Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Jeu 20 Aoû 2009 - 23:09

…Parle nous de l’amour.
……
Quand l’amour vous fait signe, suivez le, bien que ses chemins soient escarpés et tortueux.
Et quand ses ailes vous enveloppent, soumettez-vous, même si vous risquez de vous blesser à l’épée cachée dans ses plumes.
Et quand il vous parle, croyez le, même si sa voix saccage vous rêves, comme le vent du nord dévaste les jardins.
Car comme l’amour fait de vous un roi, il peut vous crucifier.
Et s’il vous pousse à grandir, il vous incite aussi à vous mutiler.
Il monte au plus haut de vous-même et réjouit les plus tendres de vos branches qui frémissent dans le soleil, comme il s’enfonce au plus profond de vos racines en les faisant vibrer comme s’il voulait les arracher à la terre où elles s’accrochent.
Il vous enlace et vous fauche comme des gerbes de blé.
Il vous bat au fléau comme pour vous mettre à nu.
Il vous passe à tamis pour vous libérer de votre enveloppe.
Il vous broie jusqu’à la blancheur.
Il vous pétrit jusqu’à ce que vous soyez souple et malléable.
…..
L’amour fera tout cela afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et devenir ainsi un fragment du cœur de la vie.
Mais si dans votre pusillanimité vous ne cherchez que la paix de l’amour et le plaisir de l’amour, alors mieux vaut couvrir votre nudité, quitter l’aire ou l’on bat le blé de l’amour, et vous cacher dans un monde sans saisons, ou vous pourrez rire sans jamais laisser éclater toute votre joie, ou vous pourrez pleurer sans jamais libérer toutes vos larmes.
L’amour ne donne rien d’autre que lui-même et ne prend à nul autre qu’à lui-même.
L’amour ne possède rien et ne peut être possédé ; Car l’amour suffit à l’amour.
…..
Et ne croyez pas pouvoir endiguer le cours de l’amour, car l’amour, s’il vous en juge digne, guidera lui-même votre cœur.
L’amour na point d’autre désir que de s’accomplir. Mais si vous aimez et devez éprouver des désirs, qu’ils soient les vôtres :
Se fondre et devenir un ruisseau qui chante son murmure frais à la nuit.
Connaître la douleur d’un flot de tendresse.
Être blesser par sa propre perception de l’amour ; et laisser couler son sang volontairement et joyeusement.
Se réveiller à l’aube avec des ailes au cœur et rendre grâce à Dieu pour cette nouvelle journée d’amour ;
Se reposer à midi et méditer sur l’extase de l’amour ;
Regagner son foyer au crépuscule en remerciant le ciel ;
Puis s’endormir, une prière pour l’être aimé au fond du cœur et un chant de louanges au bord des lèvres.
….


Dernière édition par zeppelin le Ven 28 Aoû 2009 - 15:55, édité 1 fois

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Jeu 20 Aoû 2009 - 23:25

…Et qu’en est il du mariage….
….
Ensemble vous êtes nés et ensemble vous vivrez à jamais.
Vous resterez ensemble quand les ailes blanches de la mort éparpilleront vos jours.
Et toujours ensemble vous demeurerez, même dans la silencieuse mémoire de Dieu.
Mais laissez des espaces dans votre harmonie, et laissez-y danser les vents célestes.
Aimez vous l’un l’autre mais que cet amour ne soit pas une chaîne.
Que l’amour soit plutôt une mer qui ondule entre les rivages de vos âmes.
Emplissez chacun la coupe de l’autre, mais ne buvez pas à une seule et même coupe.
Partagez votre pain, mais ne mangez pas le même morceau.
Chantez et dansez ensemble et soyez dans la liesse, mais que chacun de vous soit seul, comme seules sont les cordes du luth quand elles vibrent ensemble pour une même mélodie.
Offrez-vous mutuellement votre cœur, mais sans en devenir mutuellement le gardien.
Car seule la main de la vie peut contenir vos cœurs.
Et tenez vous côte à côte, mais pas trop prés : car les piliers qui soutiennent le temple se dressent séparés, et le chêne ne s’élève pas dans l’ombre du cyprès.

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Ven 21 Aoû 2009 - 8:25

….des enfants.

Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de la vie qui perdure.
Ils naissent à travers vous mais non de vous, et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour mais pas vos pensées, car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez loger leurs corps mais non leurs âmes, car leurs âmes habitent la maison du lendemain, que vous ne pouvez visiter, même dans vos rêves.
Vous pouvez tenter de leur ressembler, mais n’essayez pas de les rendre semblables à vous.
Car la vie ni ne revient en arrière, ni ne s’attarde dans le passé.
Vous êtes les arcs par lesquels vos enfants sont projetés comme des flèches vivantes.
L’archer prend pour ligne de mire celle de l’infini, et Il vous tend de toute Sa puissance pour que Ses flèches jaillissent vite et loin.
Laissez vous ployer par Sa main avec la plus grande joie ; car s’Il aime la flèche qui fend l’air, Il aime aussi l’arc qui ne tremble pas.

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Ven 21 Aoû 2009 - 9:03

…du don

Vous donnez, mais peu, quand vous donnez de vos biens.
C’est lorsque vous donnez de vous-même que vous faîtes un authentique don.
Car vos biens, que sont-ils d’autres, que des objets que vous gardez et défendez, dans la crainte d’en avoir besoin demain ?
Et demain, que sera un autre demain au chien si prudent que lorsqu’il suit les pèlerins vers la Ville sainte, il enterre des os sans repères dans le sable du désert ?
Qu’est ce que la peur de manquer, sinon vivre dans le besoin ?
Craindre d’avoir soif, alors qu votre puits est plein, c’est ignorer que la soif est inextinguible.
Il y a ceux qui donnent peu bien qu’ils aient beaucoup- et qui donnent pour être remerciés, mais ce penchant caché rend leur don malsain.
Et il y a ceux qui ont peu, mais donnent tout.
Il y a ceux qui croient en la vie et la générosité de la vie, et leur coffre n’est jamais vide.
Il y a ceux qui donnent avec joie, et cette joie est leur récompense.
Il y a ceux qui donnent avec douleur, et cette douleur est leur baptême.
Il y a ceux qui donnent sans éprouver de douleur, sans chercher d’obscure allégresse, qui donnent sans arrière-pensée ; ceux là donnent comme, dans une douce vallée, le myrte exhale dans l’air ses senteurs.
Dieu parle par leurs mains, et sourit à la terre par leurs yeux.
Il est bien de donner à qui mendie, mais il est mieux de donner sans qu’on vous le demande, par intuition ; et pour celui qui donne à pleines mains, chercher celui qui accueillera ses dons est une joie plus grande que celle de donner.
Et vous voudriez vous priver de cette allégresse ?
Tout ce que vous possédez sera un jour offert ; donnez donc maintenant, afin que le temps du don soit le vôtre, et non celui de vos héritiers.
« Je donnerai volontiers, mais seulement à ceux qui le méritent », répétez-vous.
Les arbres de votre verger ne disent pas ainsi, et non plus les troupeaux dans vos pâturages.
Ils donnent car donner c’est vivre, et garder c’est mourir.
Celui qui est digne de recevoir la vie le long des jours et des nuits est digne de recevoir vos dons.
Et celui qui a mérité de boire à l’océan de la vie mérite de remplir sa coupe à votre fontaine.
Et n’y a-t-il pas de grand mérite que celui de recevoir, dans le courage et la confiance, voire dans la charité ?
Qui êtes-vous, pour exiger que des hommes se déchirent la poitrine et se dépouillent de leur dignité afin de vous exhiber leurs valeurs et leur fierté mise à nu ?
Veillez avant tout à être digne de donner, et d’être l’instrument du don.
Car en vérité c’est la vie qui donne à la vie – et vous qui croyez être celui qui fait le don n’en êtes que le passeur.
Et vous qui recevez – et tous reçoivent - ne vous encombrez pas du fardeau de la gratitude, car vous risqueriez d’imposer un joug à vous-même et à vos bienfaiteurs.
Elevez-vous, envolez-vous plutôt avec votre donateur, comme si ses dons étaient des ailes ; car être obsédé par vos dettes, c’est douter de sa générosité, qui a la terre opulente pour mère, et le Tout-puissant pour Père.
...

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par @ zizou le Sam 22 Aoû 2009 - 4:10

Merci Zeppelin de nous partager

_________________
Vive Wled Bladi

@ zizou
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 332
Localisation : USA
Date d'inscription : 15/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par artistabet le Sam 22 Aoû 2009 - 11:42

Des sujets pleine de la sagesse, merci Zeppelin.

artistabet
Langue pendue

Nombre de messages : 104
Age : 36
Localisation : France
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Dim 23 Aoû 2009 - 11:22

…du manger et du boire

Si seulement vous pouviez vivre des senteurs de la terre, et telle une plante vous rassasier de lumière.
Mais puisque vous devez tuer pour manger, et ravir au nouveau-né le lait de sa mère pour assouvir votre soif, faites-en un acte de dévotion, et que votre table soit un autel sur lequel le pur et l’innocent de la forêt et de la plaine sont sacrifiés afin de les rendre encore plus pur et plus innocent.
Lorsque vous tuez un animal, dites lui au fond de votre cœur :
« Par la même puissance qui t’immole, je serai immolé ; et moi aussi je serai avalé. Car a loi qui t’a livrée à moi me livrera à des mains plus puissantes. Ton sang comme mon sang ne sont rien d’autre que la sève qui nourrit l’arbre céleste. »
Et lorsque vous croquez une pomme à belles dents, dites-lui du fond de votre cœur :
« Ta chair vivra dans mon corps, et les bourgeons de ton future s’épanouiront dans mon cœur, et ton parfum sera mon souffle, et ensemble nous nous réjouiront tandis que passent les saisons.»
Et en automne, quand vous cueillez le raisin de vos vignes pour le porter au pressoir, dites du fond de votre cœur :
« Moi aussi, je suis une vigne et mon fruit sera cueilli pour le pressoir, et pareil au vin nouveau je serai versé dans d’éternelles amphores. »
Et en hiver, lorsque vous tirez le vin, laissez monter, du fond de votre cœur, un chant pour chaque coupe ; et que ce chant rappelle les splendeurs de l’automne, et la fête des vendanges, et la danse du pressoir.
...

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par filledebougaa le Ven 28 Aoû 2009 - 13:52

« Ta chair vivra dans mon corps, et les bourgeons de ton future s’épanouiront dans mon cœur, et ton parfum sera mon souffle, et ensemble nous nous réjouiront tandis que passent les saisons.
j'ai tjrs aimé ce passage! c'est ce que je ressens pour toi,oui pour toi!
Merci zeppelin! A.......ent filledebougaa! :flower:

filledebougaa
Langue pendue

Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 20/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Ven 28 Aoû 2009 - 14:40

FilledeBougaa, je pense que t une grande mangeuse, t'as flashé sur la question du manger et du boire mais tu pensais à autre chose, ca c sur. Et c koi cette tete brulée que tu exhibes? ou est passe la rouleuse de couscous? Halla fik
Merci pour le clin d'oeil kan meme


Dernière édition par zeppelin le Sam 29 Aoû 2009 - 0:44, édité 1 fois

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Ven 28 Aoû 2009 - 15:52

…du travail

Vous travaillez pour rester en paix avec la terre et l’âme de la terre. Car être oisif c’est devenir étranger aux cycles des saisons, et se mettre à l’écart de la procession de la vie, qui s’avance majestueusement, avec une fière soumission vers l’infini.
Quand vous travaillez, vous êtes une flûte qui dans le creux de son tube transforme le soupir des heures en mélodie.
Qui de vous aspirerait à être un roseau muet et silencieux, alors qu’alentour tout chante à l’unisson ?
Il vous a été toujours dit que le travail est une malédiction et le labeur une infortune.
Mais moi je vous dis que lorsque vous travaillez, vous prenez part à la réalisation du très lointain rêve de la terre, part qui vous fut assignée quand ce rêve fut fait.
Et célébrer le travail, c’est en vérité aimer la vie, et aimer la vie à travers le travail, c’est connaître le secret le plus profond de la vie.
Mais si dans votre peine vous appelez la naissance une affliction et le poids de la chair une malédiction inscrite sur votre front, alors je vous dis que seule la sueur de votre front pourra laver ce qui est écrit.
On vous a dit aussi que la vie n’est que ténèbres, et dans votre lassitude, vous répétez ce que d’autres ont dit avant vous, dans une même lassitude.
Et moi je dis que la vie est certes ténèbres sauf s’il y a un sursaut pour la réveiller, et que tout sursaut est aveugle sauf s’il est celui de la connaissance, et que toute connaissance est vaine sauf si elle accompagne le travail, et que tout travail est vain sauf s’il est accompli avec amour ; et quand vous travaillez avec amour ; vous ressentez vos liens avec vous même, avec autrui, et avec Dieu.
Et qu’est ce que travailler avec amour ?
C’est tisser un habit avec des fils tirés de votre cœur, comme si l’être que vous aimez devait le porter.
C’est construire une maison avec affection, comme si l’être que vous aimez devait l’habiter.
C’est semer des graines avec tendresse et récolter la moisson avec joie, comme si l’être que vous aimez devait en manger le fruit.
C’est faire pénétrer en toute chose que vous façonnez le souffle de votre esprit, et savoir que tous les morts bienheureux se tiennent auprès de vous et vous regardent.
Souvent je vous ai entendu dire, comme un murmure dans votre sommeil, « Que celui qui travaille le marbre, et donne à la pierre les contours de son âme, est plus noble que celui qui travaille la glèbe. Que celui qui capte l’arc en ciel et l’étend sur sa toile en lui donnant l’apparence d’un homme et au-dessus de celui qui fabrique des sandales pour nos pieds.»
Mais moi je réponds, non pas dans la brume du sommeil, mais dans l’éclat du zénith, que le vent n’a pas de son plus caressant pour le chêne géant que pour le plus futile brin d’herbe ; et seul est grand celui qui du mugissement du vent fait un chant rendu mélodieux par son propre amour.
Le travail est le reflet visible de l’amour, et si vous ne pouvez travailler, non pas avec amour, mais qu’avec répugnance, mieux vaut abandonner votre tâche et vous assoire à la porte du temple, afin de demander l’aumône à ceux qui oeuvrent avec joie.
Car si vous pétrissez le pain avec indifférence, votre pain sera amer et n’assouvira qu’à moitié votre faim.
Et si vous pressez les grappes de raisin à contre-cœur, le poison de votre rancœur se distillera dans le vin.
Et même si vous chantez de façon angélique, sans aimer de chant, vous rendrez l’homme sourd aux voix des jours et aux voix des nuits.
...

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par zeppelin le Sam 29 Aoû 2009 - 22:48

… de la joie et de la peine

Votre joie est votre tristesse sans masque. Et le puits d’où jaillit votre rire est le même qui souvent fut rempli de vos larmes. Et comment en serait-il autrement ?
Plus profond est le trou que la tristesse creuse en vous, et plus abondante doit être la joie pour le combler.
La coupe dans laquelle vous avez versé votre vin n’est-elle pas la même que celle qui fut sortie brûlante du four du potier ?
Et le luth qui apaise votre esprit, n’est-il pas d’un bois qui fut taillé à coups de couteau ?
Quand vous éprouvez de l’allégresse, plongez dans votre cœur et vous découvrirez que c’est seulement ce qui vous rendait triste qui provoque à présent votre gaîté.
Lorsque la tristesse vous envahit, plongez à nouveau votre cœur et vous découvrirez qu’en vérité vous pleurez sur ce qui autrefois vous a rendu heureux.
Certains d’entre vous disent : »La joie est plus grande que la tristesse », et d’autre prétendent : »Non, la tristesse est plus grande que la joie. »
Mais moi je vous dis qu’elles sont inséparables. Elle marchent ensemble, et quand l’une vient s’attabler seule avec vous, n’oubliez pas que l’autre s’est assoupie sur votre lit.
En vérité vous êtes comme des plateaux d’une balance, oscillant entre tristesse et allégresse.
Ce n’est que vide que vous resterez immobile et en équilibre.
Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son or et son argent, vous ne pouvez empêcher votre joie ou votre tristesse de monter ou de descendre.

zeppelin
Langue pendue

Nombre de messages : 199
Age : 44
Localisation : Tassili hoggar
Date d'inscription : 28/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par tiziri le Lun 15 Fév 2010 - 19:47

Amour et Femmes
Je suis redevable aux femmes de tout, depuis mon enfance.
La femme a ouvert les fenêtres de mes yeux et les portes de mon âme, sans la femme mère, la femme soeur et la femme amie, je serais resté endormi parmi ceux qui cherchent la tranquillité du monde en ronflant.

Qu'elle est malheureuse, celle qui, à peine sortie de l'insouciance de la jeunesse, se retrouve dans la maison d"un homme qui la comble de biens et de cadeaux, la vénère et la protège mais ne peut remplir son âme de cette ivresse divine que Dieu fait couler des yeux de l'homme dans le coeur de la femme.
un grand merci Zeppelin, que du plaisir à te lire.
Amicalement, tiziri

tiziri
Langue pendue

Nombre de messages : 289
Localisation : région Pacca
Date d'inscription : 14/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extraits du livre "LE PROPHETE" de K Gibrane

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum