HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Jeu 18 Déc 2008 - 8:25

Blagues commentées


Les blagues économiques ne sont sûrement pas les plus hilarantes, mais certaines peuvent aider à comprendre l’économie…pour peu qu’on les explicite.


ECONOMIE et HUMOUR


Ceci s’adresse à à tous ceux qui veulent mieux comprendre les questions économiques, mais de manière ludique, en s’appuyant sur l’humour.


Arrow Idea Arrow Idea Arrow


La crise des subprimes pour les nuls ...



Crise des subprimes:

Une explication très simple pour ceux qui essayent encore de comprendre.

Alors voilà, Mme. Ginette a une buvette à Bertincourt, dans le Pas de Calais.

Pour augmenter ses ventes, elle décide de faire crédit à ses fidèles clients, tous alcooliques, presque tous au chômage de longue durée.

Vu qu'elle vend à crédit, Mme. Ginette voit augmenter sa fréquentation et, en plus, peut augmenter un peu les prix de base du calva et du ballon de rouge.

Le jeune et dynamique directeur de l'agence bancaire locale, quant à lui, pense que les "ardoises" du troquet constituent, après tout, des actifs recouvrables, et commence à faire crédit à Mme. Ginette, ayant les dettes des ivrognes comme garantie.

Au siège de la banque, des traders avisés transforment ces actifs recouvrables en CDO, CMO, SICAV, SAMU, OVNI, SOS et autres sigles financiers que nul n'est capable de comprendre.

Ces instruments financiers servent ensuite de levier au marché actionnaire et conduisent, au NYSE, à la City de Londres, aux Bourses de Francfort et de Paris, etc., à des opérations de dérivés dont les garanties sont totalement inconnues de tous (c.à.d., les ardoises des ivrognes de Mme Ginette).

Ces "dérivés" sont alors négociés pendant des années comme s'il s'agissait de titres très solides et sérieux sur les marchés financiers de 80 pays.

Jusqu'au jour où quelqu'un se rend compte que les alcoolos du troquet de Bertincourt n'ont pas un rond pour payer leurs dettes.

La buvette de Mme. Ginette fait faillite.

Et le monde entier l'a dans le c..


Dernière édition par Said B le Mar 27 Jan 2009 - 10:09, édité 2 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Jeu 18 Déc 2008 - 8:29

La bourse va mal...



Faites-vous tatouer un Euro sur le sexe !

Ceci vous procurera 4 avantages qu'aucun autre produit ne peut vous offrir :

1) Vous ferez croître facilement votre investissement...
2) Vous prendrez plaisir à toucher votre argent.
3) Vous serez le seul à décider où vous le placez.
4) Vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que votre femme vous pompe vos économies.

De nos jours, il vaut mieux avoir des bourses en action que des actions en bourse !!

Votre conseiller en placement.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Jeu 18 Déc 2008 - 8:36

En ces temps de crise économique.....


Pour rester en bonne santé, manger 5 fruits et légumes par jour.

Je suis allé voir mon banquier, il est au top du top.

Il m'a dit:

Vos comptes, c'est la fin des haricots.
L'oseille n'a plus la cote.
Vos placements ont fait chou blanc.
Dans quelques jours, vous n'aurez plus un radis.
Il ne vous reste plus qu'à prendre un avocat.

Je lui ai répondu:

Si je comprend bien, je n'ai plus de poire pour la soif, plus de cerise sur le gâteau.
Mes économies sont mi-figue, mi-raisin, en plus je ne peux pas ramener ma fraise.
Toutes ces années de labeur, pour des prunes.

Je suis sorti de la banque en chantant à tue-tête:

'Le FRIC, c'est CHIC'

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Ven 19 Déc 2008 - 8:17

> >
> > La Belle et la Dette
> >
> > Il était une fois une belle princesse,
> > si riche et si courageuse qu'on l'appela Fortiche.(Fortis).
> > Fortiche grandit si vite que son papa,
> > Mauriche Lippens, se dit :
> > 'Voilà un compte de fait, ouvrons-en un autre !'
> > ...
> > C'est alors qu'il entendit une grosse Hollandaise
> > lui chanter :
> > 'L'ABN, l'ABN, ça voulait dire... on a vingt ans !'
> > Il en tomba éperdument AMRO et il l'acheta en débit
> > du bon sens.
> > Du coup, ce qui devait tarifer tarifa,
> > le château de la Princesse était menacé !
> > Il fallait consolider les Fortisfications !
> > Seulement dans la finance,
> > Tout allait à vau-l'eau, à vall Street...
> > En Russie, on fermait la Bourse vit'fait, à la soviet !'
> > L'Islande criait 'Moscours ! Moscours !'
> > Et même le CAC 40 devenait CAC 48 : 'Aidez-nous !'
> > Tout l'édifisc s'écroula
> > Les rocs s'fêlèrent... et cela fit, avec toutes ces pierre, belle mare !
> > Pour soigner la Princesse , on appela vite
> > Le médecin de garde,
> > Un urgentiste, Yves Leterme (1er ministre Belge) qui voulait sauver
> > sa peau !'
> > Enfin.. Celle de la Princesse
> > Mais la sienne aussi, en passant...
> > Hélas, Fortiche avait toujours fort mal à la dette.
> > Alors c'est au casino qu'on joua la Princesse
> > devenue la poule aux œufs d'or :
> > 'Attention ! Rien ne bat plus, les œufs sont frais !'
> > Et paf ! Débarque le chef de la BNP , Baudouin Proton,
> > La BNP parie bas
> > Et emporte la Fortiche !
> > Il saute sur l'occasion,
> > C'est le cas de le dire,
> > Pour l'épouser à l'insu de son plein gré.
> > Lors du mariage forcé, Fortiche perdit
> > Son nom de jeune fille et sa belle assurance.
> > C'est dingue que la BNP avale ainsi un si beau bijou de
> > famille Belge, et tout ça en un seul Week-End !
> > Comme quoi l'avaleur... n'attend pas le nombre des années !
> > Le jour même, la Princesse mourut
> > Dans un incendie qui se propagea de la sicav au grenier.
> > Ainsi Fortis s'éteignit
> > Et BNPaix a ses cendres...
> > Du coup, papa Mauriche, craignant le goudron et les plumes,
> > se réfugia sur la côte, groggy, Knokke-out.(Côte Belge)
> > Quant à Axel Miller, sans parachute doré...
> > Il se retrouva tellement démuni
> > qu'on l'appela 'Axel raide' !
> > Seulement la Princesse n'était pas la seule dans le besoin.
> > Fortiche, c'est un peu l'arbre qui cache la deforestation
> > Partout, c'était la dèche, le Big Bank !
> > Alors l'Etat versa des milliards et paya les dépôts cassés.
> > Ça calma la crise quelque temps, ça l'endormit même un peu...
> > Car la Bourse , c'est comme le serpent Kaa du livre de
> > la jungle :
> > 'Aie confiance, croîîîîs en moi !'
> > Seulement, pourra-t-on berner la crise plus longtemps ?
> > Ce serait un miracle plus fort qu'à la grotte de
> > Lourdes,
> > car qui berne la dette soutire tout...
> > Quand la crise se réveillera, on devra se serrer la ceinture !
> > Hé oui !
> > Vous pensez bien que si l'Etat avance de l'argent
> > pour que le marché se régule,
> > il faudra bien quelqu'un pour payer la note
> > selon le bon vieux principe :
> > 'Tu avances et moi, je régule,
> > Comment veux-tu, comment veux-tu que...'
> > Moralité: 'La crise est devant nous mais le pire est derrière! '
> >

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Sam 20 Déc 2008 - 9:07

Comment résoudre la crise de la cinquantaine Question


Après 25 ans de mariage, j'ai regardé ma femme et lui ai dit : "Chérie, il y a 25 ans, on avait un petit appartement, une vieille bagnole, on dormait sur le canapé en regardant la télé en noir et blanc de 10 pouces MAIS je dormais avec une belle jeune blonde de 25 ans."

Maintenant, on a une maison de 500,000 €, une BMW de 50,000 €, un lit à eau, une télé couleur écran plat de 50 pouces, MAIS, je dors avec une vieille de 50 ans.

Ma femme a été très vive d'esprit et elle m'a dit:"T'as juste à te trouver une jeune blonde de 25 ans et je ferais en sorte que tu te retrouves dans un petit appartement avec une vieille bagnole, que tu dormes sur un canapé en regardant une télé noir et blanc de 10 pouces"

Les femmes sont incroyables Exclamation Exclamation
Elles te guérissent vite de la crise de la cinquantaine........


lol!

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par @ zizou le Sam 20 Déc 2008 - 15:03

Said B a écrit:Comment résoudre la crise de la cinquantaine Question


Après 25 ans de mariage, j'ai regardé ma femme et lui ai dit : "Chérie, il y a 25 ans, on avait un petit appartement, une vieille bagnole, on dormait sur le canapé en regardant la télé en noir et blanc de 10 pouces MAIS je dormais avec une belle jeune blonde de 25 ans."

Maintenant, on a une maison de 500,000 €, une BMW de 50,000 €, un lit à eau, une télé couleur écran plat de 50 pouces, MAIS, je dors avec une vieille de 50 ans.

Ma femme a été très vive d'esprit et elle m'a dit:"T'as juste à te trouver une jeune blonde de 25 ans et je ferais en sorte que tu te retrouves dans un petit appartement avec une vieille bagnole, que tu dormes sur un canapé en regardant une télé noir et blanc de 10 pouces"

Les femmes sont incroyables Exclamation Exclamation
Elles te guérissent vite de la crise de la cinquantaine........


lol!

Vrément elle me palit cette blague

Vive les femmes blonde surtout - 25 ans lol Razz Very Happy Very Happy Smile

_________________
Vive Wled Bladi

@ zizou
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 332
Localisation : USA
Date d'inscription : 15/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 20:29

La crise est monétaire...

LA CRISE EST MONÉTAIRE ÉCLAIRAGE SUR UN SYSTÈME INACCEPTABLE

«Le système monétaire actuel est fondé sur une escroquerie qui ne verra sa fin qu'avec l'expression d'un refus déterminé de la part des victimes, en l'occurrence chacun de nous. Par le budget, la collectivité nationale accorde à l'État les moyens financiers nécessaires au prélèvement d'une part de sa production de richesse pour la satisfaction des besoins collectifs. C'est un acte d'auto-subsistance. Pour combler les découverts budgétaires, la nation dispose de l'institut d'émission d'argent qui, en principe, devrait avoir le monopole de l'émission monétaire. Le rôle de la Banque de France était de procurer, à titre provisoire et sans intérêts, des capitaux au trésor public. Au lieu de cela, l'État délègue aux banques privées commerciales le pouvoir d'émettre de l'argent, leur emprunte avec intérêt, puis demande aux contribuables de régler la note... On appelle cela l'usure.
Résultat : en quelques décennies, la charge de la dette nationale ainsi créée artificiellement va coûter au peuple français plus de mille milliards d'euros. En effet, s'ajoute à cela les 900 millions d'euros pour l'affaire Executive Life (encore une affaire louche entre le Crédit Lyonnais et les Américains).

«Un tel prélèvement injustifié contribue largement à entretenir la crise économique. On peut comparer la situation nationnale à celle d'un fermier vivant en auto-subsistance et qui devrait payer une redevance au banquier pour consommer sa propre production. Une minorité d'économistes, dont Maurice Allais, prix Nobel d'économie, conteste le système monétaire actuel. La majorité, quant à elle, fuit le débat ou manie l'enscensoir.
L'usure donne aux banques un pouvoir faramineux

Ceci est le résultat d'une étude publiée en l'an 2000 par l'ADED. Cette association s'est constituée pour compenser l'étrange silence de la classe politique dans son ensemble sur un sujet pourtant essentiel : la solution des problèmes sociaux les plus graves. Elle intervient auprès des candidats aux élections, des élus, et surtout de l'opinion publique. Elle est un instrument utile à chacun pour la défense de ses droits démocratiques vitaux. Elle demande le respect de deux règles d'or :
- La restauration pour la nation du droit régalien d'émettre sa monnaie. Cela implique l'obligation pour les banques privées de n'accorder des crédits qu'en fonction de leurs dépôts.
- La régulation de la masse monétaire en fonction de production nationale (PIB en francs constants, par exemple).

«Les droits du peuple conquis en 1789 resteront un leurre tant que ne seront pas repris les droits monétaires usurpés par les banques privées. Les monnaies métalliques en or et argent ayant disparu progressivement au début du XXe siècle, seule demeure la monnaie de crédit émise par les banques, une masse monétaire créée par les intérêts réclamés en cas de crédit. C'est une monétisation de l'usure, non la mise en circulation d'argent à partir du dépôt à la banque de revenus, ou autres actifs financiers représentant une propriété. Une révolution reste à faire.»

«En 2001, le passage à la monnaie unique n'est qu'une opération de consolidation du système frauduleux dans lequel nous vivons depuis si longtemps en mettant hors de portée des peuples une banque centrale européenne dite «indépendante » mais dominée souverainement par un conseil directeur constitué de quelques membres, imposant sa loi à trois cents millions d'européens. Spéculant sur la méconnaissance générale du domaine monétaire, les rédacteurs de l'article 104-2 du traité de Maastricht ont même poussé l'audace jusqu'à interdire aux instituts nationaux d'émission de monnaie de faire des avances à leurs États respectifs, c'est à dire : interdiction de remplir leur fonction.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 20:31

J'ai oublier de dire,la mienne de crise elle n'est pas monétaire elle est "Porte-monnaie -taire "depuis la crise Exclamation

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 20:49

Blague 1. L’économiste et les moutons





« Dans une montagne, un économiste rencontre un berger et son troupeau de moutons. L’économiste dit au berger : “Je vous parie un mouton que je suis capable de vous dire immédiatement combien vous avez de moutons”. Le berger, confiant accepte le pari. L’économiste lui dit alors : “Vous en avez exactement 253″. Le berger, un peu halluciné, reconnaît que c’est vrai et lui dit : “Ben, oui, allez-y prenez en un”. L’économiste prend son mouton, mais au moment de partir le berger le rappelle et lui dit : “Attendez, moi je vous parie un mouton que je trouve votre profession”. L’économiste, confiant, accepte. Le berger lui dit : “Vous êtes économiste”. L’économiste stupéfait lui dit : “Oui, mais comment vous avez su ? “. Le berger lui répond alors : “Rendez-moi mon chien et je vous explique…”. »

Commentaire :

La blague ne nie pas que les économistes aient des compétences, en particulier en mathématiques. Les livres des économistes (surtout destinés aux étudiants et à leurs condisciples) le confirment. Cela explique en particulier le mécontentement d’étudiants qui ont milité pour que l’enseignement de l’économie tienne davantage compte des réalités concrètes. On pourrait multiplier les exemples montrant le décalage entre les citoyens et les économistes. Ils sont souvent des techniciens plus ou moins brillants de l’économie mais qui exaspèrent leurs concitoyens quand leurs discours sont trop éloignés des réalités ressenties. Par exemple, les économistes agaçaient quand ils affirmaient que le passage à l’Euro n’avait pas eu de conséquences significatives sur la hausse des prix. Beaucoup de revenus modestes pensaient le contraire. De même, il a fallu du temps aux économistes pour reconnaître une sensible hausse des prix de produits basiques (y compris le logement) ce qui affectait le pouvoir d’achat et le moral des français. Les économistes s’appuyaient sur l’indice des prix à la consommation fourni par l’INSEE or celui-ci, calcul rigoureux, complexe ne rendait pas bien compte des difficultés réelles des ménages. L’économiste cherche à asseoir ses raisonnements qu’il veut le plus scientifique (voir épisode 1 du « feuilleton économique »), sur des données acceptées par la communauté des économistes, mais cela ne l’exonère pas de s’interroger sur la pertinence de ces outils et de leur évolution surtout quand cela alimente le décalage, voire le divorce entre les français et leurs élites qui pourtant doivent inspirer confiance puisque ce sont elles qui doivent faire accepter les sacrifices.


Dernière édition par Said B le Mar 30 Déc 2008 - 20:58, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 20:52

Blague 2. Hypothèses et réalité



« Un économiste, un chimiste et un physicien sont échoués sur une île déserte avec comme seul moyen de survie des boîtes de conserves, mais pas d’ouvre-boîtes… Le chimiste propose : “Il n’y a qu’à les mettre dans l’eau de mer et attendre que le sel ronge le métal”. Le physicien propose : “On les pose sous un cocotier et on attend que des noix de coco les brisent en tombant”. L’économiste prend alors la parole : “Bon, posons notre première hypothèse : nous avons un ouvre-boîte”… »

Paul A. Samuelson, prix Nobel d’Économie en 1970.



Commentaire :

A l’évidence la comparaison n’est guère flatteuse pour l’économiste. Les représentants des sciences expérimentales proposent une hypothèse de travail cohérente, et verront si le résultat obtenu est satisfaisant. L’économiste part lui aussi d’une hypothèse mais dans le cas présent elle est trop éloignée de la réalité puisque celle-ci est ignorée (absence d’ouvre-boîtes). L’exemple est moins caricatural qu’il n’y paraît. En effet bien des théories, bien des modèles économiques reposent sur des hypothèses si simplificatrices qu’elles surprennent à juste titre le non spécialiste. Par exemple, tout le monde a entendu parler de la loi de l’offre et la demande. Pour que celle-ci fonctionne, il faudrait que l’on ait affaire à un marché de concurrence pure et parfaite. Il faudrait que le client ne fasse son choix que sur le critère du prix (tous les produits seraient équivalents, on parle « d’homogénéïté des produits » mais on sait que les entreprises cherchent à différencier leurs produits) et au moment de la décision, l’acheteur est censé connaître les prix dans tous les points de vente (condition d’ « information parfaite »). Il y a d’autres conditions. Les partisans de cette théorie disent que ces conditions ne décrivent pas la réalité, mais c’est ce vers quoi il faudrait tendre pour que le marché fonctionne bien. Ces dernières années, ils ont aussi cherché à faire évoluer ces conditions, il n’empêche beaucoup d’hypothèses restent très éloignées de la réalité. Cela fait le jeu de ceux qui doutent du caractère très scientifique de l’économie, et de ce ceux qui contestent les thèses libérales qui font confiance au marché et plus généralement au capitalisme.


Dernière édition par Said B le Mar 30 Déc 2008 - 20:58, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 20:57

Blague 3. La prévision du passé


« Une étude économique révèle le plus souvent que le meilleur moment pour acheter était l’année dernière ».



Commentaire :

Comme dirait l’autre le plus dur avec la prévision, c’est de deviner ce qui doit advenir. En des termes plus élégants, le moraliste Chamfort au 18ème siècle exprimait son peu de considération pour les économistes : « Les économistes sont des chirurgiens qui ont un excellent scalpel et un bistouri ébréché, opérant à merveille sur le mort et martyrisant le vif ».
Autrement dit, l’économiste est très convaincant quand il s’agit de reconstituer ce qui s’est passé, comme le chirurgien qui fait une impeccable autopsie. Il explique à merveille pourquoi la crise de 29 a pris cette ampleur, de même, il explique de manière catégorique comment cette surprenante crise des « subprime » s’est produite. Ses certitudes, confortées par les médias qui lui confèrent une légitimité par leur audience, font qu’on se pense dans de bonnes mains. Les économistes savent ce qui s’est passé, on peut espérer qu’ils sauront ce qui va se passer. C’est ici que les choses se gâtent. Il ne faut pas oublier que leur matière relève des sciences humaines. Ils ne pourront pas comme un astronome faire des prévisions aussi impressionnantes que celles qui nous annoncent le retour de telle comète à telle date. De même, les économistes ne disposent pas d’un laboratoire comme un chimiste pour isoler les différents facteurs et en tirer des lois validées par la communauté scientifique. Cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas utiles, ils peuvent aider à éviter les grosses erreurs notamment en tenant compte du passé ; on sait à peu près comment éviter le scénario catastrophe du krach boursier de 1929. C’est ainsi que les banques centrales injectent des liquidités pour éviter la contagion de la crise. En revanche, n’en faisons pas des devins, et méfions nous de ceux qui affirment qu’il en est ainsi et que la mesure qu’ils proposent est la seule possible. Laissons aux hommes politiques et aux citoyens qui les élisent le soin de faire les choix qu’ils veulent sachant qu’en période de difficultés comme aujourd’hui cela impliquera des efforts, mais aux moins, ils ne seront pas imposés par des experts qui n’ont vu venir ni la crise de 29 ni celle de 73, pas plus que l’éclatement de la bulle internet en 2000/2001 ou le problème des subprime en 2007 /2008.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 21:16

Blague(s) 4 à 6 Un mini florilège pour réconforter les économistes.


Avant d’aborder des blagues sur les grands courants économiques, on va clore cette petite série sur les critiques de l’économie, par des blagues qui montrent que pour se rassurer, on peut toujours critiquer son voisin (scientifique).
Blague 4 et 4 bis

« J’ai demandé à une économètre son numéro de téléphone. Elle m’en a donné une estimation… » ou encore

Vous connaissez l’histoire de l’économètre qui s’est cassé une jambe en sautant dans sa piscine vide au début de l’été dernier Question
Il avait oublié l’ajustement saisonnier…


L’économétrie est une discipline qui s’est développée pour aider les économistes. On utilise des techniques mathématiques et statistiques pour analyser des phénomènes économiques. On ne peut nier son intérêt pour tester des hypothèses économiques, pour faire de la prévision, mais on lui reproche parfois derrière une sophistication de plus en plus grande de faire reposer ses travaux sur des hypothèses parfois cruellement démenties par les faits. Du coup, il peut leur arriver de prolonger des tendances en passant à côté de la crise de 73 ou de celle de 2008. Ces retentissants échecs ne suffisent pas à la discréditer, mais à l’évidence, l’économètre doit comme l’économiste rester humble et prudent.

Mais l’économiste peut être encore plus vachard :


Blague 5



« Un professeur d’économie indien racontait à ses élèves sa façon de voir la réincarnation : “Si vous êtes de bons économistes, vous serez réincarnés en physiciens. Si vous êtes de mauvais économistes, vous serez réincarnés en sociologues…”.


On retrouve ici le désir d’économistes de se rapprocher de la rigueur des sciences dites exactes ou dures (cf épisode 1 du feuilleton). Ils veulent par les chiffres, les modèles mathématiques prouver la scientificité de leurs analyses. Certains économistes (un peu obtus, et rien ne me permet d’affirmer qu’ils sont nombreux) ne souhaitent pas qu’on les assimile à des chercheurs de sciences humaines tels que les sociologues dont leurs conclusions ne présenteraient pas à leurs yeux les garanties suffisantes. Si on en croit cette blague, en devenant sociologues ils seraient dans cette réincarnation, relégués dans la deuxième division des sciences.


Il ne faudrait pas que notre économiste redevienne trop euphorique en lisant ces lignes. Ne doit-il pas s’interroger sur l’affirmation suivante :


Blague 6


« Un économiste est quelqu’un qui n’avait pas assez de charisme pour devenir comptable ».


Il est vrai que quand on voit la photo d’Alan Greenspan ex gouverneur de la FED, on est peut être inquiet et s’interroger.
L’économiste vieillit-il mal, ou alors est-il condamné à avoir si peu de charisme Question


--------------------------------------

On peut trouver peu élégant de s’attaquer à un vieillard, mais n’oublions pas que l’ex gouverneur de la FED était encensé, il y a peu. Il semblait maîtriser parfaitement le système monétaire. Aujourd’hui beaucoup pensent que sa politque de bas taux d’intérêt est une des causes de la crise débutée avec le problème des subprimes.
Retenons la leçon suivante: il ne suffit pas d’être économiste, d’avoir l’air austère pour avoir raison.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 21:32

Le capitalisme sauvé par le « Bush à Bush


%%%%%%%%%%%%% Arrow


George W est peut-être la honte de la famille, mais qu’on se rassure il n’est pas devenu socialiste. Il est surtout comme beaucoup de thuriféraires du libéralisme, un pragmatique. On ne sous-estime pas cette crise financière et on a raison. Le capitalisme était au bord d’une grave crise.
L’asphyxie le guettait, et c’est bien le gouvernement américain, tournant le dos à ses principes non interventionnistes, qui lui donne l’oxygène financier dont il a besoin.Il est toujours tentant de faire le rapprochement avec la crise de 1929. Il y a des points communs : au nom du libéralisme on a laissé faire les marchés, et les spéculateurs s’en sont donné à cœur joie au risque de compromettre l’ensemble de l’économie mondiale. La différence majeure, c’est qu’on a retenu justement les leçons de la crise de 1929. Que ce soit en 1987 ou aujourd’hui, les décideurs savent qu’il faut injecter des liquidités (et là, ils n’ont pas lésiné) pour éviter l’effondrement du système.

Terminons par un peu de mauvais esprit. Ceux qui vantent les mérites du marché, qui en son nom culpabilisent les travailleurs qui réclament une faible augmentation, salariés naïfs qui selon eux ne se rendent pas compte des contraintes d’une économie moderne, sont les premiers à se satisfaire, sinon à réclamer l’intervention « archaïque » de l’Etat.

Ils appliquent un vieux principe : on privatise les profits, mais on rend collectives les pertes. On sera curieux de voir si les décideurs qui ont fait preuve d’incompétence, de légèreté pour ne pas dire d’incurie seront sanctionnés. On peut en douter, alors qu’on peut craindre que les conséquences économiques (faible croissance, chômage etc …) ne touchent durant de longs mois les plus modestes.
Décidément, même quand Georges W intervient, il aide en premier les plus nantis.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 21:49

Haro sur les golden parachutes pour redorer le capitalisme


Arrow € € € € € Idea € € € € € - Arrow €€€€€€€€€€€€€€€€€ & €€€€€€€€€€€€€€

On sait que les patrons des grandes entreprises parmi les nombreux avantages dont ils disposent, ont su se faire octroyer par leurs conseils d’administration de généreuses indemnités de départ, même quand leur gestion s’est soldée par de retentissants échecs. On pense aux 20 millions d’euros que voulait toucher Messier (malgré la déconfiture de Vivendi Universal). On se plaira à rappeler les 30 millions d’€ de Jaffré chez Elf. Plus récemment, on citera les 8,5 de Forgeard chez EADS pourtant empêtré dans les retards de son airbus 380. Enfin, les 6 millions chacun (ou presque) de Tchuruk et Rousso chez Alcatel pour récompenser leurs…échecs ont même fait tiquer la présidente du Medef.

Nos chers patrons savent que si siège éjectable il y a, la chute ne sera pas brutale. Au fait, s’ils sautent de l’avion qui va le piloter Question Nos grands défenseurs du capitalisme veulent nous convaincre que ce système est une formidable machine qui crée des richesses et est encore plus performante quand l’Etat ne s’en mêle pas. Pourtant quand le Krach financier est important et que le crash de l’économie peut se produire, c’est la panique à bord, et il faut que l’Etat reprenne les commandes. Confier ce pilotage au président Bush qui doit être bientôt débarqué montre bien les errements dont ce système est capable.

A ce propos, on peut se féliciter de voir (si cela se concrétise) ces pratiques de golden parachutes auxquelles il faudrait ajouter les compléments de retraite dont bénéficient les dirigeants bien mieux encadrées. Ceci étant, les propos du président étaient assez démagogiques quand il prétendait sanctionner les coupables. Il sait bien que la plupart des actes sont choquants économiquement et moralement, mais ils sont légaux (sauf exceptions que cherchera à découvrir le FBI).
Il faudrait surtout du volontarisme politique et une diplomatie efficace et pas bling bling pour convaincre les dirigeants mondiaux d’imposer des règles de bon sens. Il faudrait éviter les pratiques hors bilans des banques, encadrer les techniques de type titrisation, clarifier les procédures de rémunérations (cf stock options, bonus etc…). On attend aussi que les agences de notation des dettes soient indépendantes et fassent correctement leur travail. On peut même rêver et espérer qu’on va s’attaquer aux paradis fiscaux.

En résumé, ne boudons pas notre satisfaction si cette pratique du parachute doré devient moins scandaleuse, mais on peut craindre aussi que ce soit un leurre pour calmer l’opinion publique, et lui faire mieux accepter les sacrifices qui découleront des erreurs commises par des dirigeants qui ne transforment pas en or tout ce qu’ils touchent, mais transforment en argent et retraite dorée leurs échecs.

Si comme on peut le penser le capitalisme ne va pas se crasher, on aimerait être sûr qu’après un atterrissage chaotique, ce ne sont pas les mêmes pilotes ou leurs clones qui reprendront les commandes.


« Le capitalisme sauvé par le « Bush à Bush » Crise financière : Un 11 Septembre ou un tsunami Question »

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 21:58

Crise et cris


-------------------------------------------------------------------------------------------------

Le paradoxe c’est qu’à une époque où nos préoccupations sont si souvent matérielles, c’est la finance si dématérialisée et si inventive dans ses titres qui a semé la panique.

Alors que nos angoisses sont très terre à terre (baisse du pouvoir d’achat, nos économies sont elles en sûreté ?etc..), on peut remercier Haddad dans l’édition du Monde du week-end dernier d’associer analyse et culture.

Il nous présente un banquier symbolisant le capitalisme américain. Ceci étant, n’accablons pas trop les Etats-Unis et souvenons-nous que bien de nos dirigeants européens (Barroso, Sarkozy qui voulait développer l’endettement des ménages) trouvaient beaucoup de qualités à l’exemple américain.

On voit ici aussi un personnage qui à l’évidence est inspiré du célèbre tableau de Munch, le cri (1).

Cet expressionniste norvégien (2) n’avait pas prévu cette crise, mais laissons vagabonder notre imagination.

Ce personnage pousse un cri de désespoir s’il est un mal loti du capitalisme car cette crise financière aura des conséquences économiques, et elle frappera le plus durement les plus fragiles.

Espérons que c’est aussi un cri d’alarme et qu’on saura tirer les conséquences de cette débâcle et qu’on trouvera les régulations pour freiner les errements du capitalisme.

Enfin, on peut craindre qu’il s’agisse de cris d’orfraie de ceux qui ont profité de ce système et maintenant demandent à la puissance publique de rétablir la situation. Et dans quelques temps, s’ils ne sont pas canalisés ils recommettront les mêmes erreurs.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:06

Bon appétit messieurs Exclamation


Arrow Resto pour les banquiers: No comment..............................€€€€€

L’actu cinématographique nous propose « l’histoire d’un mec » Coluche et les aventures du petit Nicolas. Iturria nous offre lui un télescopage saisissant. Nico Sarko s’est mué en Coluche pour aider nos banquiers. On n’osera pas demander qui sont les « enfoirés » Question

Manifestement, Nico sait trouver de l’argent pour les banques.
Au passage, on se rend compte que les contraintes qu’il leur impose sont moins fortes que celles exigées par G. Brown. Les banquiers grands pourfendeurs de l’action de l’Etat savent faire taire leurs scrupules. A la manière de Victor Hugo dans « Ruy Blas » ou de Montand dans « la folie des grandeurs » (à chacun ses références culturelles), on peut leur dire : bon appétit messieurs Exclamation Le mauvais esprit qui n’est pas absent de cette rubrique peut nous inciter à penser que certains ont même tendance à se goinfrer. Chez Alcatel, on ne veut pas rendre les parachutes dorés , malgré la pression des syndicats, et « Capital » nous apprend que la crise n’a pas touché les patrons des grandes entreprises : qui perçoivent en moyenne 310 fois le SMIC…par mois bien sûr.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:18

Bon appétit messieurs…bis


Bon appétit Messieurs :

Pétillon dans le Canard enchaîné du 15 / 10 /2008 prolonge de manière plus primaire le dessin précédent. Il a pu être inspiré par des infos comme celle rapportée par le Monde du 11 Octobre 2008:

“Réfugiés dans les salons feutrés - dans les tons or et pastel - de l’Hôtel de Paris, le palace le plus cher de Monaco, les cadres de la branche assurances de Fortis ont refusé de dévoiler le menu. Dommage.

A 3 000 euros le couvert, le chef du prestigieux restaurant Louis-XV, Frank Cerruti, a déployé tout son art pour ce déjeuner dont la facture se montait à 150 000 euros. C’est le prix de l’“événement culinaire” auquel le groupe Fortis avait convié, vendredi 10 octobre, une cinquantaine de courtiers indépendants, partenaires de la société d’assurance belgo-néerlandaise, rachetée lundi par BNP-Paribas. La dégustation fut royale, le plaisir impérial et la gêne à peine perceptible.”

Certains verront en effet un prolongement primaire puisqu’on confond le sauvetage de l’ensemble du système bancaire dont l’effondrement toucherait tout le monde, et le train de vie doré des dirigeants ou des collaborateurs les mieux lotis de ces entreprises.

On nous dit ne confondons pas le paquebot qui risque de couler et son équipage.
On peut tout de même trouver choquant que quand retentit la cloche annonçant un très grand danger, d’autres continuent sans vergogne à se taper la cloche. On aimerait que les efforts soient mieux répartis et pas uniquement quand les médias sont braqués sur eux. Ces pratiques existent et continueront d’exister, mais pour ne verser ni dans la naïveté ni dans le cynisme, espèrons non pas plus de décence ou de morale, mais plus de redistribution, seul moyen de réduire les inégalités.
Sinon, une minorité continuera à avoir le beurre, l’argent du beurre, mais aussi la machine à fabriquer du beurre.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:28

Les limites de la comparaison historique


Crise - eco - crise - politique -

Beaucoup pourraient s’entendre sur les constats suivants:

Une crise économique qui dure dépasse le domaine économique. Cela devient un problème social qui peut dégénérer en grave crise politique. Une inflation de quelques % est un problème économique auquel il faut s’attaquer parce qu’on aura des problèmes de compétitivité, de balance commerciale de monnaie etc…, mais si cela devient de l’hyperinflation comme dans l’Allemagne des années 20 ou comme dans des pays d’Amérique du Sud des années 60 / 70, on risque fort en guise de solution, de voir s’installer un régime dictatorial.

J’espère que tout le monde est désormais convaincu qu’on ne sort pas des difficultés grâce à une “bonne guerre”. La tragique expérience de 14 - 18 devrait avoir guerri tous les imprudents. Beaucoup penseront d’ailleurs qu’on a retenu les leçons du passé, et qu’on ne commettra pas les mêmes erreurs. Il est vrai que jusqu’à présent les autorités gouvernementales et bancaires ont su prendre les mesures que pour l’enchaînement fatal de 1929 ne se reproduise pas. Ceci étant, nous connaîtrons quand même une sévère récession économique.

Faut-il pour autant se montrer optimiste Question

Si on se contente de petites réformes à la marge du fonctionnement de nos économies, on ne peut exclure une longue période de difficultés sociales qui finira par provoquer l’exaspération populaire, et rien ne garantit alors que des démagogues, des populistes ne prennent trop d’importance. Leurs discours à nouveau pourraient faire “fureur”. Dire que hier ne se reproduira pas pas parce qu’on a compris le passé ne suffit pas. Il faut aussi construire l’avenir. Cela passe par un encadrement plus exigeant du capitalisme, par des efforts de réduction des inégalités dans les pays, et entre le Nord et le Sud, sans oublier les défis écologiques et environnementaux qu’il faudra relever.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:35

La croissance microscopique


La croissance microscopique - - La croissance microscopique -

Sarko et le gouvernement étaient heureux.
L’INSEE qu’ils ont souvent critiqué quand leurs chiffres ne leur convenaient pas, a annoncé que notre croissance au 2ème trimestre serait de 0,14%. Puisque nous n’avons pas de baisse du PIB deux trimestres consécutifs, nous ne sommes pas officiellement en récession.
Notre gouvernement a même estimé que si nous faisions un peu mieux que d’autres, c’était grâce à ses mesures fiscales.
Coluche lui aurait dit avec son bon sens : “c’est pas plus mal que si c’était pire”. Nous verrons si l’Europe et la France proposeront une relance efficace.
Au passage, rappelons que nous parlons du PIB, c’est-à- dire des richesses produites dans le pays et qu’on compare souvent à un gâteau à partager.
Manifestement, les préoccupations écologiques passent au second rang (encore qu’on devra sûrement concilier croissance et développement durable), mais surtout, on entend peu de monde y compris à gauche pour se pencher sur les conditions du partage de ce gâteau.
Autrement dit, les questions d’inégalités sociales, de redistribution, de fiscalité efficace et juste ne sont guère abordées; Le tam tam médiatique focalisant notre attention sur le seul niveau de la croissance.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:41

Le spectre de la récession et le PS fantomatique


Le spectre de la récession - affraid - - Bbbbrrrr froid dans le dos affraid

Alors que le spectre de la récession se rapproche de notre économie et que le gouvernement essaie de trouver une parade (dessin suivant) que fait le PS Question
Il semblerait qu’il ait retrouvé ses vieux démons : trahisons, déchirements etc….

On n’attend pas de lui qu’il nous promette le paradis, mais qu’il soumette aux électeurs des propositions modernes crédibles.
La crise que nous connaissons a débuté chez les pauvres (puisqu’on a proposé à des ménages américains qui ne pourraient pas rembourser des crédits dangereux : les fameux subprimes), mais comme toujours, quand la crise sera là, ce sont les pauvres via le chômage, les emplois précaires qui seront les plus touchés.
Aux hommes politiques, d’être assez inventifs pour rendre cette difficile période moins… infernale.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mar 30 Déc 2008 - 22:49

On nous mène en bateau


Arrow --- Arrow --- Idea s.o.s. - - Arrow - @ - S.O.S.

Le plan de relance du président Sarkozy est-il historique Question Franchement, on peut en douter quand on voit son montant et surtout ses détails .... Il est certes le bienvenu, et il nous confirme que Keynes ...(bla, bla, bla...) n’avait sûrement pas tort de nous mettre en garde contre les dérives possibles du marché. Face au gros temps, l’Etat peut être un bon capitaine.

Après tout, on peut comprendre que le gouvernement cherche à nous en convaincre. Il a même été (en fait pour ” exflitrer” Devedjian de l’UMP) jusqu’à créer un ministère du plan de relance. C’est en fait de la « com », normale puisqu’un gouvernement doit inspirer confiance, mais ne nous laissons pas abuser par les mots.

Le dessin nous présente la récession, la crise comme un paquebot menaçant. Notre relance n’est qu’un frêle esquif. Il ne suffit pas de parler fort pour empêcher l’économie d’échouer. Il aurait été souhaitable que l’Europe ne se contente pas d’envoyer une flotille dispersée pour remorquer l’économie. On était en droit d’attendre d’elle qu’elle affrète un navire bien plus puissant. Faute de quoi, nous risquons… de ramer longtemps.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Mer 31 Déc 2008 - 18:15

Réformer les réformes


Arrow - Pour finir cette année quelques réflexions (qui dépassent les questions économiques) sur un des termes les plus employés, à savoir celui de réforme.

L’homme politique pour exister a besoin de réformer, et surtout, de convaincre qu’il réforme. L’effet d’annonce l’emporte sur le suivi de la réforme. Le candidat Sarkozy a promis qu’il y aurait un service minimum, le Président lui a accepté une réforme a minima, puisque les jours de grève la situation ne s’est guère améliorée pour les clients des transports en commun.

Iturria nous rappelle avec une belle efficacité qu’on peut faire de sacrées concessions pour garantir une réforme, par exemple ici celle du fonctionnement de l’Europe. [color=red][i][b]Quand on veut que le but soit atteint, il suffit
de laisser un seul joueur dans ce cas irlandais, tirer le penalty et de bien élargir la cage pour être sûr du résultat.On peut être certain d’imposer sa réforme comme Darcos, de passer sur les récalcitrants (les enseignants et les premiers manifestants), mais quand Marianne ou plutôt les élèves se dressent devant lui, la peur d’en écraser va le stopper. Il cherchera ensuite à convaincre les électeurs qu’il fait une simple pause et que ce n’est pas surtout une marche arrière qui est enclenchée.


Dans un prochain post, je reviendrai sur cette notion de réforme qui est un mot valise, un mot fourre-tout, un gros mot. On ne peut accepter sans tiquer qu’on veuille nous faire croire que ce même mot puisse s’appliquer à un progrès, à un acquis social, comme à une perte d’avantage pour une catégorie, ou carrément à une régression sociale qui touche la majorité des français. De la même manière, le promoteur d’une réforme n’est pas forcément un moderne, un progressiste, et celui qui veut freiner cette évolution n’est pas nécessairement un archaïque.

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Ven 2 Jan 2009 - 20:10

Les « charges sociales » allègent la vie des français



Il est de bon ton de parler de “charges sociales” alors qu’il s’agit en fait de cotisations sociales. Il est vrai que dans un document comptable ces cotisations sociales sont recensées dans les charges payées par les entreprises par opposition aux produits, c’est-à-dire à l’argent qui rentre dans l’entreprise.

On peut néanmoins regretter l’emploi du terme « charge » qui est connoté négativement. On imagine des charges qui pèsent sur les pauvres entreprises. Tout comme le randonneur qui a sur les épaules un poids élevé, les entreprises seront freinées par ces prélèvements imposés par L’Etat. Retirons au randonneur son lourd sac à dos, et il gambadera ; réduisons les « charges » des entreprises et elles produiront plus, elles embaucheront. Outre que la relation n’est pas si évidente car il faut qu’elles trouvent des clients, on oublie trop rapidement à quoi servent les cotisations sociales. Dans le cadre de la redistribution, elles financent les prestations sociales. Elles permettent aux gens de se soigner, puis un jour de bénéficier d’une retraite méritée. Réduire les charges, c’est rogner sur les acquis sociaux obtenus souvent après de longues batailles. Cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer à ouvrir le débat sur le montant des cotisations et sur les modalités (faut-il développer la CSG ?), mais on ne peut se contenter d’affirmer de manière péremptoire qu’il faut les réduire sensiblement. Ces cotisations ont contribué à améliorer le sort des français, elles ont soutenu la demande des consommateurs, et elles ont contribué à faire de la main d’œuvre française, une main d’oeuvre en bonne santé et productive (les économistes parlent d’externalités)

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Ven 2 Jan 2009 - 20:22

Pour lutter contre l’obésité, il faut augmenter le… poids de certaines dépenses alimentaires

Eco…nnerie lue ou entendue

- Cet été L’IGAS (inspection des affaires sociales), a proposé au gouvernement de taxer des produits sucrés et salés responsables pour partie de la recrudescence du surpoids dans notre pays. Les sénateurs souhaitent eux aussi qu’on allège le portefeuille des gloutons.
On peut penser que le gouvernement ne suivra pas ces recommandations dans cette période de vache maigre (faible croissance). Le pouvoir d’achat des français étant déjà anémié, inutile de leur imposer une cure d’amaigrissement.


Plus généralement, on voit ici les limites de l’approche économique, et en particulier de l’approche libérale. Libérale puisque celui qui est visé est considéré comme responsable de ce qui lui arrive, il faut donc le sanctionner : « T’es gros, tu dois payer un impôt Exclamation ». N’écartons pas toute responsabilité individuelle dans de mauvais choix alimentaires, mais il faut s’interroger pourquoi les produits les moins caloriques, les meilleurs pour la santé sont souvent inaccessibles pour les petits budgets.
Les économistes devraient aussi s’appuyer sur les travaux des sociologues et dépasser le raisonnement trop simpliste coût / avantage. Si la pizza et le soda coûtent plus cher, vais-je manger plus de caviar, de produits light, de fruits exotiques ? Les sociologues aiment aussi provoquer et disent qu’il faut être riche pour être beau. Ceci étant dit, il faut aller au-delà, et dépasser les considérations économiques.
Il faut aussi comprendre les modes de vie qui sont liés à l’éducation, à la socialisation, à son milieu social et culturel. L’alourdissement des taxes est finalement commode puisqu’il évite de se pencher sur des questions plus épineuses comme la sensibilisation, l’éducation, mais aussi sur le problème de la répartition plus juste des revenus.
Pourquoi pas taxer la malbouffe, mais c’est le consommateur le plus pauvre qui paiera. C’est une tendance libérale… lourde qui se confirme, la collectivité allège son fardeau moral en reportant sur le seul individu le poids de sa disgrâce sociale et esthétique.


Dernière édition par Said B le Ven 2 Jan 2009 - 20:46, édité 1 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Ben le Ven 2 Jan 2009 - 20:31

Crise financière : Un 11 Septembre ou un tsunami Question

Eco…nnerie lue ou entendue

- Manifestement, cette crise financière inspire les commentateurs. La patronne du MEDEF l’a comparée à un 11 Septembre de la finance sur France inter . J. Attali lui a préféré la métaphore de la tectonique des plaques. La deuxième image a un inconvénient majeur puisqu’elle pourrait laisser supposer que ce que nous vivons relève de phénomènes naturels dans lesquels l’homme n’aurait pas une responsabilité.
Je voudrais revenir surtout sur celle de Mme Parisot. J’aurais aimé que le journaliste qui l’interviewait N. Demorand pour ne pas le citer (qui peut être plus réactif), lui demande : mais qui sont les terroristes qui ont provoqué ce désastre financier Question A l’évidence l’image avait été pensée pour convaincre par la dramatisation, les auditeurs citoyens qu’il ne faut surtout pas mettre des bâtons dans les roues des entreprises. J’aurais aimé qu’on lui demande de nous brosser le portrait robot de ces dynamiteurs de l’équilibre financier. On nous aurait dit que c’était des gens bien comme il faut, qu’on aurait jamais imaginé leurs coupables (à défaut d’être illégales) actions.

IL est tentant de filer l’image de Mme Parisot : Le terroriste comme le spéculateur agissent dans l’ombre et il est bien tard quand on les identifie. Espérons que nous serons aussi exigeants en matière de sécurité financière qu’en matière de sécurité du territoire. J’imagine que tout porteur de costume et d’attaché case ne sera pas un présumé délinquant. Ce serait savoureux que les financiers de la City et d’ailleurs soient victimes du délit de sale gueule comme de vulgaires « métèques » sous nos latitudes. Enfin, pour terminer le parallèle, à une époque où pourtant nous avons des moyens considérables, je crains qu’on ne soit pas plus efficaces pour retrouver Le vrai Ben Laden que les Ben laden de la finance.


Dernière édition par Said B le Ven 2 Jan 2009 - 20:44, édité 3 fois

_________________

  
Prévoyez le pire, le meilleur viendra toujours. 
BEN.

Ben
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 10487
Age : 55
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 17/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRES & BLAGUES SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum