Beauté et apparat de la mariée du M’zab. (I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Beauté et apparat de la mariée du M’zab. (I)

Message par Ben le Mar 2 Mai 2017 - 15:32

Beauté et apparat de la mariée du M’zab. (I) Par BABZMAN




C’est au cœur du Sahara caillouteux et désertique, au sud de l’Atlas saharien, que s’étend le M’zab, tenant son nom du Oued qui le traverse. Le paysage de la Vallée du M’zab, créé au Xe siècle, par les ibadites autour de leurs cinq ksour, ou villages fortifiés, semble être resté intact. La population qui y vit est arabe, persane, mais surtout berbère zénète, attachée aux plus anciennes traditions du rite ibadite auquel elle appartient.

Au M’zab, le mariage reste l’un des principaux domaines de dialogue, à travers lequel la communauté exprime son espérance de reproduction et tisse de nouveaux liens de solidarité interne. Par-delà son rituel, fortement marqué par la tradition, le mariage au M'zab connaît une nette évolution. Ainsi, il n'est plus exclusivement pris en charge par les parents, comme il était d’usage autrefois. Le nouveau marié est, en effet, en moyenne plus âgé qu'avant et intervient davantage dans la décision et la prise en charge de l’union. La moyenne d'âge est également plus élevée chez la jeune mariée du M'zab. Depuis la loi de juin 1963, fixant à 16 ans l'âge minimum légal du mariage des jeunes filles en Algérie, la pratique ancienne du mariage précoce des filles a fortement diminué. La disposition de cette loi est, dans l'ensemble, respectée.

Néanmoins, cette union est devenue l'occasion d'une surenchère entre les familles qui mesurent leur prestige à travers les dépenses ostentatoires réalisées pour cette circonstance et à la valeur des cadeaux échangés. Le trousseau de la mariée, aujourd’hui, comportant des bijoux de valeur et des toilettes constituées de produits d'importation achetés à prix d'or au marché parallèle, est devenu très onéreux et hors de portée des bourses modestes. Le mariage a, de ce fait, tendance à présenter, de plus en plus nettement, un caractère de classification sociale, ce qui constitue un risque de dislocation pour une communauté dont l'un des principaux facteurs de cohésion est l'atténuation des disparités sociales par l'austérité et l'entraide.

Le trousseau d’antan de la mariée du M’Zab.

Le trousseau de la mariée, selon le témoignage d’une anonyme* qui a été rédigé à Ghardaïa, en 1947, énumère les composants suivants :

Pour les besoins d’une famille modeste, les proches (voisins, famille…) fournissent le minimum. C’est-à-dire une grande et une petite pièces d’étoffe ainsi que deux pots en terre cuite, un petit et un grand.

Dans une famille aisée, la mariée tient son trousseau de ses parents qui lui procurent un capital pour l’avenir, et qui se compose de ce qui suit :

Une grande couverture, tissée à la maison, avec une autre moins grande, une pièce de tissage ras pour le lit, une pièce de tissage pour vêtement, une autre pour une tenture de porte, un tissu de tenture, un bâti de lit en bois, deux grandes nattes, un tissu servant de ciel de lit et des coussins. Un coffre pour mettre les habits, un cabas orné de broderies au fil de trame, un petit panier de ménage brodé de la même matière, une calebasse(1) ornée de franges de cuir souple, une gargoulette verte et un alcarazas(2) à anses vertes. La future mariée emportera également cinq boîtes : une pleine d’aswuwwu, servant d’encens parfumé, une des senteurs à vaporiser dans la chambre, un contenant en coupon d’étoffe, une pleine de henné et une d’une sorte de pommade dite axammer, une autre pommade parfumée qu’on utilise le troisième jour du mariage sur la tête. Pour la vaisselle, ce sera un grand plat à couscous, un plat sur pieds et une louche. Aussi la future mariée met-elle dans son trousseau quatre fuseaux, une quenouille, un fuseau pour gros fil et un godet à fuseau. Ajoutant le plateau fabriqué avec les fibres de pédoncules de régimes de dattes, dont la partie supérieure est faite avec des folioles de cœur de palmier, une pièce d’étoffe grande et une petite servant à faire les ballots, puis un grand et un petit pots en terre cuite. Elle y ajoutera une grande pièce servant de voile féminin, un châle en soie.

Il va sans dire que le rituel qui entoure la cérémonie du mariage (portée à deux jours au lieu de 7) au M’zab demeure toujours très codifié. De fait, trois jours avant son mariage, la future mariée se pare pour aller rendre visite à sa famille et ses amis en toute liberté. Une manière d’enterrer la vie de jeune fille avant d’être placée dans le gynécée pour vingt ou trente ans.

Après le mariage, quelques sorties accompagnées lui seront permises pour visiter sa famille ou se rendre à la maison d’été. Ses sorties se feront bien rares et il lui faudra attendre l’âge de la ménopause pour être plus «indépendante».

Au Maghreb, la liberté de déplacement des femmes berbères au sein des territoires occupés par les groupes où elles vivent paraît être en relation avec leurs différents genres de vie plus ou moins sédentaires, jusqu’à l’exception révélatrice des citadines confinées dans l’oasis du M’zab... A SUIVRE.

Mounira Amine-Seka

* (1)Calebasse : petite courge sèche, de la taille d’une main de laquelle on ôte le bout supérieur en y laissant attaché le pédoncule qui servira de couvercle.

Sources :

Pichault, Le Costume traditionnel algérien. Ed. Maisonneuve & Larose, 2007. (206 pp.). Maisonneuve & Larose : 15, rue Victor Cousin, 75005, Paris, France.

Rabah Abtout, Artisanat traditionnel d’Algérie. La génie d’un peuple. Editions Shfar. (115 pp.). Shfar : 12, rue Henri Dunant, Alger-Centre. Impression Anep, 2009.


* Témoignage : Etude ethno-linguistique Maghreb-Sahara de J. Delheure. Faits et dires du M’zab (332 pp.). Ed. Selaf 1986.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6700
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Beauté et apparat de la mariée du M’zab. (II)

Message par Ben le Mer 3 Mai 2017 - 19:56

Beauté et apparat de la mariée du M’zab. (II) Par BABZMAN




Rituels de préparation de la mariée.

Pour la préparer au mariage, la jeune femme se fait appliquer du henné, la veille, aux pieds et aux mains. Sa mère orne sa coiffure d’une qamboucha, un bijou réservé aux jeunes femmes, la première année de leur mariage. Elle se pose sur la tête, laissant une frange sur le front, tandis que sur le milieu de la crinière, on fera avec les cheveux de devant, une tresse que l’on montera en chignon. Haut de huit à dix centimètre et presque aussi large, le tortillon sera orné de trois épingles d’or, appelés : khlaïl, pluriel de khlala, et dont les pointes seront cachées par trois ibzimen, pluriel de abzim, petites fibules rondes.

La future mariée est, ensuite, habillée d’une qmedja, chemise, blanche ou du corselet blanc à manches de tulle brodé, puis revêt le traditionnel timel’hafa, un précieux drapé d’étoffe de ton clair uni ou fleuri, retenu à la taille par une bande de laine orange ou de coton blanc. Aujourd’hui, cette bande peut être remplacée par une ceinture d’argent ajourée qu’on ne remarquait, autrefois, que sur les danseuses.

La mah’erma de soie, ce foulard soyeux rouge, viendra se poser sur ses cheveux (très souvent) noirs, déjà coiffés, au-dessus de laquelle on pose la hazzamyia, d’arrière en avant. La hazzamyia est une bande de soie rouge soulignée d’un liseré blanc et ornée d’un dessin au safran. Aujourd’hui, la hazzamyia n’est plus posée sur la tête mais sur les épaules, au lendemain du mariage.

Le jour des noces, la mariée porte peu de bijoux, formant un mélange de genres et de styles qui n’en constituent pas moins un ensemble attrayant parmi lesquels on peut retenir les bracelets et anneaux aux chevilles, les akhelkhalen. Ce croisement de style est décelable dans les matières, comme dans les techniques de fabrication mais aussi dans les types et les formes des bijoux. La particularité de la parure mozabite se distingue surtout dans le surnombre des bijoux portés. Ils sont agencés côte à côte sur la mariée, et leur ordonnancement se traduit par une succession de chaînes, broches et colliers de perles et d’or ainsi que de pièces de monnaie.

Dans tout cet ensemble, la plus originale des parures est sans nul doute celle qui orne la coiffure : la cambusa ou qamboucha, laquelle est composée de fibules d’or, à plaques triangulaires, de plaques décoratives et d’anneaux. Des pendants de tempes et des jugulaires complètent la parure.

Durant les cérémonies, à l’époque où ils comptaient encore 7 jours de festivités, la mariée changeait souvent de toilettes et de coiffure, et sa tignasse se trouvait enduite d’une pâte parfumée de pétales de fleurs et de safran. Les deux tresses des côtés étaient repliées et maintenues en arrière par leurs extrémités le jour du mariage. Une coiffure portée par les Mozabites que pour cette circonstance.

La chemise ou le corselet ainsi que le drapé, appelé timeleh’fa blanc uni ou brodé, étaient chaque jour changés et recouverts par une gandoura ou une â’baya. La hazzamyia, le foulard rouge, initialement posé sur la tête et noué devant, était retirée les jours suivants puis placée sur les épaules, la tête de la mariée s’en trouvait alors recouverte de foulards de couleur.

Sur sa poitrine, une grande voilette, appelée âb’rouq, était placée et attachée par des fibules, recouverte, en partie, par un joli mouchoir en soie, orné de dessins qui retombent sur la hazzamyia. Un autre âb’rouq de soie, d’environ vingt centimètres carrés, prenait place sous les cheveux.

Si le premier jour la mariée est parée de quelques bijoux, les jours suivants, elle sera recouverte de chaînes, broches et agrafes ainsi que de certains colliers en perles, de parfum solidifié (boules d’ambre) ou encore d’argent, appelés «thaglat», et composé de plusieurs boîtes à amulettes, suspendues à trois ou quatre chaînettes. Son visage sera encadré par des boucles d’oreilles ornées de verre taillé ou frangées de petites chaînettes.

Au quatrième jour, la mariée revêt un beau châle de laine noire brodé, appelé le khomri, et qui accessoirise la tenue appelée la jerbyia ou tajerbit. Les cinq et sixième jours, elle porte le haïk fait de laine blanche puis, au septième rouge, elle met le haïk des temps plus anciens, au tissage rouge.

La coiffure du dernier jour se portera aussi le lendemain des noces. Après que la mariée eut été transportée à dos de mule, de chameau, ou sous un palanquin, à la maison du futur mari où elle sera accueillie par sa belle-mère, on dénoue la qemboucha, laissant retomber les cheveux, séparés en trois nattes terminées chacune, autrefois, par un gland d’argent, appelé nouacha, semblable à celui qui garnissait le ruban du marié. Aujourd’hui, ces nattes sont liées en forme de catogan et la jeune épousée conserve au-dessus du front le bandeau de soie noir, appelé chenbir, sur lequel est appliquée la bande plus étroite de soie rouge, la hazzamyia.

Quelquefois, des nœuds de nuances vives, garnis de plantes odorantes, sont suspendus à ses nattes. De plus, l’on attachait la queue d’un chacal sous l’oreille gauche et un morceau de soufre contre le mauvais œil.

Pour le festin nuptial, les femmes continuent à préparer les philtres venus de Perse, et dont elles ont gardé le secret, comme le «couscous d’amour» et «l’eau de lune», afin d’attirer les bons esprits et détourner les mauvais.

Mounira Amine-Seka


* (2) Calebasse : petite courge sèche, de la taille d’une main de laquelle on ôte le bout supérieur en y laissant attaché le pédoncule qui servira de couvercle.

Sources :

Pichault, Le Costume traditionnel algérien. Ed. Maisonneuve & Larose, 2007. (206 pp.). Maisonneuve & Larose : 15, rue Victor Cousin, 75005, Paris, France.
Rabah Abtout, Artisanat traditionnel d’Algérie. La génie d’un peuple. Editions Shfar. (115 pp.). Shfar : 12, rue Henri Dunant, Alger-Centre. Impression Anep, 2009.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.
avatar
Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 6700
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum