les Peugeot 207 et Renault Clio.

A l’image de ses concurrentes, cette cinquième génération de Polo grandit. Sous une robe dynamique inspirée de la Golf, l’allemande affiche une taille de 3,97 m, soit 5,4 cm de plus que sa devancière. Bien que gagnant encore quelques centimètres en largeur (+ 3,2 cm), son habitabilité reste comparable à celle de l’ancien modèle. Assez spacieuse à l’avant, sa banquette arrière ne peut toujours accueillir confortablement que deux adultes. Si le volume de coffre progresse (+ 10 litres, soit 280 litres et 952 quand les sièges sont rabattus), il reste dans la moyenne de la famille des compactes. Seules les Citroën C3 et Renault Clio font mieux dans ce domaine. Mais la nouveauté de la VW, c’est ce plancher rehaussable qui permet de moduler l’espace et de proposer un plancher plat dans le prolongement du seuil de chargement lorsque les sièges arrière sont rabattus. En prenant place à l’intérieur, on est agréablement surpris par la qualité de finition du tableau de bord. En réalité, ce bond en avant ne concerne que les second et troisième niveaux d’équipement de la VW. La version de base (Trendline) doit se contenter de plastiques durs peu valorisants. La finition des niveaux supérieurs, avec des matériaux moussés dignes des modèles de gamme supérieure, deviendra probablement la référence dans ce segment.


Enfin un TDI silencieux

Dès son lancement, la Polo sera disponible avec une palette de sept moteurs : quatre essence (de 60 à 105 ch) et trois diesel TDI. Développés à partir d’un même bloc de 1.6 l, les diesel affichent une puissance de 75, 90 et 105 ch. Exit donc le 3 cylindres bruyant et vibrant et place à un 4 cylindres « common rail » de dernière génération, très bien éduqué, qui séduit par sa discrétion, son silence, sa (très grande) sobriété et sa souplesse. Précisons que les 75 ch offrent de bonnes reprises (du moins au-dessus de 1800 t/mn) mais qu’ils se montrent un peu justes pour envisager de longs déplacements à quatre. Pour plus de répondant, mieux vaut donc se tourner vers la déclinaison 90 ch. Celle-ci présente un double avantage. Primo, celui de pouvoir être combinée avec le Pack BlueMotion, dont les rejets de CO2 limités à 96 g/km permettent de bénéficier d’une prime alléchante de 15 %. Secundo, ce moteur TDI 90 ch peut recevoir, en option, la très efficace boîte auto DSG à 7 rapports. Voilà certainement un argument de poids pour les citadins mais aussi pour les grands rouleurs, habitués aux files matinales. D’origine, les trois diesel héritent d’une boîte manuelle à cinq rapports à la commande agréable mais à l’étagement (trop) long. S’il pénalise les reprises sur le cinquième rapport, ce choix a le mérite d’abaisser le niveau de consommation.

Taillée pour la ville, où elle fait apprécier sa maniabilité, la Polo aime également en sortir. Son châssis retravaillé (identique à celui de la Seat Ibiza) la rend convaincante sur les grands axes et sur routes sinueuses, où l’on apprécie son comportement sain. Ceci dit, sur le plan dynamique, la VW n’arrive pas à faire aussi bien que certaines de ses concurrentes (Peugeot 207, Mazda2 ou encore Ford Fiesta), plus amusantes à conduire. Les suspensions ont été remaniées mais elles restent encore assez fermes. Surtout par rapport à une Clio. La position de conduite est parfaite, avec un volant qui peut être ajusté en hauteur et profondeur et un siège réglable en hauteur. Quant à l’insonorisation, en plus d’un moteur très discret, on saluera l’excellent travail réalisé au niveau aérodynamique. Trois niveaux d’équipement sont au programme de la nouvelle Polo : Trendline, Comfortline et Highline. Les airbags frontaux et latéraux avant sont de série sur le premier niveau, tout comme les rétros et vitres avant à commande électrique et le verrouillage centralisé avec commande à distance. L’air conditionné manuel est d’origine en Comfortline. Le niveau Highline propose en plus l’ESP, les phares antibrouillards, l’ordinateur multifonction et le volant gainé de cuir.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Dim 4 Avr 2010 - 18:53

Moto: Le scooter hybride arrive



Piaggio avait déjà étonné tout le monde en lançant un scooter à trois roues, le MP3. Voici qu’il débarque avec une nouvelle motorisation, mi-électrique, mi-essence.


Comme c’est le cas pour les voitures, les constructeurs de motos et de scooters font évoluer leurs produits vers un meilleur respect de l’environnement. L’exemple le plus frappant arrive chez nous cet automne, après avoir été commercialisé en Italie au cours de l’été. Son nom : Piaggio MP3 Hybride. Non content de posséder deux roues à l’avant, ce qui lui procure plus de stabilité, cet engin est le premier scooter hybride au monde. Selon son constructeur, la consommation de carburant est réduite de moitié. Le MP3 hybride est en effet capable de parcourir 60 km avec un seul litre de carburant, contre 26 km avec un litre dans le cas de la version thermique de 125cc. Quant aux émissions de CO2, elles tombent de 90 g/km à 40 g/km.



Deux en un

Dans la pratique, le conducteur peut opter pour deux modes différents en poussant sur un simple interrupteur. Dans le mode 1, les deux moteurs fonctionnent en même temps : ils sont reliés de façon mécanique et gérés par l’électronique. En cas de forte accélération (au départ d’un feu rouge), le moteur électrique vient suppléer le moteur thermique au maximum de ses possibilités. Cela apporte, selon Piaggio, un surcroît de performance de l’ordre de 85 % par rapport au MP3 125 standard. Ensuite, en usage normal, le moteur fonctionne selon une répartition proche de 65 % pour le thermique et 35 % pour l’électrique. Pour limiter la décharge des batteries, l’énergie produite lors des décélérations et des freinages est récupérée.



Rechargé en trois heures

Le mode 2 permet au MP3 de fonctionner uniquement à l’électricité (l’autonomie reste inconnue) grâce aux batteries logées sous la selle, et qu’il est possible de recharger sur le secteur en trois heures environ. Si l’utilisateur vient à bout des ressources en mode « tout électrique », le moteur bascule alors automatiquement vers le mode thermique. A partir de ce moment, et après quelques kilomètres, les batteries se rechargent graduellement lors des freinages. Quant au prix de vente, il n’est pas encore fixé mais Piaggio espère le contenir sous la barre des… 10 000 euros !


Un 400cc sans permis moto

Depuis plusieurs années, la législation belge permet aux détenteurs d’un permis voiture B de conduire une moto ou un scooter, pour autant que leur cylindrée ne dépasse pas 125cc et que leur puissance soit inférieure à 15 ch. Une règle qui vient d’être contournée par le constructeur italien Piaggio, qui, outre la version hybride (voir ci-dessus), rend désormais son MP3 à trois roues accessible avec un simple permis voiture, y compris en versions 250 et 400cc. Le secret réside dans l’écartement des roues avant, qui est passé de 42 à 46 cm (du moins sur les versions LT, le MP3 « standard » continuant à être commercialisé), ce qui en fait un tricycle à moteur aux yeux de la loi.

Ainsi donc, même si vous ne possédez pas de permis moto, vous pouvez rouler en MP3 250 ou 400 cc. Le premier développe 21 ch, et le second atteint la puissance appréciable de 34 ch, ce qui en fait un engin parfaitement capable de s’aventurer sur autoroute, et même susceptible de vous accompagner lors d’un voyage au long cours. Les tarifs des versions LT sont légèrement supérieurs : 7009 euros pour le 250cc et 8099 euros pour le 400cc (contre 6499 euros et 7749 euros).


La crise, quelle crise ?

Alors que les ventes d’automobiles en Belgique ont reculé de 16,5 % au premier semestre, celles des motos maintiennent le cap avec une baisse raisonnable de 8 %. Et si l’on se focalise sur le marché des scooters (toutes cylindrées confondues), on se rend compte que les chiffres sont même en progression. De 4524 unités vendues au cours des six premiers mois 2008, on est passé à 4873 unités en 2009. Comme on peut s’en douter, les scooters 125cc (accessibles avec un permis voiture) tirent bien leur épingle du jeu. Il s’en est vendu 3270 de janvier à juin 2009, contre 3151 durant la même période de l’année précédente. Les 250cc, eux, sont en recul : 510 unités contre 628 au cours des six premiers mois 2008. Mais la grosse surprise vient des maxi-scooters, c’est-à-dire des scooters situés entre 250 et 600cc. Leur nombre d’immatriculations est passé de 641 au premier semestre 2008 à 1007 de janvier à juin 2009 !

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Dim 4 Avr 2010 - 19:02

Voiture: Une familiale tout confort




Peugeot propose avec le 3008 un cross-over qui se distingue par son comportement dynamique, son ergonomie et sa suspension irréprochable. On regrettera toutefois une motorisation un peu légère et le manque de modularité.


Jusqu’il y a peu, les responsables de Peugeot s’en tenaient à des modèles de segments classiques. Aujourd’hui, après un SUV (le 4007), ils explorent de nouveaux marchés, comme celui des cross-overs. Et qui dit cross-over dit métissage entre plusieurs types de carrosserie. Le 3008 se positionne entre plusieurs univers existants : SUV, monospaces et berlines. Le résultat, c’est une ligne plutôt massive qui donne à ce modèle familial l’impression d’être plus imposant sur photo qu’en réalité. Avec une taille de 4,36 m, il est en fait à peine plus long que la 308 (+ 9 cm). Cet aspect costaud, le 3008 le doit à d’autres centimètres, ceux gagnés en largeur (+ 2) et surtout ceux pris en hauteur (+ 14 par rapport à la berline).


Pour y prendre place, il faut donc se hisser à bord. Et là, bonne surprise, le poste de pilotage du cross-over de Peugeot se montre séduisant, tant son dessin évoque celui d’un coupé haut de gamme. Voire le cockpit d’un avion lorsque le tableau de bord est surmonté du système d’affichage tête haute. Cet accessoire, proposé de série sur le troisième niveau de finition, se présente sous la forme d’un petit écran dans lequel apparaissent les informations liées à la vitesse et au limiteur de vitesse. Il s’agit là indéniablement d’un plus au niveau de la sécurité, et certainement pour ceux qui passent leur vie sur les autoroutes.


Pour ce qui est de la place, l’habitabilité est parfaite pour quatre adultes et un enfant. Dommage que la banquette fixe empêche de moduler l’espace. Le coffre, dont le volume varie de 512 à 1604 litres, est, quant à lui, facilement accessible grâce à la découpe du hayon en deux parties avec un volet inférieur qui, en supportant jusqu’à 200 kg, facilite le (dé)chargement. Bienvenue aussi, la présence d’une tablette ajustable sur trois hauteurs.


Plaisir sur la route

D’ici cet automne, la gamme moteurs du 3008 comptera cinq mécaniques, trois diesel et deux essence, dont la puissance varie de 110 à 163 ch. Pour cet essai, nous nous sommes intéressés au « petit » HDi, le 1.6 l de 110 ch. Ce 4 cylindres diesel équipé d’un filtre à particules arrive sans gros souci à faire oublier la masse de l’engin (1425 kg). Cela dit, associé à une boîte manuelle à six rapports (une boîte manuelle pilotée est disponible en option), il marque le pas dans certaines situations, comme par exemple dans les longues côtes ardennaises de la E411 ou encore en format vacances, c’est-à-dire avec enfants et bagages. Il est alors nécessaire de jouer du levier de changement de vitesse pour retrouver du punch et du plaisir.



Et du plaisir sur la route, le 3008 n’en est pas avare. Avec une direction précise et des mouvements de caisse parfaitement maîtrisés, son comportement est à classer parmi les plus dynamiques de son segment. Et pour ceux qui en redemandent, Peugeot réserve aux motorisations les plus puissantes le DRC (Dynamic Rolling Control), qui permet un contrôle optimal du roulis. Le 3008, qui reste une traction avant (il faudra attendre 2010 et la version hybride pour goûter à la traction intégrale), peut toutefois compter sur le Grip Control pour se sortir de certaines situations difficiles.


Ce système, dont l’objectif est d’optimiser la motricité aux deux roues avant, comprend, en combinaison avec des pneumatiques Mud & Snow (boue et neige), un anti-patinage intégré au sein du calculateur de l’ESP. Cinq modes sont proposés (dont Neige, Tout-chemin et Sable) pour envisager une conduite off road que l’on qualifiera de soft.

Construit sur la même plate-forme que la 308, le cross-over de Peugeot en reprend logiquement les liaisons au sol. Celles-ci garantissent non seulement un comportement précis mais aussi un confort de suspension irréprochable. Que demander de plus ? Le 3008 est décliné en trois niveaux d’équipement : Confort Pack, Premium et Premium Pack. De série, le premier propose les airbags frontaux, latéraux et rideaux, l’ESP, le Hill Assist (assistance de démarrage en côte) et l’air conditionné manuel. Celui-ci devient automatique dès le niveau supérieur, qui s’enrichit de feux antibrouillards, du régulateur de vitesse et du pack visibilité (allumage automatique des feux et essuie-glace automatique). Quant à l’affichage tête haute, au DRC et au toit panoramique vitré, ils équipent d’origine le troisième niveau.



_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Dim 4 Avr 2010 - 19:15

Voiture: Rentrée automobile



Dans moins d’un mois s’ouvrira le Salon de Francfort, qui se tiendra du 17 au 27 septembre. Et cette année est exceptionnelle, tant le nombre de modèles devant être dévoilés est impressionnant. Nous vous présentons notre sélection.

Audi A5 Sportback

Après le coupé et le cabriolet, l’A5 d’Audi se décline en coupé cinq portes (4,71 m) avec hayon. Cette version devrait séduire les papas sportifs désireux de concilier sens pratique et plaisir de conduire. La puissance des moteurs varie de 163 à 265 ch. Disponible dès septembre.


BMW X1

L’apparition du prototype à Paris en septembre 2008 et à Genève en mars dernier demandait confirmation. Voilà qui est chose faite avec la présentation à Francfort du X1, le « petit » SUV de BMW. Ce break haut sur pattes, dont les moteurs développent une puissance entre 143 et 258 ch, sera proposé en quatre roues motrices et en propulsion. Disponible dès octobre.


Mercedes E break

Le break de la Classe E s’est toujours démarqué par son important volume de coffre. Le modèle de la nouvelle génération ne faillit pas à sa réputation puisqu’il propose une capacité de chargement maximum de 1950 litres ! Cette imposante Classe E peut aussi emmener sept passagers grâce à une banquette d’appoint placée dos à la route. Disponible début novembre.


Citroën C3

Un style plus tendu, une qualité de finition revue à la hausse et une meilleure habitabilité, voilà comment Citroën définit la nouvelle génération de sa C3. Ajoutons le nouveau toit ou plutôt le nouveau pare-brise de la compacte (3,94 m), qui se termine au-dessus des passagers avant, augmentant de 80° leur champ de vision vers le haut. A noter qu’une version HDi 90 ch à 99 g/km de CO2 sera proposée dès son lancement. Disponible en janvier.

Ferrari 458 Italia

En Allemagne, le constructeur italien lèvera le voile sur la remplaçante de la 430, la 458 Italia. Cette sportive se pare d’une superbe robe signée, comme il se doit, Pininfarina. Sous la vitre du capot se cache un V8 atmosphérique de 4.5 l et d’une puissance de… 570 ch, plus respectueux de l’environnement. Disponible courant 2010.

Jaguar XJ

A l’instar des XK et XF, la XJ a opté pour un changement de style radical. La carrosserie au design fluide et contemporain a pour objectif de rajeunir la clientèle du porte-drapeau du constructeur anglais. D’un point de vue technique, la XJ repose sur une structure de caisse en aluminium et dispose de V8 essence déclinés en deux niveaux de puissance (385 et 510 ch) et d’un V6 diesel de 275 ch. Disponible au printemps 2010.


Porsche 911 Turbo

Toujours plus performante, la nouvelle 911 Turbo. Sous une carrosserie à peine retouchée, le modèle le plus cher de la gamme (à partir de 149 556 € pour le coupé) s’offre un six cylindres de 3.8 l à injection directe de 500 ch débordant d’énergie (314 km/h et 3,4 s pour le 0-100 km/h) mais aussi plus sobre que son prédécesseur. Autre bonne nouvelle, il peut être, en option, couplé à une boîte PDK à double embrayage particulièrement efficace. Disponible dès septembre.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Ben le Sam 26 Nov 2011 - 9:05

Cette Ferrari les met tous par terre  Exclamation   (vidéo)

  Cette vidéo est actuellement très partagée sur les réseaux sociaux. On y voit cinq personnes, sur un podium. Elles attendent l'arrivée d'une Ferrari. Mais lorsque cette dernière monte sur le podium, c'est la chute...

Enter http://www.20min.ch/ro/multimedia/videostory/story/28303725?redirect=mobi&nocache=0.5


Dernière édition par Ben le Lun 1 Juin 2015 - 7:23, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6690
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autos/Motos,..., Documentaires & Reportages vidéos et autres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum