Mondial au Brésil, c’est parti ! - Résumé matchs de poule

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La France tranquille face à la Suisse (2-5)

Message par Ben le Sam 21 Juin 2014 - 5:35

La France tranquille face à la Suisse (2-5)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - vendredi 20 juin 2014 - 21h00


Benzema a raté un penalty et son deuxième but a été annulé car marqué juste après le coup de sifflet final. Les buts en vidéos.



Après la balade contre le Honduras, la confrontation face à la Nati (6e au ranking Fifa) devait constituer le véritable test pour les Bleus. Mais, peut-être désorganisés par la sortie prématurée de von Bergen (fracture de la pommette ?), les Suisses ont encaissé, vendredi, plus qu’au cours de leurs 8 précédentes sorties en Coupe du monde…

Dès après le quart d’heure, ils avaient cédé deux fois en l’espace de 66 secondes, sous les coups de boutoir de Giroud (qui inscrivait au passage le 100e but français en phase finale) et de Matuidi.

L’addition finale aurait même été encore plus lourde si le même Benzema (qui affiche pourtant déjà 3 réalisations à son compteur personnel) n’avait pas été le premier à louper un penalty dans ce Mondial et n’avait pas vu son dernier goal annulé parce que marqué après le coup de sifflet final. Avec ce 2e succès, la qualification des Bleus dépendait, mathématiquement, du match qui opposait plus tard le Honduras et l’Équateur. Mais, vu la différence des buts (+6), même la 1re place ne fait plus guère de doute. Seuls contretemps : la sortie de Sakho (adducteurs) et la suspension de Cabaye (2 jaunes).


https://www.youtube.com/watch?v=U2llsJr0TPo


Dernière édition par Said B le Sam 21 Juin 2014 - 20:53, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle défaite du Honduras face à l’Equateur au Mondial

Message par Ben le Sam 21 Juin 2014 - 5:44

Nouvelle défaite du Honduras face à l’Equateur au Mondial (1-2)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - vendredi 20 juin 2014 - 00h00


Le résultat entre les deux pays oblige la France à patienter jusqu’à la 3e et dernière journée du groupe E pour valider son ticket pour les huitièmes de finale.



L’Equateur a battu le Honduras 2 à 1 vendredi à Curitiba dans un match du groupe E du Mondial, ce qui oblige la France à attendre sa dernière rencontre pour obtenir son billet pour les huitièmes de finale.

Les Equatoriens se sont imposés grâce à un doublé d’Enner Valencia (34, 65), auteur des trois buts de son pays au Mondial. Les Honduriens avaient égalisé par Costly (31). La France est en position très favorable avant son dernier match contre l’Equateur avec six points et une différence de but de +6.


https://www.youtube.com/watch?v=Lwh6D8TWzg0

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Messi crucifie l’Iran (1-0)

Message par Ben le Sam 21 Juin 2014 - 21:21

Messi crucifie l’Iran (1-0)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - samedi 21 juin 2014 - 18h00

L’Argentine assure sa qualification pour les huitièmes de finale.



On est passé très près d’un énorme coup de théâtre au stade Mineirao, samedi ! Les puristes s’attendaient à un festival offensif de l’Argentine contre une modeste équipe d’Iran qui semblait enterrée avant même le coup d’envoi.

Mais c’est un tout autre scénario qui s’est déroulé à Belo Horizonte. L’inévitable Lionel Messi a délivré tout son peuple dans les arrêts de jeu de la partie, grâce à un superbe tir enroulé qui s’est logé dans le coin gauche du but d’Haghighi, le gardien iranien, dépité. Ce but éclipse une prestation en demi-teinte livrée par le prodige argentin, qui ne s’est jamais montré très percutant.


L’Argentine aurait dû mener au score à la pause mais les occasions d’Aguero, Rojo, Garay et Messi n’ont rien donné. En seconde mi-temps, c’est l’Iran qui aurait pu créer la sensation grâce à des occasions cinq étoiles, signées notamment Reza (52e et 84e) et Dejagah (67e,) qui s’est élevé plus haut que Pablo Zabaleta.

L’Argentine se qualifie donc pour les huitièmes de finale sans impressionner, face à des Iraniens qui méritaient mieux. Le quatuor de choc composé par Messi-Aguero-Di Maria –Higuain n’a pas convaincu et n’a presque rien eu à se mettre sous la dent. La montée au jeu de Lavezzi et de Palacio a quelque peu libéré des Argentins trop statiques, pour permettre à Messi d’être, une nouvelle fois, le héros de cette partie.


https://www.youtube.com/watch?v=2Me0It5FeRI


https://www.youtube.com/watch?v=1tSxA9SzHbo

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’Allemagne freinée par le Ghana (2-2)

Message par Ben le Dim 22 Juin 2014 - 5:58

L’Allemagne freinée par le Ghana (2-2)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - samedi 21 juin 2014 - 21h00

En permettant à l’Allemagne de revenir à 2-2 face au Ghana, « Kaiser Klose » égalise du même coup le record de buts en Coupe du monde : 15 avec Ronaldo.



Statique, lente, peu inspirée, la Mannschaft de cette première période n’avait rien à voir avec celle à l’œuvre lors de la correction 4-0 infligée au Portugal, lundi dernier. Les Allemands auraient quand même pu ouvrir le score dans les 45 premières minutes mais ils ont manqué de réalisme. Face à une équipe du Ghana solidaire et courageuse, l’Allemagne a mis du temps à rentrer dans son match et aurait même pu se faire surprendre à plusieurs occasions. Atsu d’abord (12e) suivi de Muntari (32e) auraient pu ouvrir le score mais c’était sans compter sur un Manuel Neuer impérial sur sa ligne.

Passionnant, indécis, épique, les superlatifs ne manquent pas pour décrire le spectacle de haute voltige qu’ont offert les 22 acteurs dès leur retour sur la pelouse du stade Fortaleza. Une seconde mi-temps rude au cours de laquelle les joueurs sont allés au contact à chaque action. Mario Gotze a ouvert les hostilités à la 52e avant qu’André Ayew égalise deux minutes plus tard, grâce à une superbe tête qui a laissé Manuel Neuer impuissant. Le match est alors lancé, le jeu débridé et les actions se multiplient de part et d’autre. Asamoah Gyan, le capitaine des Black Stars, donnera l’avantage aux siens grâce à un joli tir croisé. Neuer est battu pour la deuxième fois en huit minutes. Le match gagne encore un peu plus en intensité. Le Ghana se créera encore deux occasions franches sans parvenir à inquiéter le gardien allemand.

Klose entre dans la légende

Soixante secondes, c’est le temps qui a suffi à Miroslav Klose pour rejoindre Ronaldo au classement des meilleurs buteurs de la Coupe du monde, avec 15 réalisations. L’attaquant de la Lazio a récupéré un ballon dévié au second poteau par Per Mertesacker pour inscrire un véritable but de renard des surfaces ! La deuxième mi-temps de cette rencontre aura donc tenue toutes ses promesses. L’Allemagne caracole toujours en tête de ce groupe G avec 4 points. Le Ghana, qui s’est montré héroïque défensivement aujourd’hui, devra venir à bout du Portugal pour espérer atteindre les huitièmes de finale.


https://www.youtube.com/watch?v=PmWyRY8UCAQ

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Battue par le Nigeria et lésée par l’arbitrage, la Bosnie...

Message par Ben le Dim 22 Juin 2014 - 6:07

Battue par le Nigeria et lésée par l’arbitrage, la Bosnie est éliminée du Mondial (1-0)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - samedi 21 juin 2014 - 00h00

A la 21e minute, l’arbitre néo-zélandais Peter O’Leary a refusé un but de Dzeko pour un hors-jeu imaginaire. Peu après, Odemwingie marquait l’unique but du match.



Le Nigeria s’est relancé dans le groupe F du Mondial 2014 en éliminant la Bosnie (1-0), samedi à Cuiaba.

Encore une décision qui va faire couler beaucoup d’encre ! A la 21e minute, l’arbitre néo-zélandais Peter O’Leary a refusé un but de Dzeko pour un hors-jeu imaginaire. Et la double peine venait huit minutes plus tard quand Odemwingie ouvrait le score (1-0). Et ce sera le seul but, validé, du match.

Et voilà la Bosnie, qui jouait sa première Coupe du monde, éjectée de la course aux huitièmes de finale avant même le troisième et dernier match de poule le 25 juin à Salvador. Qui sait ce qui aurait pu se passer sans cette erreur en début de match?

Le Nigeria n’aura besoin que d’un point pour aller en huitièmes de finale

Pour les «Super Eagles» du Nigeria, il suffira d’un nul lors de cette dernière journée, contre une Argentine déjà qualifiée, pour aller en huitièmes de finale.

Au-delà d’une erreur d’arbitrage pénalisante, les Bosniens pourront regretter la faillite de leur buteur Dzeko, trop maladroit devant la cage, sauf sur son but injustement refusé... Et malheureux, aussi, puisque Dzeko a trouvé un poteau dans les arrêts de jeu !

Bizarrement, les joueurs de Safet Susic se sont précipités pour revenir au score, gâchant leur finition et accumulant les mauvais choix, alors qu’ils étaient techniquement supérieurs aux champions d’Afrique en titre.

Vers un France-Nigeria en huitième ?

Pour la suite de la compétition, les Nigérians pourraient bien croiser la route de la France, pas encore qualifiée elle non plus, en huitièmes de finale le 30 juin à Brasilia.

Les Bleus, supérieurs sur ce qu’ils ont montré, devront se méfier d’Emenike, joueur axial capable d’aller se promener sur un côté, sur le flanc droit de préférence, où il a fait des dégâts chez les Bosniens. C’est lui, qui, en costaud, s’est débarrassé de Saphic, un amateur de combat rapproché pourtant, pour délivrer un bijou de centre en retrait pour Odemwingie sur le seul but du match.

Le joueur de Fenerbahçe a fait passer une sale soirée à Spahic et Sunjic, résistant à leurs charges et gardant suffisamment d’influx et de lucidité en fin de course pour placer des frappes puissantes du droit.

Obi Mikel reste aussi toujours une plaque tournante du jeu, avec un sens aigu des ouvertures au millimètre.

Le Nigeria possède aussi avec Babatunde un attaquant au volume de jeu intéressant, capable de prendre toute la largeur du terrain. Mais il est sorti blessé dans le dernier quart d’heure.

Les hommes de Stephen Keshi ont mis au point un repli défensif assez intéressant, qui leur permet de défendre à six en cas de situation chaude, avec un Omuero précieux au pressing. Un dispositif qui leur a permis de tenir le siège organisé par les Bosniens.


https://www.youtube.com/watch?v=T6D3Mp4Zww8


_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origi fait sauter le verrou russe (1-0) et offre les 1/8ème

Message par Ben le Dim 22 Juin 2014 - 22:03

Origi fait sauter le verrou russe (1-0) et offre les huitièmes aux Diables rouges
LE SOIR - (Résumé vidéo) - dimanche 22 juin 2014 - 18h00

La Belgique et la Russie ont longtemps joué... à se neutraliser. Mais le réalisme belge a payé avec un but en or massif tombé du pied d‘Origi, dont la cote monte en flèche. L’analyse de notre envoyé spécial Frédéric Larsimont.


Entre les deux guérites, tout comme entre les deux buts, il faut bien le dire, on a surtout joué à qui ne perd pas… gagne une part de marché par rapport à la perspective d’une qualification pour les huitièmes de finale. Hier après-midi au Maracanã, les deux favoris du groupe H ont clairement misé sur tout… sauf sur leur propre prestation. A quelques poignées de minutes près comme en témoignent l’entame et la clôture de match des Belges qui furent toutes deux à la hauteur de leurs ambitions. Mais dans l’intervalle, les deux adversaires ont surtout joué… à se neutraliser.

L’obstination commune à ne pas perdre était un calcul émargeant au domaine du raisonnable pour une équipe belge forte des trois unités arrachées au forceps contre l’Algérie (2-1). Un parti pris apparemment plus singulier de la part de la formation russe, après le partage de mardi dernier contre la Corée du Sud (1-1) mais qui pouvait d’autant plus se comprendre qu’avec un nouveau nul, contre le rival direct cette fois, la Sbornaja (sélection) aurait été loin de se retrouver dans une position désespérée. A condition toutefois de plier dans les formes son troisième match contre l’Algérie, jeudi soir.

Ce scénario de maîtres d’échecs, on le voyait perdurer jusqu’au coup de sifflet final. Surtout compte tenu de la réputation de Fabio Capello, l’allenatore qui ne perd pas (110 défaites sur 794 matchs coachés depuis 2001, soit 15 % de déchet à peine). Mais cette trame semblant écrite à l’avance, a fini par se briser sur l’autel du réalisme belge. Avec un but en or massif tombé à deux minutes du terme, du pied d’Origi, dont la cote est montée en flèche dans les sondages en même temps que se crashait (pour de bon ?) celle d’un Lukaku à nouveau fantomatique. Et qui, sauf avis contraire du sélectionneur, a sans doute achevé de vivre à crédit comme il le fait depuis deux matchs en se permettant, en plus, de couronner ses absences remarquées à la pointe de l’attaque par d’ostensibles gestes de mauvaise humeur. On l’a vu en gros plan hier. Un incident qu’après la qualification acquise, le coach fédéral tentait de minimiser en bonne intelligence.

Sans doute palpable en Belgique devant tous les écrans du Royaume, le bonheur simple de Divock Origi, le buteur du jour fut d’autant plus communicatif qu’il vient couronner l’audace et la joie de vivre d’un garçon fraîchement débarqué en équipe A en provenance directe des U19, et le jusqu’au-boutisme d’un groupe qui découvre la vie des tournois ainsi que toute la complexité à en gérer l’ensemble des paramètres. A commencer par cette pression dont les Diables se sont d’ores et départis en remplissant le contrat qu’ils avaient tacitement passé avec leur public, dont les 3000 émissaires spéciaux ont mis longtemps à déserter le Maracanã après le coup de sifflet final. Le Roi et la Reine, venus encourager l’équipe belge sur place, n’étant pas les derniers à s’essayer à la ola.

Si la qualité du match n’avait pas été à la hauteur des espérances des spectateurs neutres – il faut pouvoir regarder la réalité en face, les sifflets du public brésilien étaient amplement justifiés – le résultat a suffi à lui seul, aux yeux des supporters noir-jaune-rouge, à rembourser le billet d’avion jusqu’au Brésil. Mais il reste maintenant à suppléer aux frais supplémentaires qui viendront grever un peu plus un budget singulièrement entamé, soyons-en sûr, par la folle nuit promise dans la nuit de dimanche à lundi, sur les plages de Copacabana où la fête bat en permanence son plein pour les fans venus du monde entier.

Les Diables eux, se seront contentés de tremper timidement leurs lèvres dans la caïpirinha offerte sur le court trajet aérien qui sépare Rio de São Paulo. Après le match, ils ont en effet immédiatement remis le cap sur le camp de base de Mogi das Cruzes, sans attendre le résultat de Corée du Sud-Algérie, disputé un peu plus tard à Porto Alegre. Une rencontre dont l’ampleur du score n’a pas manqué d’étonner. Acquis à la pause, ce carton planté par les Fennecs relance la course à la 2e place… tout en ne leur fermant pas mathématiquement la première place.

Mais revenons bien évidemment aux Belges qui, grâce à leur deuxième victoire de rang dans ce tournoi brésilien, rejoignent donc au palmarès virtuel les cinq autres générations de Diables parvenues à se hisser en huitièmes de finale via une qualification sur le terrain (on fera évidemment fi des éditions de 1934 et 38 qui débutèrent à ce stade de la compétition). Une série qui avait débuté en 1982 via l’égalisation de Czerniatynski contre la Hongrie, avant de se poursuivre et de s’améliorer avec les demis en 1986, pour reprendre son cours normal en 1990, 94 et en 2002.

Pas de fausse note, donc, pour la cuvée 2014 de l’équipe nationale qui va toutefois devoir se reconcentrer très rapidement pour ne pas connaître la mésaventure de 1994, la dernière fois où une équipe belge avait été qualifiée après deux rencontres. Après avoir ferraillé avec un tel bonheur contre l’Algérie et la Russie, il serait stupide – et même inconvenant – de laisser filer la première place au profit de l’équipe de Vahid Halhilhodzic, la seule qui peut encore inquiéter les Diables pour le leadership final.

Jeudi à l’Itaquerao de São Paulo, face à une Corée du Sud qui peut encore mathématiquement y croire pour la 2e place dans un groupe où personne n’est éliminé, un point suffira pour que le bonheur des Belges soit complet. Avant d’entamer les choses sérieuses.


https://www.youtube.com/watch?v=RVajKaduQJU


Dernière édition par Said B le Lun 23 Juin 2014 - 16:22, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’Algérie peut encore ravir la 1ère place du groupe H à la B

Message par Ben le Dim 22 Juin 2014 - 22:11

L’Algérie peut encore ravir la 1ère place du groupe H à la Belgique
LE SOIR - (Résumé vidéo) - dimanche 22 juin 2014 - 18h00

En battant la Corée du Sud (2-4), l’Algérie a connu son premier succès depuis 1982.



Cela faisait un sacré bail. En prenant nettement la mesure d’une sélection sud-coréenne, les Algériens ont mis fin à une longue parenthèse de 32 ans. Il fallait en effet remonter au Mondial espagnol, et une victoire contre le Chili (3-2), pour trouver mention d’un dernier succès des Fennecs en phase finale de Coupe du monde.

Une victoire nette et sans bavures, s’il n’y avait eu un relâchement coupable des défenseurs après la pause. D’entrée, les Algériens, très rapides en reconversion offensive, ont mis en évidence les faiblesses défensives de la Corée du Sud, déjà perceptibles lors des matches de préparation.

Que ce soit dans l’axe (comme sur le 1er but quand Medjani a pu isoler Slimani en toute quiétude ou sur le 4e but de Brahimi suite à un une-deux), sur phase arrêtée (heading de Halliche sans opposition), le prochain adversaire des Diables rouges n’a pas montré la même cohésion que face aux Russes.

Grâce à ce succès, l’Algérie peut entrevoir une première qualification pour les huitièmes pour sa 4e participation. Pour cela, elle devra cependant prendre au moins un point face à la Russie, tout en espérant que les Sud-Coréens (qui présentent cependant désormais une différence de buts très négative), pas encore éliminés, ne créent pas la sensation face aux Diables rouges.

Il y a peu de chance au vu de la prestation des asiatiques hier, même s’ils possèdent quelques atouts offensifs, comme ils le montrèrent en seconde période, au cours de laquelle ils auraient pu inscrire davantage que 2 buts. À l’image de leur attaquant Son Heung-Min, qui justifia joliment (certes après un contrôle du… dos) la réputation forgée à Leverkusen, en réduisant le score.

Algérie 4 -2 Corée du sud la joie des algériens après le match Bravo 

https://www.youtube.com/watch?v=CE0ppE-7xPs

 Génial اهداف الجزائر وكوريا الجنوبية 4-2 تعليق عصام الشوالي

https://www.youtube.com/watch?v=pfcwOTESUsk


https://www.youtube.com/watch?v=w4sjtxzVrco

********************************************
Sports > Dimanche, 22 Juin 2014 - Par : Rédaction WEB/ LIBERTÉ

MONDIAL 2014 - Algérie 4-2 Corée du Sud: QUEL MATCH!



Ils l'ont fait. Les coéquipiers de Bouguerra ont obtenu la première victoire de l'Algérie en Mondial depuis 32 ans. Et avec quelle manière! quatre buts, trois en première mi-temps, et un autre en seconde, et au bout une victoire devant des Coréens médusés. Malgré la grande pression des asiatiques, les Verts ont résisté, même s'ils ont trébuché par deux fois devant les attaquants adverses. Brahimi avec son but inscrit à la 62é minute a été décisif. Mais aussi la parade réalisé par Mbolhi quelques secondes avant était plus que crucial pour la suite.

Première mi-temps

Les Verts tiennent leur match. Après 45 minutes de jeu, l’En mène sur le score plus que convaincant de trois buts à zéro. Le premier but a été l’œuvre du buteur Islem Slimani, après s’être introduit dans la surface de réparation entre deux défenseurs coréens et de mettre le ballon dans les filets. C’était la 26é minute. Deux minutes après c’était à Halliche d’ajouter un second but sur un heading imparable en reprenant un corner de Brahimi. Jamais deux sans trois ! eh bien oui. Cette fois c’était à la 38é minute, et  l’œuvre du petit (de taille), Djabou, qui reprenait par le pied gauche une excellente passe de Slimani. Le score aurait pu être plus lourd avec les nombreuses occasions ratées par les algériens. Au bout de ces 45 minutes de jeu, les Verts ont dominé leur adversaire, et ont, jusqu’à maintenant réussi leur pari, celui de faire oublier la déconvenue devant les belges. Une précision de taille, Mblohi a été au chômage pendant cette première période. Ça en dit long sur la physionomie du match.


https://www.youtube.com/watch?v=Kwv6J5Cia2U


https://www.youtube.com/watch?v=vrJfjuMEURk
*************************************************
*********************************************

Algérie 4 - 2 Corée du sud // Défilé des Algériens du 93 Bravo  Bien joué  Merci 

https://www.youtube.com/watch?v=OTKalTd9TRo

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Varela évite de justesse l'élimination du Portugal face ...

Message par Ben le Lun 23 Juin 2014 - 16:58

Varela évite de justesse l'élimination du Portugal face aux États-Unis (2-2)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - dimanche 22 juin 2014 - 00h00

Menés 2-1 par les Américains, les Portugais ont arraché dans les dernières secondes le match nul qui leur permet d’encore espérer se qualifier pour les huitièmes de finale.



Il y a douze ans, les Etats-Unis avaient bouté le Portugal hors de la Coupe du monde. Mal embarqués après leur correction subie face à l’Allemagne, les Lusitaniens ont failli vivre la même mésaventure, dimanche soir.

Avant la rencontre, un seul témoin paraissait au vert pour la Selecção das Quinas. Le genou gauche de Ronaldo, auquel était suspendue toute une nation, avait été jugé bon pour le service. Pour le reste, Paulo Bento devait se passer des services de son gardien Rui Patricio, de ses défenseurs Coentrao et Pepe (suspendu), ainsi que de son attaquant Almeida. Après un quart d’heure à peine, c’est son remplaçant Helder Postiga qui, touché aux ischios-jambiers, devait quitter le terrain et passer le témoin à Eder.

Entre-temps, les affaires portugaises avaient cependant prospéré. Sur un centre apparemment anodin de Neto, Geoff Cameron loupait son dégagement devant Nani, qui pouvait tromper Howard tranquillement pour inscrire le premier but des siens dans ce Mondial (et son 15e sous le maillot national). Les USA n’ont plus remis un clean sheet face à une équipe européenne en Coupe du monde depuis... 1950 (victoire 1-0 contre le grand frère anglais).

En l’absence d’Altindore blessé, Klinsmann avait pensé conférer à son équipe un visage un peu plus défensif avec la présence d’un médian supplémentaire (Zusi). Mais, rapidement menés, les Américains durent quasiment d’emblée montrer un visage plus offensif. Au cours de cette 1re période, ils tirèrent davantage au but que pendant toute leur première rencontre face au Ghana. La défense replâtrée de la Selecção affichait déjà quelques failles, mais le jeu américain, qui lâche la bride plus à la générosité qu’à l’inventivité, n’en profita guère et, avant la pause, le remplaçant Beto dut tout juste étendre le pied devant Dempsey, voyant passer les autres tentatives au-dessus.

Au contraire, le poteau vint à l’aide de Tim Howard, qui s’était loupé sur un envoi puissant de Nani, avant de se racheter au prix d’un très joli réflexe sur la reprise d’Eder. Pour une fois, l’ailier de Manchester United volait la vedette à son ancien équipier à Old Trafford, Cristiano Ronaldo. Peut-être pas tout à fait à 100 %, celui-ci n’avait pas le même impact qu’à l’ordinaire, mais avait au moins le bon goût de se sacrifier au profit de la collectivité.

En seconde mi-temps, Bento fit notamment William Carvalho (ex-Cercle Bruges) pour tenter de gérer les échanges. Mais, sans un excellent réflexe de Ricardo Costa, venu suppléer son gardien, Bradley aurait déjà ramené au marquoir un résultat plus équitable. Cette égalisation américaine tomba finalement peu après l’heure de jeu sur un envoi puissant de Jermaine Jones. A l’Affût d’un centre-tir, l’inévitable Dempsey crut offrir à ses couleurs le but de la qualification. Alors qu’on jouait les arrêts de jeu depuis 5 minutes, Ronaldo distillait un dernier centre que Varela propulsait au fond des filets.

Avec ce nul, les Portugais ne sont pas encore éliminés. Mais même un succès contre le Ghana pourrait ne pas suffire. Au contraire, les Etats-Unis pourront se contenter d’un partage contre l’Allemagne. Reste à se remettre de cette déception...


https://www.youtube.com/watch?v=O6GAZgL3C7o


_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'Espagne sauve l'honneur face à l'Australie (3-0)

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 17:22

L'Espagne sauve l'honneur face à l'Australie (3-0)
La Libre.be - lundi 23 juin 2014 - 18h00


L'Espagne, éliminée prématurément du Mondial-2014, a fait honneur une dernière fois à son statut de championne en titre en battant l'Australie (3-0) dans un match sans enjeu à Curitiba, où plusieurs joueurs de l'âge d'or espagnol ont peut-être dit au revoir à la Roja.

Un premier but de David Villa (36), un deuxième de Fernando Torres (69), un troisième de Juan Mata (82): ce match-là avait de faux airs de tour d'honneur pour les héros d'hier, qui ont écarté avec sérieux des Australiens limités sans leur buteur Tim Cahill, suspendu.

La victoire et la troisième place symbolique du groupe B mettront un peu de baume sur les plaies espagnoles après le traumatisme des déroutes contre les Pays-Bas (5-1) et le Chili (2-0), synonymes d'élimination au premier tour.

A l'Arena da Baixada, David Villa (32 ans), qui va partir jouer en Australie puis aux Etats-Unis, a probablement disputé lundi sa 97e et dernière sélection avec l'Espagne.

Mais il l'a fait en beauté, confortant son statut de meilleur buteur de l'histoire de la Roja (59 buts) sur une action splendide: ouverture laser d'Andres Iniesta pour Juanfran, qui centre en retrait pour la talonnade victorieuse de Villa (36).

D'autres trentenaires, comme le gardien Pepe Reina (31 ans) ou le milieu Xabi Alonso (32 ans), pourraient également avoir joué là leur ultime match international, sous réserve de confirmation. Le meneur barcelonais Xavi (34 ans), donné partant lui aussi, n'a lui pas eu cette opportunité en raison d'un problème musculaire.

Tous ces joueurs ont largement contribué aux conquêtes du passé (Euro-2008, Mondial-2010 et Euro-2012), mais il y a eu aussi lundi à Curitiba un aperçu de ce que pourra être l'Espagne demain.

En défense, Sergio Ramos (28 ans, 119 sélections) portait ainsi le brassard de capitaine et au milieu, le jeune Koke (22 ans) a pris ses responsabilités.

Présenté par Xavi comme son successeur en sélection, le milieu de l'Atletico a été plutôt bon, dirigeant le jeu et affichant une complicité prometteuse avec Andres Iniesta.

Ce dernier (30 ans), dont c'était la 100e sélection, devrait rester au coeur du projet espagnol, tant sa vista et sa qualité de passe sont précieuses: "Don Andres" a ainsi délivré une passe décisive sur le deuxième but en lançant Torres seul dans la surface (69).

Le troisième but est venu d'une ouverture de Cesc Fabregas pour Juan Mata (82).

Certes, rien n'est réglé pour la Roja, dont le sélectionneur Vicente del Bosque, sous contrat jusqu'en 2016, a laissé planer le doute concernant son avenir. Mais, à Curitiba, l'Espagne a laissé entrevoir la promesse d'un renouveau

Vicente Del Bosque salue un dernier match "très digne"

Le sélectionneur de l'Espagne Vicente del Bosque, dont l'équipe a été éliminée prématurément au Mondial-2014, a salué lundi la prestation "très digne" de ses joueurs, victorieux 0-3 de l'Australie dans une rencontre sans enjeu à Curitiba.

"Nous avons achevé notre participation d'une manière très digne, les joueurs se sont donnés à fond", a dit le technicien juste après la rencontre. "Dans les premières minutes, ils nous ont un peu étouffés mais ensuite nous avons pris progressivement le contrôle du match et nous avons été supérieurs."

Cette victoire et la troisième place symbolique du groupe B mettront un peu de baume sur les plaies espagnoles après le traumatisme des déroutes contre les Pays-Bas (5-1) et le Chili (2-0), synonymes d'élimination au premier tour.


https://www.youtube.com/watch?v=dSBcxcwwC2I

(1ère Mi-Temps)

https://www.youtube.com/watch?v=5wY4d_UEN-k

(2 ème Mi-Temps)

https://www.youtube.com/watch?v=cJJuY3kIZtE



_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un succès contre le Chili (2-0) et la première place du ...

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 17:36

Un succès contre le Chili (2-0) et la première place du groupe B pour les Pays-Bas
LE SOIR - (Résumé vidéo) - lundi 23 juin 2014 - 18h00

De son côté, déjà éliminée, l’Espagne a sauvé son honneur contre l’Australie (3-0).


Le duel pour la première place du groupe B a tourné à l’avantage des hommes de Van Gaal. Cependant les buts ne sont venus qu’en seconde période.

Malgré l’absence de Vidal, le Chili à une nouvelle fois fait preuve de beaucoup d’envie dans un match faible en occasions. La première mi-temps a vu la conservation du ballon par les Sud-américains, peu réalistes face au but de Cillessen. Les Pays-Bas ne profitant que de rares contres. Ce sont pourtant les Oranje qui, à la pause, s’en sortent avec les meilleures occasions notamment via un contre de Robben soldé par une frappe à côté du but.

La seconde période laisse place à un jeu plus disputé. Les Pays-Bas conservant d’avantage le ballon plus haut. Étant privé de Robin Van Persie, suspendu, Louis Van Gaal avait fait confiance à Jeremain Lens à la pointe de l’attaque. Ce dernier ne s’est jamais montré à son avantage. Il céda sa place à Depay.

À la 76e, Fer entre à la place de Sneijder. Changement payant puisqu’une minute plus tard sur corner, Fer débloqua la situation de la tête, totalement esseulé dans la défense chilienne. Un but qui envoya le Chili redoubler d’ardeur face au but hollandais pour encore espérer décrocher une victoire synonyme de première place du groupe. Menée par un Alexis Sanchez très en verve techniquement, l’attaque chilienne tenta tout au long du match de décrocher un penalty en se laissant abusivement tomber dans la surface de réparation. Mais c’était sans compter sur la vigilance de l’excellent arbitre de cette rencontre, le Gambien Bakary Gassama.

À force de pousser, le Chili se découvre en défense et ouvre des espaces, ce dont raffole Arjen Robben qui attendait sagement son heure. Une chevauchée sur le côté gauche et un centre au second poteau plus tard, Jeremain Depay double le score à la 91e.

Avec neuf points sur neuf et dix buts inscrits en trois matchs, les Pays-Bas terminent premier du groupe B et réussissent un premier tour parfait. Le 29 juin, ils rencontreront en huitième de finale le second du groupe A.

La dernière fois que les Pays-Bas avaient terminé cette phase de la compétition sans perdre de points, c’était en 2010 où ils ont accédé à la finale.

L’Espagne quitte la Coupe du monde sur une victoire 3-0 face à l’Australie

Alors que leur sort était déjà connu, le match entre les battus du groupe B a permis à la Roja de sauver la face en offrant une victoire à ses supporters.

Avec un effectif complètement remanié, dont notamment la titularisation de Pepe Reina dans les buts, la Roja a mis un peu de temps à prendre ses marques et à commencer sa marche en avant. La première occasion du match étant pour l’Australie dès la cinquième minute. L’Espagne s’installa progressivement dans le camp kangourou après vingt minutes pour enchainer les occasions. Pressant très haut mais manquant de réalisme, l’Australie ne laissa pas l’Espagne évoluer à sa guise.

Le premier but tombe à la 35e sur une magnifique Madjer de David Villa sur un débordement de Juanfran. Le joueur de l’Atletico inscrit là de manière spectaculaire son 59e et dernier but en 97 sélections puisque cette Coupe du monde était sa dernière compétition sous le maillot de la Roja. Remplacé à la 56e par Mata, Villa ne pû retenir ses larmes sur le banc.

La deuxième mi-temps est à l’image de la première. Une équipe espagnole conquérante et une équipe australienne opportuniste. L’Espagne double le score à la 68e via Torres. L’ouverture d’Iniesta est parfaite, l’attaquant n’a plus qu’à croiser sa frappe pour tromper le gardien d’un plat du pied.

Le troisième but arrive à la 82e et il est signé Juan Mata. Bien servi au second poteau par Fabregas, il place le ballon entre les jambes du malheureux Ryan.

Les occasions se succéderont pour l’Espagne jusqu’au coup de sifflet final de Monsieur Shukralla.
Une victoire pour l’honneur signé par une équipe d’Espagne visiblement au bout du rouleau après une longue saison.
La voici déjà en vacances.


https://www.youtube.com/watch?v=LIzId4WpUSI


https://www.youtube.com/watch?v=jymAUxFeyKE

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Phénoménal contre le Cameroun, Neymar envoie le Brésil 1/8

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 17:48

Phénoménal contre le Cameroun, Neymar envoie le Brésil en 1/8e de finale (1-4)
LE SOIR - (Résumé vidéo) - lundi 23 juin 2014 - 22h00

De son côté, le Mexique s’est défait de la Croatie (1-3). Les premiers 1/8e de finale du Mondial sont connus : Brésil-Chili et Pays-Bas-Mexique.



D’ores et déjà éliminé de la course à la qualification pour les 8es de finale, le Cameroun a fait illusion une grosse demi-heure, lundi soir, à Brasilia. Opposés à un Brésil qui se montra d’emblée vif et séduisant, à 1.000 lieues de l’image qu’il avait laissée entrevoir face au Mexique, les «Lions indomptables» ont crânement joué leur chance, avec leurs moyens plus limités – et sans Eto’o – mais un enthousiasme jamais démenti.

Seulement voilà, le Brésil reste le Brésil et, même s’il laisse épisodiquement entrevoir de grosses failles, notamment sur les flancs défensifs, personne n’aurait osé imaginer qu’il puisse ne pas survivre aux phases de poules, et certainement en terminant son premier triptyque face à une équipe qui n’avait plus le moindre espoir.

Dans le pays du fútbol, devant 69.000 supporters déchaînés, le Brésil a fait le travail en y ajoutant les formes. En 8es de finale, le 28 juin à Belo Horizonte, il affrontera le Chili pour un duel sud-américain qui s’annonce déjà extrêmement prometteur. Et explosif!

Mais avant de penser aux échéances futures, le Brésil peut d’abord remercier Neymar, la véritable star de ce Mondial (davantage que Messi et Ronaldo…), d’évoluer à un tel niveau. Déjà double buteur lors d’un match d’ouverture très contesté face à la Croatie, la pépite du Barça ne semble pas tétanisée par la pression immense qui repose pourtant sur ses épaules. Au contraire, cette pression populaire semble plutôt le galvaniser. Lundi soir, il s’est régalé avec deux nouveaux buts. Et il a au passage régalé tous les amateurs de beau jeu et d’efficacité.

Virevoltant, intenable, audacieux dans ses gestes techniques, Neymar a été le leader naturel, le phare de cette équipe du Brésil qu’il a d’abord lancée sur la voie d’un succès que l’on pensait aisé après un gros quart d’heure. Isolé au petit rectangle, il était à la réception d’un centre à ras de terre de Luiz Gustavo, ouvrant parfaitement son pied comme seuls les vrais buteurs savent le faire. Ce but, le 3e de son Mondial et le 100e tout court de cette compétition, semblait tellement facile…

Le Cameroun, touché dans son orgueil, eut la réaction qui s’imposait. Durant un gros quart d’heure, il joua de manière libérée, trouvant la transversale puis parvenant même à égaliser via Matip. Mais ce n’était qu’un feu de paille que Neymar se chargea rapidement d’éteindre avec ses propres étincelles, celle d’un génie de 22 ans que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter.

Sur une action individuelle dont il a le secret, il passa la défense en revue avant de tromper une seconde fois Itandje et de s’isoler en tête du classement des buteurs. Le Brésil pouvait respirer. Après la pause, il déroula même, offrant à Fred, l’occasion de jubiler enfin sur un but entaché d’une position de hors-jeu. En fin de match, Fernandinho rassura définitivement les «Auriverde» par rapport à leur première place de groupe.

Au terme de ce match, on peut dire que le Brésil a rassuré les sceptiques, même si on attendra tout de même un peu avant de poser un jugement définitif quant à ses chances d’aller au bout de son rêve. Même pétri de bonne volonté, le Cameroun reste une équipe très modeste, composée d’une majorité de joueurs évoluant en Ligue 1, et pas uniquement dans de grands clubs. S’il veut remporter sa Coupe du monde, il faudra que les porteurs d’eau se mettent au diapason de la star de l’équipe.

Mais bon, personne ne boudait son plaisir au pays du fútbol: le Brésil est bel et bien en 8es de finale. Il y sera accompagné par le Mexique qui, dans l’autre rencontre de la soirée, a su s’imposer aisément face à la Croatie pour s’offrir le luxe de défier les Pays-Bas.


https://www.youtube.com/watch?v=j0pF6trXA80


https://www.youtube.com/watch?v=M2vbDvFrAwA

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mexique-Croatie: une finale pour la qualification

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 18:08

Mexique-Croatie: une finale pour la qualification
La Libre.be - lundi 23 juin 2014 - 22h00


Le Mexique et la Croatie vont s'affronter lundi à Recife à 22h (heure belge) dans une finale d'accession aux huitièmes de finale qui, sauf improbable naufrage du Brésil dans l'autre match, laissera l'une des deux nations sur le carreau.

L'issue sera d'autant plus cruelle que les deux équipes font partie de celles qui ont laissé une très bonne impression lors de ce début de tournoi. Mais on savait depuis le départ que ce groupe A était l'un des plus relevés de la compétition et qu'avec la présence en son sein du Brésil il n'y aurait sans doute qu'une place à prendre pour les autres.

Il existe tout de même en théorie deux cas de figure dans lesquels Croatie et Mexique passent tous les deux en huitièmes de finale mais ils s'accompagnent d'une condition plus qu'improbable: en cas de victoire de la Croatie ou de match nul, les deux équipes seront qualifiées si... le Brésil s'incline lourdement face au Cameroun, déjà éliminé. Autant dire que Croates et Mexicains ne doivent pas trop y compter et plutôt se concentrer sur leur affrontement de Recife. Le remarquable match nul (0-0) obtenu mardi à Fortaleza face au Brésil permet au Mexique d'aborder cette "finale" en position de force. Un match nul et les hommes du sélectionneur Miguel Herrera seront en huitièmes de finale. Comme d'habitude, puisque c'était déjà le cas lors des cinq dernières Coupes du monde.

Mais les coéquipiers de Modric et Rakitic croient aussi en leurs chances. Car après une défaite inaugurale face au Brésil (3-1) qu'ils ont jugée injuste du fait du penalty généreusement accordé à Fred à 1-1, ils se sont promenés contre le Cameroun (4-0). "Le Mexique n'a pas encore encaissé de but, il joue vertical, de façon agressive. Ca va être une bataille. On a montré notre vrai visage après cette défaite malheureuse. Tout le monde peut perdre contre le Brésil mais ces conditions me restent encore en travers de la gorge. On a pu voir que mon équipe a un vrai potentiel", a déclaré le sélectionneur Niko Kovac après cette démonstration.

Les Croates savent aussi qu'ils ne peuvent pas se contenter d'un nul et doivent attaquer pour gagner. Olic et Mandzukic, auteur d'un doublé contre le Cameroun, sont là pour ça.


https://www.youtube.com/watch?v=Rpq9XfnjiWA


https://www.youtube.com/watch?v=AtTjomxw2RU

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’Uruguay force sa qualification et élimine l’Italie du M...

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 20:06

L’Uruguay force sa qualification et élimine l’Italie du Mondial (0-1)
LE SOIR - (Résumé) - mardi 24 juin 2014 - 18h00

Un unique but de Diego Godin condamne la Squadra à plier bagage. L’Uruguay et le Costa Rica filent en huitièmes de finale.



Après l’Angleterre, le groupe D de la Coupe du monde de football a révélé le nom de sa seconde victime de marque mardi au terme du match entre les victimes inattendues du Costa Rica, l’Uruguay et l’Italie. Il s’agira de l’Italie qui ne pouvait pas perdre dans la chaleur (33°C) de Natal. Elle s’est inclinée 0-1 à la suite d’un but inscrit à la 81e minute par le capitaine de la Celeste Diego Godin. L’Italie a joué la dernière demi-heure à dix après l’expulsion de Claudio Marchisio. L’Uruguay, qui termine 2e du groupe D derrière le Costa Rica, sera opposé en 1/8e de finale au 1er du groupe C qui sera connu en fin de journée.

Reconduisant l’équipe qui a battu l’Angleterre (2-1), l’Uruguay comptait faire pencher la balance grâce à Luis Suarez. Le buteur de Liverpool fut le premier à alerter un but. Son coup-franc nécessita les poings de Buffon, le portier italien (7e).

La rencontre, engagée, demeurait très fermée, pas question de prendre des risques inutiles de part et d’autre en début de match.

L’Italie, qui gérait le rencontre, n’avait d’autre solution à l’approche du rectangle adverse que de tenter de tirs de loin. Marchisio, Berzagli et Balotelli s’y essayèrent sans aucun succès.

L’Uruguay dessina son seul mouvement collectif de qualité à la 32e: une accélération de Rodriguez, puis un une-deux, entre Suarez et Lodeiro obligèrent Buffon à intervenir à deux reprises.

En revenant du repos, l’Uruguay adopta un jeu plus offensif. Cavani aurait dû bénéficier d’un penalty après avoir été ceinturé par Bonucci (51e).

Le une-deux entre Rodriguez et Suarez suivi d’un tir mal cadré précisa la menace (58e). Et quand Marchisio se fit expulser pour une semelle (59e), l’Italie se prépara à une dernière demi-heure difficile à dix contre onze.

Buffon signa l’arrêt du match sur un essai de près de Suarez (66e). La citadelle bleue était assiégée. Elle résista jusqu’à la 81e minute. Sur un corner de Ramirez, Godin, de la tête, propulsait le ballon au fond du but et l’Uruguay en huitièmes de finale.

L’Italie, déjà éliminée au 1er tour en 2010, est après l’Espagne et l’Angleterre la 3e nation à avoir gagné la Coupe du monde à rentrer au pays dès la fin de la phase de groupe.
******************************************
***************************************************
L‘Italie éliminée du Mondial: le sélectionneur Prandelli démissionne
LE SOIR - (Résumé vidéo) - mercredi 25 juin 2014 -

En début de soirée, l’Uruguay a forcé sa qualification pour les huitièmes de finale grâce à unique but de Diego Godin contre l’Italie. La Squadra peut plier bagage.



Bis repetita pour l’Italie ! Sortie sans gloire au 1er tour du Mondial sud-africain de 2010, la Squadra Azzura est, quatre ans plus tard, à nouveau éliminée dès la phase de poule. Après l’Espagne et l’Angleterre, voilà donc un troisième champion du monde contraint à plier bagage. La faute à Diego Godin, l’auteur de l’unique but de la rencontre, tombé à la 82e minute de jeu ! Servi par Gaston Ramirez, monté au jeu 180 secondes plus tôt, le défenseur de l’Atlético Madrid, déjà auteur du but synonyme de titre pour l’Atlético dans l’antre de son rival barcelonais, s’est élevé plus haut que toute la défense italienne pour tromper un Buffon pourtant irréprochable jusque-là. Car le portier de la Juventus, qui disputait sa 5e Coupe du monde à 36 ans, a longtemps retardé l’échéance d’une Squadra réduite à dix dès l’heure de jeu.

L’exclusion de Marchisio a fait très mal à l’Italie

Alors que Balotelli fut jauni après 23 minutes, et donc virtuellement suspendu pour les huitièmes de finale, La Nazionale a encaissé un second coup dur à l’heure de jeu. Claudio Marchisio se faisant exclure directement par Monsieur Rodriguez après avoir essuyé ses crampons sur le genou d’Arévalo Rios. Avant cela, Edinson Cavani aurait déjà dû bénéficier d’un penalty pour avoir été ceinturé par Bonucci (51e). Réduits à dix, les Azzurri ont commencé à reculer. Au contraire de l’Uruguay, déterminé à se rassurer le plus rapidement possible. Luis Suarez, servi à l’entrée de la surface de réparation, aurait pu endosser ce rôle de sauveur, comme ce fut le cas quelques jours plus tôt face à l’Angleterre, s’il n’avait pas perdu son face-à-face avec Buffon (66e).

Suarez récidive en mordant Chiellini

Mais au lieu de montrer l’image du Suarez que l’on aime voir, soit celle d’un buteur hors pair, élu meilleur joueur de Premier League cette saison, l’attaquant de la Celeste s’est distingué d’une bien triste façon. Alors que le score était toujours de zéro à zéro, celui qui a déjà inscrit 41 buts pour la Celeste a réveillé son côté sombre… Déjà coupable en 2010 d’avoir mordu Ottman Bakkal, un joueur du PSV, l’ancien ajacide avait remis le couvert en 2012, en mordant cette fois Ivanovic lors d’un Liverpool – Chelsea très animé. Mardi soir, sur la pelouse de l’Arena Das Dunas, « El Pistolero » s’est à nouveau transformé en « El Loco » (le fou). Dans un duel qui a échappé à l’arbitre de la rencontre, il a ainsi mordu l’épaule de Chiellini. Cette agression, qui n’a pas sa place sur un terrain de football, aurait dû lui valoir la même sanction que Marchisio. Reste maintenant à voir si la FIFA va prendre ses responsabilités en suspendant l’attaquant sur bases des images télévisées.

En attendant, l’Italie a subi sa première défaite en Coupe du Monde face à l’Uruguay. Si les Azzuri rentrent donc déjà à la maison, les Uruguayens, eux, affronteront, le 28 juin à Rio de Janeiro, le vainqueur du groupe C, soit plus que probablement la Colombie.

Prandelli démissionne

« On n’a pas eu une seule occasion, probablement parce qu’on est techniquement limité ou pas bien structuré. Le projet technique est de ma responsabilité et j’ai annoncé à la Fédération que je remettais ma démission », a déclaré le sélectionneur Cesare Prandelli peu après la défaite. Le président de la Fédération italienne (FIGC) Giancarlo Abate a lui aussi dans la foulée annoncé sa « démission irrévocable » et a formé l’espoir que le sélectionneur revienne sur sa décision.

Le Costa Rica crée la sensation en décrochant la 1re place du groupe « de la mort »

Assuré avant de monter sur le terrain de disputer les huitièmes de finale, le Costa Rica avait à cœur d’arracher, au nez et à la barbe des favoris qu’étaient l’Italie et l’Angleterre, la 1re place du groupe D. Mission accomplie pour les joueurs de Jorge Luis Pinto. Auteur d’un six sur six initial après ses victoires face à l’Uruguay et l’Italie, le Costa Rica a cette fois partagé l’enjeu (0-0) face à une équipe d’Angleterre qui termine donc à la 4e place du groupe D avec une seule et maigre unité.


https://www.youtube.com/watch?v=TgBqP4GhjN4

MORSURE DE SUAREZ - ITALIE / URUGUAY

https://www.youtube.com/watch?v=FAAP5v_DDMU


https://www.youtube.com/watch?v=nHzgBkOlcZs


Dernière édition par Said B le Mer 25 Juin 2014 - 17:54, édité 2 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

COSTA RICA - ANGLETERRE - 0-0

Message par Ben le Mar 24 Juin 2014 - 20:09

Une Angleterre B tient le coup contre le Costa Rica (photos): COSTA RICA - ANGLETERRE - 0-0
- (Résumé vidéo) - mardi 24 juin 2014 - 18h00

Des Costariciens patients mais peu dangereux se sont offert la première place du groupe D, mardi à Belo Horizonte, à la faveur d'un match nul (0-0) sur une équipe d'Angleterre rajeunie après son élimination précoce du Mondial.

[img:9a22]http://static2-aka.rtl.be/rtlutils/pics/div/2014_06_24/544x_/eng[1].jpg[/img:9a22]

Avec sept points et deux victoires de prestige, sur l'Uruguay (3-1) et l'Italie (1-0), la "Sele" peut aborder avec confiance son huitième de finale, dimanche (20h00 GMT) à Recife, face au deuxième du groupe C.

La sélection de Jorge Luis Pinto, sortie invaincue à la surprise générale du "groupe de la mort", attendra les résultats de Japon-Colombie et Grèce-Côte d'Ivoire (coups d'envoi à 20h00 GMT) pour connaître son adversaire. La Côte d'Ivoire est en bonne position pour terminer deuxième, derrière la Colombie.

Quel que soit le nom de son futur adversaire, le Costa Rica peut espérer viser au moins les quarts de finale du tournoi, ce qui serait historique pour une sélection qui n'avait jusqu'alors connu qu'un seul 8e de finale, en 1990, pour son premier Mondial.

L'équipe d'Angleterre, rajeunie par la présence des habituels remplaçants (25 ans et 300 jours de moyenne d'âge), s'est montrée la plus dangereuse, notamment en première période où elle s'est offert plusieurs occasions franches par Daniel Sturridge.

L'attaquant de Liverpool était le seul rescapé, avec le défenseur Gary Cahill, du naufrage vécu jeudi face à l'Uruguay (2-1), Roy Hogson confiant le brassard de capitaine au vétéran Frank Lampard (36 ans) pour sa probable dernière sélection.

Le Costa Rica n'avait fait de son côté que deux changements par rapport au match de l'Italie vendredi, Joel Campbell assurant une nouvelle fois l'animation offensive.

Campbell, justement, a ouvert les hostilités d'une frappe qui passait de peu à côté du but de Ben Foster (2), auteur d'une belle parade sur un coup franc direct de Celso Borges (23) dévié sur la barre.

Mais ce sont les Anglais qui, avec un Sturridge omniprésent mais imprécis, se sont montrés les plus pressants. L'attaquant des Reds a manqué de justesse le cadre (12, 65) et a envoyé une tête au-dessus de la cage de Keylor Navas (35).

Il aurait surtout pu bénéficier d'un penalty (27) après avoir été accroché dans la surface par Oscar Duarte, mais l'arbitre a jugé inutile de siffler.

Les Anglais ont poussé dans les dernières minutes de jeu, avec les entrées de Raheem Sterling (62), Steven Gerrard (73) et Wayne Rooney (76), mais ont dû se contenter du point offert par ce match nul pour ne pas quitter le Mondial bredouilles. Ce qui aurait constitué une première en 14 participations.


https://www.youtube.com/watch?v=Yya-732I1Q0


https://www.youtube.com/watch?v=-ciYEnTHXs8

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Colombie explose le Japon et signe un 9/9 (photos)

Message par Ben le Mer 25 Juin 2014 - 18:37

La Colombie explose le Japon et signe un 9/9 (photos)
- (Résumé vidéo) - mardi 24 juin 2014 - 22h00

La Colombie, déjà qualifiée pour les huitièmes de finale, a réussi le carton plein en remportant une troisième victoire en trois matches, et avec la manière, sur le Japon 4 à 1, mardi à Cuiaba.

[img:92e9]http://static2-aka.rtl.be/rtlutils/pics/div/2014_06_24/113x70/col[1].jpg[/img:92e9]

Les "Cafeteros", absents de la Coupe du monde depuis seize ans, ont aussi fait le plein de confiance avant de disputer leur premier huitième de finale depuis 1990, samedi (20h GMT) à Rio de Janeiro, face à l'Uruguay.

Déjà qualifiée avant le match, la Colombie a eu à coeur de terminer première de sa poule. Un nul lui suffisait, mais elle a fait mieux en s'imposant sur un penalty de Juan Cuadrado (17), un doublé de Jackson Martinez (55, 82) et un but de James Rodriguez (90). Shinji Okazaki (45+1) avait égalisé juste avant la mi-temps.

Elle a pu se permettre de faire entrer en fin de match (84) le deuxième gardien Faryd Mondragon pour lui permettre de devenir le plus vieux joueur à disputer un Mondial à 43 ans et trois jours.

Le roulement effectué par José Pekerman, qui a laissé sur le banc son capitaine Mario Yepes (38 ans), Carlos Sanchez et James Rodriguez, a permis aux remplaçants de briller sous le soleil de Cuiaba.

Le Japon, à l'inverse, arrivait dans l'Arena Pantanal plombé par son mauvais départ (une défaite et un nul). Condamné à gagner, il devait dans le même temps espérer une défaite de la Côte d'Ivoire face à la Grèce.

L'Italien Alberto Zaccheroni avait donc aligné son équipe type avec notamment Shinji Kagawa, le milieu créateur de Manchester United, qui était sur le banc au dernier match.

Les Japonais ont attaqué pied au plancher, se ruant sur le but de David Ospina, tandis que les Colombiens attendaient patiemment pour lancer leurs contre-attaques.

Tactique payante pour les Sud-Américains qui sur l'une d'elles ont bénéficié d'un penalty grâce à Adrian Ramos, fauché à l'entrée de la surface par Yasuyuki Konno. Cuadrado l'a transformé en force (17).

Mais les Samouraïs Bleus sont repartis de plus belle, s'offrant des occasions franches par Kagawa (26, 40), Keisuke Honda sur coup franc (33) et Yoshito Okubo d'un retourné acrobatique (37).

Leur engagement a été récompensé sur la dernière occasion de la première période sur un bon centre de Honda, repris de la tête par Okazaki (45+1), pourtant dos au but.

Mais Rodriguez, entré en jeu à la pause, a fait la différence en décalant subtilement dans la surface Martinez (55), dont la frappe croisée du gauche a trompé Eiji Kawashima.

Martinez a récidivé d'une frappe enroulée après s'être joué de la défense japonaise d'un joli crochet (82), laissant le soin à Rodriguez de finir le travail d'une magnifique balle piquée (90).


https://www.youtube.com/watch?v=D5TbF3ObZw4



_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Grèce qualifiée sur un penalty à la 93e! (photos)

Message par Ben le Mer 25 Juin 2014 - 18:47

La Grèce qualifiée sur un penalty à la 93e! (photos)
- (Résumé vidéo) - mardi 24 juin 2014 - 22h00

La Grèce s'est qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial-2014 grâce à sa victoire (2-1) sur la Côte d'Ivoire, qui est éliminée, dans un match du groupe C, mardi au stade Castelao de Fortaleza.



La Grèce, qui atteint pour la première fois ce niveau en Coupe du monde, termine à la 2e place de son groupe derrière la Colombie, vainqueur du Japon (4-1). Les buts grecs ont été inscrits par Samaris (42e) et Samaras (90e+3 s.p.), Bony ayant égalisé pour la Côte d'Ivoire (74e).


https://www.youtube.com/watch?v=9Yw6lfmVFqo


https://www.youtube.com/watch?v=Wy87-lhiCPY


https://www.youtube.com/watch?v=8zRzg9Lco8Y

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Malgré sa défaite contre l’Argentine de Messi, le Nigeria...

Message par Ben le Jeu 26 Juin 2014 - 16:42

Malgré sa défaite contre l’Argentine de Messi, le Nigeria file en huitièmes (2-3)

LE SOIR - (Résumé) - mercredi 25 juin 2014 - 18h00

Le Nigeria évite l’élimination du Mondial grâce à la défaite de l’Iran contre la Bosnie (3-1). De son côté, l’Argentine s’est assurée la première place du groupe F.



L’Argentine termine première du groupe F de la Coupe du monde de football après avoir battu le Nigeria 3-2 lundi à Porto Alegre lors de la 3e journée de la phase de groupes. Le Nigeria est toutefois qualifié pour les 8e de finale grâce à la victoire de la Bosnie 3-1 sur l’Iran à Salvador de Bahia. L’Argentine est en tête du groupe F avec 9 points sur 9 devant le Nigeria (4 pts), la Bosnie (3) et l’Iran (1).

Messi toujours solide



4 tirs, 3 cadrés, 2 goals. Lionel Messi a livré une solide prestation pour venir à bout d’une équipe du Nigeria méritante. La première mi-temps a démarré sur les chapeaux de roue. Le prodige du FC Barcelone trompe une première fois Enyeama (3e) après une belle action collective. Le premier but encaissé par les Super Eagles dans cette Coupe du monde ! Réplique immédiate dans la minute qui suit avec Musa, le joueur du CSKA Moscou, qui crucifie Romero d’un beau tir enroulé. Dans les derniers instants de la première mi-temps, Lionel Messi hérite d’un coup-franc plein axe et trompe Enyeama d’un superbe tir enroulé du pied gauche, imparable !

La deuxième période débute d’une manière aussi folle que la première. Musa, encore lui, parvient à tromper Romero (47e) avant que deux minutes plus tard, Marcos Rojo détourne le ballon du genou droit dans le but sur un corner d’Ezequiel Lavezzi. L’Argentine aurait encore pu aggraver le score mais les tentatives de Higuain (55e), Messi (59e) et Lavezzi (78e) n’ont pas trouvé le cadre.

Lionel Messi rejoint donc Neymar au classement des meilleurs buteurs (4). L’Albiceleste a livré sa plus belle prestation de ses trois matches de poule mais a encore laissé entrevoir des lacunes au niveau défensif. Auteurs d’un 9/9, Messi et compagnie affronteront le deuxième du groupe E, le mardi 1er juillet.

NIGÉRIA - ARGENTINE EN COMMENTÉ
Ce dernier match du groupe F aura tenu toutes ses promesses. La première mi-temps a démarré sur des chapeaux de roue. Lionel Messi trompe Enyeama (3e) suite à une belle action collective, le premier but encaissé par le Nigéria dans cette Coupe du monde. Réponse immédiate du Nigéria dans la minute qui suit avec Musa, le joueur du CSKA Moscou, qui crucifie Romero d'un beau tir enroulé. Dans les derniers instants de la première mi-temps, Messi hérite d'un coup-franc plein axe et trompe Enyeama d'un superbe tir enroulé du pied gauche, imparable!
La deuxième période début d'une manière aussi folle que la première. Musa, encore lui, parvient à tromper Romero avant que deux minutes plus tard, Rojo détourne le ballon du genou droit suite à un corner de Lavezzi et donne l'avantage à l'Albiceleste.
Lionel Messi rejoint Neymar au classement des meilleurs buteurs (4). L'Albiceleste a sans doute livré sa plus belle prestation de ses trois matches de poules mais a laissé entrevoir des lacunes au niveau défensif. Messi et compagnie affronteront le deuxième du groupe E, le mardi 1er juillet.


https://www.youtube.com/watch?v=QNiQ5bd3f0k


https://www.youtube.com/watch?v=T30nKKgx7q8

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un Messi des grands soirs bat le Nigeria: la Bosnie & l'Iran

Message par Ben le Jeu 26 Juin 2014 - 17:29

Un Messi des grands soirs bat le Nigeria: la Bosnie et l'Iran sortis (photos)

- (Résumé vidéo) - mercredi 25 juin 2014 - 18h00

Bien que battu 3-2 par l'Argentine mercredi à Porto Alegre, le Nigeria s'est qualifié pour les 8e de finale de la Coupe du monde de football grâce à la victoire de la Bosnie 3-1 sur l'Iran dans le stade de Salvador de Bahia, mercredi lors de la 3e et dernière journée du groupe F. L'Argentine termine en tête du groupe F avec 9 points sur 9 devant le Nigeria (4 pts), la Bosnie (3) et l'Iran (1).

La deuxième mi-temps démarre comme la première

C'est à Porto Alegre que les premiers buts de la soirée tombaient. On ne jouait que depuis deux minutes quand Lionel Messi ouvrait le score pour l'Albiceleste. C'était le premier but encaissé par le gardien nigerian Vincent Enyeama, qui était le seul portier de la Coupe du monde à n'avoir pas encore dû se retourner. Le Nigeria répondait du tac au tac en égalisant par Musa deux minutes après le but argentin. Juste avant la mi-temps, Messi redonnait l'avance à l'Argentin d'un superbe coup franc des 20 m. La deuxième mi-temps débutait comme la première avait commencé: par des buts. Musa égalisait à la 47e et Rojo plantait le 3e but argentin à la 51e.

L'ex-joueur du Standard, Reza, réduit la marque

Le score restait fixé à 3-2, mais le Nigeria gagnait tout de même son billet pour les 8e de finale. Les Super Eagles doivent leur qualification à la victoire de la Bosnie, déjà éliminée avant le coup d'envoi, qui a battu l'Iran 2-0 à Salvador de Bahia. Avec un point pris lors de son partage 0-0 face au Nigeria, l'Iran pouvait encore rêver des huitièmes. Mais Edin Dzekho portait la Bosnie aux commandes à la 23e, d'un tir des 20 m via le poteau gauche. Pjanic faisait 2-0 à la 59e. L'ancien Standardman Reza réduisait l'écart à la 82e, mais Vrsajevic ne tardait pas à tuer les espoirs iraniens en fixant le score final à 3-1 dans la minute suivante. La Bosnie signait sa première victoire dans son premier Mondial et assurait la qualification du Nigeria.
En 8e de finale, l'Argentine affrontera lundi à Sao Paulo (18h00) le 2e du groupe E, composé de la France, l'Equateur, la Suisse et le Honduras. Le Nigeria sera pour sa part opposé au vainqueur du groupe E lundi (18h00) à Brasilia.




https://www.youtube.com/watch?v=kT3PfcH2C0U

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mondial 2014 - Xherdan Shaqiri élu Homme du match Honduras-S

Message par Ben le Jeu 26 Juin 2014 - 17:46

Mondial 2014 - Xherdan Shaqiri élu Homme du match Honduras-Suisse

- (Résumé vidéo) - mercredi 25 juin 2014 - 22h00



Le Suisse Xherdan Shaqiri a été élu Homme du match Honduras-Suisse, comptant pour la 3e journée du groupe E du Mondial 2014, mercredi à Manaus.
Le joueur du Bayern Munich a inscrit un triplé (6e, 31e et 71e) qui a qualifié la Nati pour les 8e de finale de la Coupe du monde. C'est le deuxième triplé du Mondial après celui de l'Allemand Thomas Müller face au Portugal. Shaqiri a rejoint Müller, Benzema (France), Robben (Pays-Bas), Rodriguez (Colombie), E. Valencia (Equateur) et van Persie (Pays-Bas) au 2e rang du classement des buteurs de la Coupe du monde, avec 3 buts. Lionel Messi (Argentine) et Neymar (Brésil) sont en tête avec 4 buts. En 8e de finale, la Suisse affrontera l'Argetine mardi à Sao Paulo. (Belga)


https://www.youtube.com/watch?v=Gz6Ue4mbgg4


https://www.youtube.com/watch?v=CqG5Z9Isik0

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Face à l’Équateur, la France n’a pas fait rêver mais rejoint

Message par Ben le Jeu 26 Juin 2014 - 18:03

Face à l’Équateur, la France n’a pas fait rêver mais rejoint les huitièmes de finale (0-0)

LE SOIR - (Résumé) - mercredi 25 juin 2014 - 22h00



Après ses cartons réalisés face au Honduras et à la Suisse, la France avait quasiment son billet en poche pour les huitièmes de finale avant même de remplir cet ultime devoir, qui ne sera finalement jamais apparenté à une dernière formalité. Hier, sur la pelouse mythique du Maracana mais avec une équipe privée d’une pléthore de titulaires (dont Cabaye suspendu), elle a estampillé son billet, sans jamais briller, face à des Sud-Américains censés jouer leur va-tout, mais longtemps confinés dans une position attentiste, puis réduits à dix.

Face à ces valeureux Equatoriens, l’attaque-mitraillette des Bleus (8 goals lors des deux premières rencontres) est restée désespérément calée, malgré une nette domination territoriale, quelques occasions (dont un envoi sur le montant) et les montées en fin de rencontre de Rémy ou de Giroud.

Le scénario aurait pu cependant prendre une tournure encore plus délicate pour les Bleus si, au quart d’heure, le coup de coude porté par Mamadou Sakho au visage d’un attaquant équatorien n’avait pas échappé à la vigilance de l’arbitre ivoirien, Désiré Doué. Au début de la seconde période, Antonio Valencia n’allait pas bénéficier de la même mansuétude: le joueur de Manchester United était prié de regagner les vestiaires qu’il venait à peine de quitter, pour avoir laissé traîner la semelle sur le genou du quasi-néophyte Lucas Digne. Il est vrai que le capitaine équatorien est un peu trop familier du genre: c’est déjà sa cinquième expulsion sous le maillot national.

Autre moment important: le réflexe d’Hugo Lloris, par ailleurs guère mis à contribution, sur une reprise aérienne d’Enner Valencia qui n’ajoutera donc pas de quatrième but à son quota personnel avant de reprendre la direction du championnat mexicain. Où il ne devrait cependant plus s’éterniser au vu de ses prestations sur les pelouses brésiliennes. Avec l’élimination de l’Equateur, l’Amsud, qui avait déjà placé 5 formations en huitièmes, ne réalise donc pas le carton plein.

Les Français, quant à eux, n’ont pas aligné un troisième succès consécutif au premier tour. Une seule fois par le passé, ils ont réalisé une telle performance. C’était en 1998 au seuil de leur marche triomphale… Avec cette qualification, la France referme définitivement le douloureux épisode du Mondial sud-africain. Et avec la perspective de croiser le Nigeria au tour suivant, tous les espoirs sont désormais permis pour la bande à Deschamps.

Dans l’autre rencontre de cette poule E, les Suisses n’ont pas répété l’erreur d’il y a quatre ans. A Bloemfontein, ils avaient laissé filer la qualification à cause d’un partage blanc contre le… Honduras. Instruits par cette expérience, ils ont cette fois rapidement pris leurs distances grâce à un départ en trombe. Avec un triplé réalisé en une bonne heure de jeu, le jeune équipier de Daniel Van Buyten au Bayern Munich, Xherdan Shaqiri (20 ans), a été le grand artisan du succès helvète. Les Honduriens (parmi lesquels l’Anderlechtois Najar est resté sur le banc jusqu’à la 76e minute) avaient pourtant monopolisé le ballon pendant 65% de cette première mi-temps…

Le sélectionneur suisse, Ottmar Hitzfeld (65 ans), qui quittera la Nati au terme de la compétition brésilienne, n’a donc pas encore coaché son dernier match. Mais, face à l’Argentine, ce sera une autre paire de manches.


https://www.youtube.com/watch?v=cB883avEvqY


https://www.youtube.com/watch?v=U0rQDmzznIs

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Brésil 2014 : Allemands et Américains chantent sous la pluie

Message par Ben le Ven 27 Juin 2014 - 6:27

Brésil 2014 : Allemands et Américains chantent sous la pluie
Le Monde.fr > 26 juin 2014 > 18h00

Plutôt qu'à l'Arena Pernambuco de Recife, on se serait cru à Wimbledon, jeudi 26 juin, lors de la rencontre Allemagne-Etats-Unis. C'est que le toit de ce futur multiplexe du football, inauguré en mai 2013 pour la Coupe des confédérations, n'a pas été étendu jusqu'aux tribunes basses. Ne manquent que les parapluies londoniens, remplacés par des cirés jaunes rappelant sans doute aux Américains les chutes du Niagara et des capes solides comme des sacs plastique de supérette, écoulées par des vendeurs à la sauvette.
Informés, eux, que le Nordeste vit la fin de la saison des pluies, ces locaux ont rappliqué massivement devant cette enceinte dont le pensionnaire est le bien nommé Nautico Capibaribe. Ils ont gagné leur journée. On ne peut en dire autant des spectateurs neutres de ce match qui s'est soldé par une victoire allemande (1-0), favorable à tous. « Un temps à la Fritz Walter », diraient les Allemands en référence au capitaine de l'équipe qui offrit au pays sa première Coupe du monde en 1954, lors du « Miracle de Berne ». Ou un temps de Mondial allemand 1974.



COURAGE ET ABNÉGATION DES AMÉRICAINS

Un temps de Normandie, corrigeraient les Américains, dont la force footballistique repose sur le courage et l'abnégation. Un temps idéal, en tout cas, pour le combat, pour s'ébrouer sur une pelouse humide. Seulement, la rumeur annonçait que l'affrontement n'aurait pas lieu. Avant le coup d'envoi, un nul suffisait à faire le bonheur des deux parties, en éliminant les deux autres membres du groupe G, le Ghana et le Portugal, qui s'opposaient au même moment à Brasilia.

En guise de spectacle, on redoutait un « match de la honte », remake du désolant Allemagne-Autriche (1-0) de 1982 à Gijon, en Espagne. Après le but marqué dès la 11e minute par Horst Hrubesch, les protagonistes s'arrêtèrent de jouer, le score permettant de les qualifier et d'exclure l'Algérie. Selon cette hypothèse, la nationalité des deux sélectionneurs multipliait le risque puisque Joachim Löw fut l'adjoint (de 2004 à 2006) puis le successeur de Jürgen Klinsmann, en charge de la Team USA depuis 2011.

C'était faire un bien mauvais procès d'intention aux Allemands et oublier qu'un tel arrangement semble impossible avec des Américains si sourcilleux de l'éthique sportive. Cela aurait été surtout mépriser sinon insulter ces supporteurs allemands massés dans les abris de bus avec leur paquetage, guettant un vain un taxi, véhicule qui s'est raréfié depuis que la capitale du Pernambouc dispose de deux lignes de métro. Les rues étaient inondées et les voitures, dans l'inévitable embouteillage, pratiquaient l'aquaplanning. Les fans de la Team USA, qui comportent bon nombre de néo-hippies et hipsters, barbes et cheveux mi-longs cernés d'un bandana à la gloire de la bannière étoilée, ne dépareillaient pas dans ce décor évoquant Woodstock.

DOMINATION ALLEMANDE

Pour ajouter au désagrément de tous, le périmètre de sécurité installé autour de l'Arena est démesurément grand et impose des marches aussi longues que celles pour rallier un festival de rock. Les premières minutes du match ont heureusement anéanti la théorie du complot. Dans une seyante tenue rouge et noir, les Allemands ont déclaré aussitôt les hostilités en exerçant une intense domination et en se précipitant, de façon brouillonne, vers les buts de Tim Howard.

Leur intention affichée était la victoire. Le moins gêné par les conditions de jeu fut logiquement le gardien américain puisqu'il évolue à Everton. Calme et serein, le barbu chauve en profita pour briller. Dans leur rectangle, les amis Klinsmann et Löw semblaient deux généraux jouant aux échecs. En casquette et baskets, le transfuge s'était plié au dress-code américain.

Löw restait fidèle au bras de chemise inauguré par les deux hommes lors du Mondial allemand de 2006, imperturbable sous la douche. Incapables de prendre possession du ballon, les Américains ont été sifflés dès la fin du premier quart d'heure. Quand ils ont commencé à s'approcher du but de Manuel Neuer, ils n'ont pas su gérer leurs glissades. Ce sont plutôt leurs efforts défensifs qui ont été salués, ceux du combattant à dreadlocks Kyle Beckerman et de son compère Michael Bradley, au crâne de Marine.

PAS DE « MATCH DE LA HONTE »

A la mi-temps, le score était inchangé et la qualification en poche pour l'ensemble des protagonistes puisqu'à Brasilia, le Portugal avait marqué. Dans l'hypothèse d'un but allemand, il aurait fallu que les coéquipiers de Cristiano Ronaldo en marquent trois autres pour rejoindre les huitièmes de finale. Est-ce la raison pour laquelle, la reprise à Recife baissa nettement d'intensité ? A l'évidence, la perspective de terminer deuxième de ce groupe et de devoir affronter a priori la Belgique n'effrayait pas les Etats-Unis.

Elle se concrétisa cependant lorsque, à la 55e minute, Howard, après une nouvelle parade, ne put rien sur une reprise de Thomas Müller. La peur s'empara de la tribune américaine lorsque deux minutes plus tard, Asamoah Gyan égalisa pour le Ghana. Il suffisait alors que les Black Stars l'emportent pour éliminer les Américains.

Soulagement quand Cristiano Ronaldo, à la 80e minute, marqua le deuxième but portugais. Tous équipés de mobiles et donc parfaitement au courant de ce qui se passait à Brasilia, les supporteurs américains n'en ont pas moins, après le coup de sifflet final, ovationné l'annonce de la victoire lusitanienne (2-1) dans un grand élan d'hypocrisie théâtrale. Jusque là, ils s'étaient retenus de reprendre le gimmick de Seven Nation Army qu'avaient commencé à entonner les Allemands, en répliquant par des « USA ! USA ! ». Cette chanson est pourtant née chez eux, sur la scène garage rock de Detroit, Michigan.

Qualifiés, ils ont pu alors célébrer leur défaite avec leurs vainqueurs. Il n'y eut au final pas de « match de la honte », mais une telle scène est tout de même rare dans une enceinte de football. Heureux, les Américains ont pu enfin joindre leur voix et chanter sous la pluie l'hymne des White Stripes. Ce Seven Nation Army qu'on adorait à sa sortie en 2003 et que les fans de foot nous ont appris à détester.


https://www.youtube.com/watch?v=XPmhTzpkA-4


https://www.youtube.com/watch?v=fZ7EON-hm4A

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Brésil 2014 : incapable de sauver la patrie, Cristiano R.

Message par Ben le Ven 27 Juin 2014 - 6:44

Brésil 2014 : incapable de sauver la patrie, Cristiano Ronaldo quitte déjà le Mondial
Le Monde.fr > 26 juin 2014 > 18h00



Et Ronaldo marqua. Enfin. Un plat du pied, à la 80e minute, sur une faute de la défense ghanéenne. Un but de raccroc, indigne de celui qui en marqua tant de somptueux, d'improbables, de géniaux. Un but à l'image de sa Coupe du Monde, indigne de sa valeur, pire de sa classe naturelle.

Le Portugal a gagné (2-1), ce jeudi, avec un autre but de pacotille, marqué contre son camp par le Rennais John Boye. Finalement, la seule réalisation à la hauteur du talent du Portugais fut le but ghanéen, merveille de construction collective, merveille d'extérieur du pied - ronaldesque - de Kwadwo Asamoah conclu par Asamoah Gyan.

UN BUT CACHE-MISÈRE

Ronaldo a marqué, donc, après plus de quatre heures de stérilité dans ce Mondial. Ce but est un cache-misère après les deux rencontres précédentes qui ne furent que stérilité, impuissance, agacement, suppliques à ses partenaires et au ciel. Il aurait pu, aurait dû être accompagné de plusieurs autres dans ce match.

Cette fois, le joueur n'a pas traîné un insupportable lymphatisme sur la pelouse. Il s'est démultiplié, a malmené sa patte folle (il souffre d'une douleur au genou dont on ne sait la part tendineuse et la part psychosomatique).

Cristiano Ronaldo a raté entre cinq et huit actions franches, a frappé une fois la barre. Imprécision et malédiction auront été le lot du joueur portugais. Le joueur du Real avait qualifié presque à lui seul son équipe lors des phases de qualification, notamment contre la Suède. Ce jeudi, il aurait pu à nouveau faire basculer le match avec plus de réussites, marqué les trois buts d'avance qu'il fallait à son équipe pour se qualifier. Il ne le fit pas.

Ronaldo quitte la Coupe du Monde 2014 avec un but et une passe décisive, statistiques misérables. Une nouvelle fois, il rate son Mondial. Il sort de cette compétition qui fait plus que toute autre les légendes en joueur lambda, presqu'en anonyme. Finalement, il n'aura été à la hauteur de sa réputation que dans les conférences de presse. Il fut omniprésent dans les conversations.

UNE ÂME EN PEINE

Pas un entretien avec un coach ou un joueur adverses sans dix questions sur la manière d'annihiler son talent. Pas un entretien avec l'entraîneur portugais qui ne tourne autour de la star. Au point que Paulo Bento s'est agacé: « Je ne vais pas demander à Cristiano de sauver la patrie », répondit-il. Il a dû le soutenir à nouveau, après l'élimination de l'équipe, avançant une faillite collective plus qu'individuelle.

De fait, le reste de l'équipe parut largement indigente. Ce n'était pas le Portugal au jeu vif, imprévisible, au registre technique démultiplié qu'on a connu à ses belles heures. C'était un simple agrégat de joueurs, lourds, empruntés, sans cohérence. Avec au milieu, Ronaldo, errant comme une âme en peine, appelant des ballons qui ne venaient pas ou lançant des partenaires qui ne courraient pas.

Nommé malgré tout l'homme du match par la FIFA, pour l'ensemble de son oeuvre plus que sur sa prestation, le joueur s'est fendu de trois phrases en bois et est reparti, diamant à l'oreille. C'est bien le seul qui ait brillé dans ce Mondial. Ronaldo et son numéro 7 n'ont donc pas sauvé la patrie, cette fois. Le Portugal lui en voudra. Un peu seulement. Ce pays lui doit tant de moments de rêve.


https://www.youtube.com/watch?v=dQkvJZsaVqI


_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Historique: Vertonghen assure le 9 sur 9 pour les Diables R.

Message par Ben le Ven 27 Juin 2014 - 6:50

Historique: Vertonghen assure le 9 sur 9 pour les Diables Rouges
> RTL sport > Football > Diables Rouges > jeudi 26 juin 2014 > 22h00

La Belgique a remporté son troisième match consécutif du Mondial au Brésil, jeudi contre la Corée du Sud (1-0).



La Belgique termine en tête du groupe H du Mondial 2014 après avoir battu la Corée du Sud 1-0 jeudi à Sao Paulo. Les Diables Rouges, qui ont remporté leurs trois matches de poule pour la première fois de leur histoire, affronteront en 8e de finale les Etats-Unis mardi à Salvador de Bahia. L'Algérie, qui a partagé contre la Russie, est le second qualifié du groupe. Les Fennecs seront opposés à l'Allemagne lundi à Porto Alegre.

Beaucoup de changements au coup d'envoi

Pour ce duel face à la Corée du Sud, Marc Wilmots avait procédé à sept modifications dans son onze de base, par rapport au match gagné dimanche contre la Russie (1-0), qui avait ouvert les portes des 8e de finale. C'est ainsi qu'Adnan Januzaj, la star montante de Manchester United, fêtait sa première cap. Kevin Mirallas était lui aligné en pointe, Romelu Lukaku et Divock Origi débutant sur le banc.
Les Diables ne parvenaient pas à faire la différence en première mi-temps. Mertens manquait une occasion quatre étoiles à la 25e minute. A la demi-heure, Ki, d'un puissant tir à ras de terre, forçait Courtois à la détente, et sur le corner qui suivit, Defour sauvait les siens sur sa ligne. Ce fut une des dernières actions du médian de Porto, exclu juste avant la mi-temps pour avoir laissé traîner les crampons sur Kim Shin-Wook.

Rendez-vous avec les Etats-Unis

Comme lors des deux premiers matches des Belges, il fallut attendre les 20 dernières minutes pour voir les Diables faire trembler les filets, alors que Courtois avait été sauvé par sa transversale sur un centre-tir de Son Heung-Min à l'heure de jeu.
Le but tombait à la 77e. Origi, monté à la 60e en remplacement de Mertens, décochait un puissant tir à ras de terre, que le gardien coréen ne pouvait que repousser. Vertonghen avait suivi et envoyait le cuir au fond des filets, permettant à la Belgique de signer leur premier 9/9 en Coupe du monde. Et aussi de terminer à la 1e place du groupe H, synonyme de 8e contre les Etats-Unis mardi.

L'Algérie décroche le nul

L'Allemagne, cela sera pour l'Algérie, qui termine 2e du groupe avec 4 points, devant la Russie (2) et la Corée du Sud (1). La Russie ne tardait pas à prendre l'avantage. Sur un centre parfait de la gauche de Kombarov, Kokorin s'élevait dans le rectangle algérien et ouvrait le score d'une tête dans la lucarne après six minutes. L'égalisation tombait à l'heure de jeu, en reprenant victorieusement de la tête un coup franc de Brahimi. Un but qui vaut de l'or pour les Fennecs, qualifiés pour les 8e de finale d'une Coupe du monde pour la première fois de leur histoire.
L'Algérie sera opposée à l'Allemagne lundi à Porto Alegre, avec sans doute en doute le souvenir de la victoire des Fennecs sur la Mannschaft lors du Mondial 1982.


https://www.youtube.com/watch?v=gPbZayEukYs


https://www.youtube.com/watch?v=edQ6mcKZnrc



Dernière édition par Said B le Ven 27 Juin 2014 - 7:19, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Brésil 2014 : l'Algérie s'offre un huitième de finale histor

Message par Ben le Ven 27 Juin 2014 - 7:08

Brésil 2014 : l'Algérie s'offre un huitième de finale historique
Le Monde.fr > 26 juin 2014 > 22h00


Scène de liesse à Curitiba entre les joueurs algériens et leurs supporteurs. | AP

Jamais, lors de leurs trois précédentes participations (1982, 1986 et 2010), les Fennecs ne s'étaient aventurés aussi loin dans une Coupe du monde. Grâce à son égalisation en seconde période contre la Russie (1-1), jeudi 26 juin à Curitiba, l'Algérie termine à la deuxième place du groupe H et s'offre une qualification historique pour les huitièmes de finale du Mondial.

La sélection nord-africaine franchit l'obstacle aux côtés de la Belgique, à créditer d'une troisième victoire en autant de matchs, ce soir, contre la Corée du Sud (1-0). Avec la qualification du Nigeria, la veille, c'est la première fois que deux équipes africaines accèdent aux huitièmes de finale d'un même Mondial : lundi 30 juin, l'Algérie affrontera l'Allemagne, tandis que les Super Eagles en découdront avec la France.



« Tout le monde a critiqué le mental de notre équipe, on est très fiers de cette victoire », a lâché le milieu de terrain Sofiane Feghouli à l'issue du match, au micro de BeIN Sports. L'Algérie n'a certes pas gagné, mais ce lapsus en dit long : de fait, pour les Algériens, le match nul de ce soir a valeur de victoire.

Après leur défaite inaugurale face à la Belgique (2-1), puis leur succès écrasant sur la Corée du Sud (4-2), les hommes de Vahid Halilhodzic savaient qu'un score de parité suffirait à les propulser en huitièmes de finale si, dans le même temps, la Corée du Sud ne gagnait pas contre la Belgique.



« Ce soir on a eu un cadeau énorme qu'on est allé chercher avec abnégation et générosité. C'est beau une équipe qui se bat comme ça », a déclaré le sélectionneur bosnien de l'Algérie, Vahid Halilhodzic, en conférence de presse. Ici au Brésil, les gens apprécient notre comportement. Il y a de meilleures équipes que nous, mais notre équipe a gagné beaucoup de sympathie dans cette Coupe du monde. »

Virtuellement éliminés pendant plus de la moitié du match au profit de la Russie, les Algériens ont longtemps cru au pire. Leur adversaire russe a d'emblée ouvert le score (1-0, 6e minute) sur une tête d'Aleksandr Kokorin. Bien intercalé entre deux défenseurs adverses, le jeune attaquant du Dynamo Moscou a expédié en lucarne un centre de Kombarov en première intention, côté gauche.

SLIMANI DÉCISIF

L'Algérie était alors réduite à dix contre onze, son maître à jouer, Sofiane Feghouli, étant provisoirement sorti du terrain en raison d'un choc à la tête. Les Algériens ont ensuite tenté de revenir au score, mais en vain. Igor Akinfeev a bien intercepté un centre dans les pieds d'Islam Slimani (13e), puis capté un tir du latéral gauche Djamel Mesbah, très en jambes (26e).

Dangereux dans les airs depuis l'entame du match, les joueurs de la sélection algérienne ont confirmé cet ascendant en seconde période. Sur un coup franc de Yacine Brahimi, Slimani a ainsi égalisé de la tête au second poteau, au terme de son duel avec Kombarov (1-1, 60e).


Également de la tête, Islam Slimani a répliqué à Aleksandr Kokorin, et a offert à l'Algérie la qualification pour les huitièmes de finale. | Reuters

Déjà auteur d'un but et d'une passe décisive lors du précédent match contre la Corée, l'avant-centre du Sporting Lisbonne a scellé de la sorte la qualification algérienne. Lors du revers initial face à la Belgique, il avait pourtant commencé le Mondial sur le banc de touche en tant que doublure d'El-Arabi Soudani.

Difficile Coupe du monde, en revanche, pour Akinfeev : lui qui s'était déjà troué en début de Mondial sur une frappe sud-coréenne (1-1), le gardien russe du CSKA Moscou n'est, là non plus, pas irréprochable. Pays hôte du futur Mondial 2018, la Russie du sélectionneur italien Fabio Capello était également en quête, au Brésil, d'un billet inédit pour les huitièmes de finale.

EN SOUVENIR DE 1982

Sitôt le match terminé, les Fennecs algériens ont pu communier avec leurs supporteurs présents dans les travées de l'Arena da Baixada, à Curitiba. Les hostilités reprendront toutefois dans quelques jours : face à l'Allemagne, un choc contre l'un des favoris du tournoi les attend.

Lors de sa première participation à la Coupe du monde, l'Algérie de Madjer et Belloumi avait créé la sensation en battant (2-1) l'Allemagne de l'Ouest en ouverture du Mondial 1982. Mais en Espagne, elle avait toutefois échoué à s'extirper des phases de poules à cause d'un arrangement entre la RFA et l'Autriche (1-0), resté dans les mémoires comme « le match de la honte ».

« On n'a pas oublié, on parle tout le temps de ce match. [...] Contre l'Allemagne, on sera la petite équipe contre la grande et les supporteurs brésiliens vont être de notre coté. On va tout faire pour ne pas les décevoir », a déclaré ce jeudi soir en conférence de presse Vahid Halilhodzic, qui s'est refusé à commenter son avenir à la tête de la sélection, préférant se concentrer sur le tournoi en cours.




https://www.youtube.com/watch?v=3nuoL7HeFqw


https://www.youtube.com/watch?v=hYVxMMqvyf8


https://www.youtube.com/watch?v=WXHGt41_pzg

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10492
Age : 56
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mondial au Brésil, c’est parti ! - Résumé matchs de poule

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum